La Bretagne tire un bilan positif de l'été 2013

La saison se termine. Il est donc temps de réaliser son bilan. Les professionnels du secteur du tourisme n’ont pas, certes, obtenu les résultats qu’ils ont espérés. Mais on peut tirer un bilan positif dans leur activité. La croissance est de 2% par rapport à l’année précédente.

Un début difficile

L’actualité de la Bretagne est toujours marquée par les vacances d’été même si l’année scolaire a commencé. Tous les professionnels du secteur en parlent encore jusqu’à aujourd’hui. Nous avons interrogé quelques-uns pour faire un bilan de la saison. La saison n’était pas vraiment bonne selon leurs dires. Elle a  commencé très difficilement du fait de la morosité de la météo. “Le sale temps” s’est en effet prolongé jusqu’à mi-juillet. Bon nombre de vacanciers réguliers ont choisi de changer de destination durant cette période.

Pour Michael Dodds, directeur du Comité régional du tourisme Bretagne, “le sale temps” n’est pas le seul responsable de la diminution de l’afflux de vacanciers dans la région et de l’atteinte d’un résultat insatisfaisant dans le secteur du tourisme et de l’hôtellerie. Il y a également la crise qui incite les ménages français et européens à économiser leur revenu. Bon nombre de personnes qui ont passé leurs vacances d’été dans la région ont décidé de n’y passer que quelques jours. Ce qui a conduit beaucoup d’hôteliers à réviser leurs offres. Certains sont allés jusqu’à accorder des réductions agressives pour inciter leurs clients à rester plus longtemps.

Le mois d’août était bon

À partir du 15 juillet, la région n’a plus connu de “sale temps”. Par conséquent, la plupart des acteurs dans le domaine du tourisme et de l’hôtellerie ont fait part d’un résultat positif dans leur domaine d’activité. C’est le cas de la compagnie Océane qui fait de la liaison avec les îles morbihannaises. Il en est de même pour la compagnie finistérienne Penn ar bed qui est parvenu à compenser son recul de fréquentation de 6% du mois de juillet à la fin du mois d’août. Les vacanciers, étant plus “radins” à cause de la crise, les locations-vacances n’ont pas trouvé de la réussite jusqu’ici. Par contre, les hébergements à la journée ont connu une importante croissance.  

Mais la saison touristique est loin d’être terminée dans la région. Les réservations ne cessent d’accroître en vue des évènements culturels estivaux des îles. Ce qui pourrait encore améliorer les résultats.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.