Une Australienne de 102 ans saute en parachute

Quand il s’agit de passions, l’âge n’a vraiment plus sa place. C’est ce qu’a bien voulu prouver Irene O’Shea en s’élançant à travers les nuages à l’aide d’un parachute, et ceci à 102 ans et 194 jours. Par son admirable courage, cette centenaire de nationalité australienne est devenue la personne la plus âgée à sauter en parachute. Elle vient de battre un record là !

Irene O’Shea et l’amour des sensations fortes

En 2016, Irène fêtait son premier siècle sur terre. Elle a eu à célébrer l’évènement avec un saut en parachute. 1 an plus tard, l’Australienne a récidivé le geste en réalisant son deuxième saut en parachute en tandem. Apparemment fan des sensations fortes, la doyenne est revenue au fait à la charge le dimanche 9 décembre 2018 pour une bonne cause. Notez que pour cette nouvelle expérience, Irène a réalisé un saut d’une altitude de 14 000 pieds soit plus de 4000 mètres.

Elle devient ce jour la personne la plus vieille à parachuter dans le beau ciel de la bourgade de Wellington. Bien contente d’elle, elle ne cache pas sa joie puisqu’elle a atterri avec la banane bien attachée à Jed Smith, son instructeur, avec sourire aux lèvres. Elle a été accueillie avec des câlins par ses petits-enfants et arrière-petits-enfants.

Une vidéo de l’exploit d’Irène a été postée sur YouTube par la Société de parachutisme avec laquelle elle a fait cet exploit où son instructeur décrit le parcours. À ses dires, Irène et lui-même ont réalisé une belle chute à travers des nuages vaporeux, avant une ouverture en douceur du parachute. Ils sont ensuite passés au-dessus du ruisseau Langhorne en profitant de la vue sur le lac Alexandrina, le Coorong et la bouche de Murray.

À quoi est due cette prouesse ?

Si l’intrépide sénior a réalisé cette prouesse, ce n’est pas pour une vaine cause. En effet, par sa performance ou sa prouesse, une collecte a été mise en place sur une plateforme de financement participatif. Ladite collecte rapportera 10 000 dollars à une association australienne de lutte contre les maladies neurodégénératives. Les fonds serviront donc à financer les recherches de ladite association. Notez qu’il y a dix ans de cela la fille d’Irene O’Shea est décédée d’une maladie motoneurone. Irène a alors commencé par sensibiliser la population sur ce mal qui s’attaque à la moelle épinière et a financé la recherche. C’est en effet son troisième saut en parachute pour l’association Motor Neurone Disease.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.