Cyranouille
QUINQUENNAT SOUS QUELQU'UN QUI N'A QUE HAINE ET CANON
Abonné·e de Mediapart

15 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 avr. 2022

A LA FIN DE L'ENVOI

5ème chapitre du récit rimé des cinq dernières années : Quinquennat sous quelqu'un qui n'a que haine et canon Disponible ici : https://quinaquehaineetcanon.tumblr.com/

Cyranouille
QUINQUENNAT SOUS QUELQU'UN QUI N'A QUE HAINE ET CANON
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À LA FIN DE L’ENVOI...

Que ce juvénile s’attire un Juvénal
Sans duper ni tricher à ce grand jeu vénal
Qu’on lui trouve un bouffon, rimeur, écrivaillon

Pour se mettre dans les pieds d’un François... Villon

Non un de ces cire-noms, plumitifs sans plaies,

Dithyrambe à tyrans, courtisans appelés
Encenseur de censeurs, laudateur idolâtre
Coiffeur de crinière de chevelure en quatre,
Ni batteur de croupe, lécheurs de queues-de-pie,

Jupe-à-terre, robe courte et pisse-copie.

Ne cherchant ni tape au dos, ni bravo, ni bourse

Je taris mon éloge aussitôt à la source
Tire vers du nez au Pinocchio du pinacle,
Ce salaud de salon, cynique de Cénacle

Menteur sans le talent d’un acteur aquilin

(Le rôle de sa vie qu’a joué Coquelin)

Me voici... Cyrano ?... D’occasion, bas étage
Même art, autre rime, même passion, autre âge

Murmure au pied du mur, presqu’en rez-de-jardin
Je versifie comme prose Monsieur Jourdain
Dans son ombre à tâtons, je recherche sa nuque
J’ôte son masque, son air niais et sa perruque
Alors, j’ôte mes gants puis le mouche du coude
À la fin du convoi solennel, je le boude...
(Ses joues ? Des monts roses, tant d’autres fois dardées)

À Edmond Rostand, révérences gardées
Si je suis Cyrano, il est mon Montfleury
Je vomis juste en vrac mes banals mots fleuris
Et si au moins ces vers valent mieux que les miens,
Ces simples mirlitons sont unis par mes liens
Mes rimes riches sont appauvries mais bien libres
Et ne sont pas prêtes à plier sous leurs chibres

Ma plume est tirée de chouette de Minerve.

D’homme de Bergerac, j’ai le nez, pas la verve
Ni feutre, ni cape, - qu’y puis-je ? - j’peine seul
À noircir ma feuille blanche comme un linceul
À lueur d’un néon, mon néant insomniaque
Que je noie seul dans mon encrier d’ammoniaque

D’où je sors mon fusain sous ma côte de maille

Le jour je ferraille, quand la nuit je rimaille

Non qu’il m’intéresse ou bien même me fascine.

Je dois tuer l’ennui, ma vengeance assassine

Alexandrin Le Grand ? Mes vers sont des épées

Mes épitres percent, dans le cœur des poupées

Romain de la rime, César de la césure
Je l’aurai d’un seul tir, je l’aurai à l’usure

Ma plume raye d’un unique trait pour trait

Décoche et décroche, balance son portrait
Il faut la remuer car elle s’engourdit
(Tout ce qu’on entend n’a pas encore été dit)

L’ai laissée dans le cœur de son prédécesseur,

Délinquant détenu, un autre dépeceur...

Mes initiales sont gravées sur sa peau cible

J’étends cette rime au domaine du passible

À pointe d’encre, à pointe de fleuret,
Brise votre glace pour mirer mon reflet

Ma plume et moi rimons à son tout premier jet

Nous nous moquons de vous, car c’est notre rejet !

                                    *
Face à l’édifice, enfant de rien ou presque

J’écris avec mes pieds, esprit chevaleresque,

Mille mesures, cent quatrains ou dix sonnets

Gardien de montagne n’atteint pas les sommets

C’est un roc, c’est un cap, son fort de Brégançon

Habité d’un enfant, que dis-je, un grand garçon

Pille son pavillon puis vide la corbeille

Vole le papillon, pique et pique l’abeille,

Abeille royale ? Sa majesté de mouche
À merde, s’enfuit à la première escarmouche

Drôle de d’Artagnan tout en délicatesse
Je lèse-majesté et darde son altesse
Tirer révérence ? Plutôt mon espadon
Le fait rendre gorge, qu’il implore pardon,
Se repente et rampe, mais surtout qu’il se taise

Lui qui fait d’un exemple, une loi, une thèse.

