Réforme des rythmes scolaires, on fait le bilan ?

Selon le décret janvier 2013, les rythmes scolaires des écoles élémentaires et maternelles françaises seront changés à partir du calendrier 2014. En semaine, une demi-journée de 3 heures sera ajoutée. Suivant les communes, cette journée peut être faite le samedi ou le mercredi matin. Par ailleurs, le décret signale que le changement sera appliqué à la rentrée 2013. Toutefois, les municipalités pourront reculer l’application de la réforme en 2014. Ce changement est à signaler à l’inspection académique au plus tard le 31 mars 2014.

Les objectifs de cette réforme des rythmes scolaires

La réforme des rythmes scolaires est faite pour poursuivre un objectif pédagogique à partir du calendrier 2014. Il vise à bien proportionner les heures de classe durant la semaine. À cet effet,  elle allège la journée tout en apportant un programme précis durant les moments où la faculté de concentration de chaque élève est meilleure. Ainsi, les enseignements seront programmés pour favoriser la réussite scolaire. Grâce à la meilleure répartition des heures de classe, la réforme assure le respect des mouvements naturels d’apprentissage de chaque élève. Les élèves en difficulté scolaire seront suivis de près afin de trouver une solution adaptée avant les heures de sortie. Ils pourront également prendre part aux différentes activités organisées notamment le sport et la culture afin de développer leur curiosité intellectuelle. D’ailleurs, la mise en œuvre de la réforme est flexible afin de pouvoir se pencher sur les particularités et les contraintes qui peuvent survenir. En conclusion, la réforme des rythmes scolaires du calendrier 2014 a pour but de favoriser la réussite scolaire de tous les élèves.

Les bilans constatés depuis sa mise en place

La réforme apporte un changement sur le calendrier 2014. Les journées de classes seront plus chargées que d’habitude. La rentrée scolaire a repris le calendrier de quatre jours et demi et provoque le mécontentement des parents. D’après eux, les élèves sont fatigués et déstabilisés. Ce problème provient des horaires qui ne sont pas fixes et le nombre d’animations proposées entraine plusieurs enseignants à la fois. Ainsi, ils seront obligés de changer de professeurs à chaque activité. Le bilan fait découvrir aussi que la réforme fait état de problèmes de ménages, car les élèves et les parents seront toujours sous pression. Par ailleurs, les organisations syndicales dénoncent que  la réforme entraine une dégradation des conditions de travail des enseignants, la remise en cause de la gratuité d’accès à l’école publique ainsi  qu’à l’instauration de l’inégalité de traitement des élèves. De plus, les écoles n’ont pas les installations adéquates pour les activités municipalisées. À cet effet, elles seront pratiquées dans la salle de classe, ce qui engendre l’impossibilité de préparer les cours du lendemain dans de bonnes conditions.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.