Les calendriers papiers, un vrai business

Avec l’émergence des nouveaux outils d’information et de communication, beaucoup de personnes ont du mal à croire à la survie des calendriers papier. Mais dans la réalité, ces derniers ont toujours la cote auprès des utilisateurs, entreprises ou particuliers. Ils constituent encore un vrai business malgré la concurrence des calendriers numériques.

Avec l’émergence des nouveaux outils d’information et de communication, beaucoup de personnes ont du mal à croire à la survie des calendriers papier. Mais dans la réalité, ces derniers ont toujours la cote auprès des utilisateurs, entreprises ou particuliers. Ils constituent encore un vrai business malgré la concurrence des calendriers numériques.

Un moyen de communication de haute importance pour les entreprises

Beaucoup de multinationales proposent un calendrier classique annuel à leurs clients à un prix plus ou moins abordable. Deux exemples bien connnus : Aubade et L'Oréal. Il existe également de nombreuses associations mettant en vente des calendriers classiques pour augmenter leurs capacités économiques. Les grands clubs de sports comme le Real de Madrid, le Manchester United, le PSG et l’AC Milan se sont aussi lancés depuis plusieurs années dans la vente de calendrier papier.

De son côté, le calendrier Pirelli vient d’atteindre ses 50 ans d’existence et de réussite, une réussite souvent associée à celle de la société qu’elle promotionne. Le calendrier ne se contente pas de présenter les mois et les principales dates de cette année, c’est également un calendrier permettant d’avoir les clichés des meilleurs artistes et les plus beaux mannequins du monde. Bon nombre de passionnés des activités de l’entreprise italienne et des grands fans de la mode collectionnent les calendriers Pirelli, distribués chaque année gratuitement.

Un outil pour s’approcher plus des fans pour les artistes et les sportifs

Les artistes font également parties des grands acteurs du business des calendriers papier depuis quelques années. En France, le calendrier Nabila vient d’enregistrer un chiffre record. Le buzz de la jeune artiste semble avoir apporté ses fruits. Mais ce n’est pas le sujet qui nous intéresse. Clara Morgane permet à ses fans de découvrir ses photos voluptueuses dans son calendrier 2014, à condition de payer quelques dizaines de dollars. Malgré ses milliers de photos familiales qui circulent sur le Web, Beyonce réussit à attirer son public vers son calendrier 2013 où l’on peut la trouver avec son enfant Blue Ivy et bien sûr avec l’incontournable Jay Z.

Malgré les millions d’euros qui entrent régulièrement dans leur compte bancaire, beaucoup de sportifs de renom n’ont pas renoncé à vendre leur propre calendrier. C’est le cas de Buffon, le gardien de Juventus, de l’intraitable Cristiano Ronaldo, du tennisman Nadal et d’autres grands noms du football américain.

Un accessoire toujours conforme au goût collectif

Tous ces acteurs du business du calendrier n’y sont pas seulement pour plaisir, mais aussi pour bien « arrondir leur fin de mois ». Ils sont conscients d’une chose : aucun support ne peut vraiment remplacer un calendrier classique. Eh oui, personne ne peut affirmer ne pas vouloir trouver un calendrier de sa marque ou de son artiste préféré dans sa chambre ou dans son bureau. Et avec un calendrier affiché au mur, on peut s’organiser qu’avec un calendrier dans son ordinateur, dans sa tablette ou dans son Smartphone. Il est donc difficile de croire à une mort imminente du calendrier classique. C’est ce qu’a compris Pirelli et Cie.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.