Avec ma rapière, je tiens ce jeune éphèbe
Le traine dans la nuit, le rejette à la plèbe
Et je le tance par cette salve de stance

Et ne le dispense d’aucune autre sentence
Le tag, le spam, le troll, le skip, le scroll, le stalk,

Qu’il mange sa purée, qu’il en sniffe son talc

J’étrille, disperse puis je porte estocade
À ce vaniteux, fier, gâté, plein de tocade
Ce gosse se gausse, se rehausse du col
Rabaisse sa fonction, toute éclatée au sol,
Ne touche plus terre, plus le monde ; il l’évite.

Sa tête enfle et monte. Qu’il se dégonfle, et vite !

Qu’il choit de sa chaise qu’il prend pour parapet

Par bien des aspects, lui impose le respect

Je lui inculque la politesse. Qu’il calque

Son piédestal sous la forme d’un catafalque

Bref, mon cœur balance entre la craie et le glaive

Je suis ce cancre qui gifle le bon élève

                                  *

Si j’eus du courage - c’est à peine si j’ose -

J’eus pu dire une chose... Oui dire, bien de chose...

Étonné : comment donc, d’un roi Mérovingien

La France passe à un écolier, collégien ?

Admiratif : qu’il en eut fallu du talent

Réussir à n’être rien en ayant autant

Lyrique : mignonne allons donc voir si la merde

S’étale à l’isoloir. Qu’au matin, nul s’y perde

Lucide : on n’aura pas le cul sorti des ronces
Des trous de semences ou des coups de semonces

Méritoire : quel franc-parler, oui quel franc-fief !

Il traite les français de sot... En devient chef.

Agressif : tous les cons sont braves ou méchants

Certains sont présidents, les deux, cas échéants

Béat : ose tout, à ça on le reconnaît
Gros comme au milieu de la figure est ...un nez ?

Enthousiaste : tant de vide remplit d’espoir

L’âne n’a jamais soif mais redemande à boir’

Optimiste : perdu pour perdu, on y gagne

Fataliste : on a donc voté pour un beau bagne

C’est raté cette fois, espère en se leurrant
La défaite en chantant, la victoire en pleurant

Pédant ? Naïf ? Gracieux ? Curieux ? Ou Indulgent :

Tant de bêtise rend peut-être intelligent

Suspicieux : de guerre lasse, pourquoi, de grâce,

Avoir élu, hélas, ce délégué de classe ?

                                *

Du début à la fin : bâton, carotte, fane
Comme en son mandat, il passe du coq à l’âne.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Abad : une élue centriste dépose plainte pour tentative de viol
Selon nos informations, Laëtitia*, l’élue centriste qui avait accusé, dans Mediapart, le ministre des solidarités d’avoir tenté de la violer en 2010, a porté plainte lundi 27 juin. Damien Abad avait réfuté « catégoriquement » ces accusations.
par Marine Turchi
Journal — France
Opération intox : une société française au service des dictateurs et du CAC 40
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal
En Pologne, Roumanie et Hongrie, le parcours du combattant des Ukrainiennes pour accéder à une IVG
Comme aux États-Unis, l’accès à l’avortement est compliqué, voire interdit en Pologne, mais aussi en Roumanie et en Hongrie. Ces pays frontaliers de l’Ukraine hébergent plusieurs centaines de milliers de réfugiées de guerre ukrainiennes sur leur sol, qui n’ont parfois pas d’autre choix que d’avorter dans un autre pays. 
par Helene Bienvenu et Marine Leduc
Journal
Tensions autour de la détention au Gabon de deux Français
Une enquête menée par une juge d’instruction française sur la détention au Gabon de deux Français, dont l’ancien directeur de cabinet du président Bongo Ondimba, provoque des remous. Les avocats des deux détenus s’inquiètent pour leur santé et dénoncent un règlement de comptes politique, mettant en cause le fils aîné du chef de l’État gabonais.
par Fanny Pigeaud

La sélection du Club

Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut
Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay
Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA
Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame