mot de passe oublié
1 euro 15 jours

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Accédez à l'intégralité du site en illimité, sur ordinateur, tablette et mobile à partir d'1€.

Je m'abonne
Le Club de Mediapart dim. 25 sept. 2016 25/9/2016 Édition de la mi-journée

Comment parler de Charlie Hebdo aux élèves ? Rencontre avec un prof de banlieue.

A. a tenu à garder l'anonymat, pas tant pour lui, mais pour ses élèves. Il est professeur d'histoire, de géographie et d'éducation civique dans un collège de Seine-et-Marne. Caricatures, liberté d'expression, laïcité : il nous raconte comment il a parlé du drame avec ses élèves.

A. a tenu à garder l'anonymat, pas tant pour lui, mais pour ses élèves. Il est professeur d'histoire, de géographie et d'éducation civique dans un collège de Seine-et-Marne. Caricatures, liberté d'expression, laïcité : il nous raconte comment il a parlé du drame avec ses élèves.

Après les évènements de Charlie Hebdo, j'imagine que le sujet s'est imposé de lui-même en classe ?

Ils ne parlaient déjà que de ça dans les couloirs. Je suis leur prof d'histoire-géo donc c'était évident pour eux qu'ils allaient parler de ça avec moi. Et c'était évident pour moi aussi. Donc j'ai laissé venir les questions, contrairement à des collègues, qui eux ont choisi de prendre la parole tout de suite et de dire ce qu'ils en pensaient, certainement pour ne pas se laisser déborder.

Quelles ont été leurs premiers questionnements ?

Les premières questions qu'ils m'ont posées c'est « comment c'est possible que la police ne les ait pas arrêtés ? ». Et puis globalement ils trouvaient que la police était nulle avec ses petits pistolets alors que les autres avaient des kalachnikovs. Donc j'ai commencé par dire qu'il est normal que la police ne soit pas équipée d'armes de guerre. Sinon, vu qu'ils s'informent essentiellement sur les réseaux sociaux, il y en a un qui m'a fait état de la rumeur du moment sur les réseaux : le policier abattu froidement sur le trottoir ne serait en réalité pas mort. La rumeur dit que c'est impossible, parce qu'en regardant bien les images, le tueur tire mais il n'y a pas de sang qui coule. Ce qui signifie qu'ils ont tous ou presque eu accès aux images non censurées. Mais il m'a dit ça assez candidement, il n'est pas dans la théorie du complot. Ils ont vu ça et c'est ce qu'ils en ont déduit.

Mais ces images les ont choqués ?

Justement, la veille de ce jour sanglant je parlais avec des élèves qui me disaient qu'ils avaient vu des images de décapitation tournées par l'État islamique, et qu'ils avaient vu ça sur Facebook. Mais ils ont entre 500 et 2000 amis sur Facebook, donc ils reçoivent des tonnes de trucs merdiques. Alors du coup ils sont allés chercher d'où venait l'information et ils me l'ont dit le lendemain : « Ah en fait Monsieur les gens qui ont posté cette vidéo c'était pour dire qu'ils étaient contre ». Donc ça donne une idée. Ils sont habitués à voir ces horreurs.

Et comment ils ont interprété l'évènement de Charlie Hebdo ?

Pour eux c'est très difficile à interpréter, je ne sais même pas si on peut parler d'interprétation. Moi j'ai fait face à un flux de questions parce que je suis leur référent et qu'ils se sentent libre de parler et de poser toutes les questions qui leur passent par la tête. Mais leurs idées étaient confuses.

Ils n'avaient jamais entendu parler de Charlie Hebdo ?

Pour la plupart non. C'est aussi ça qui était parfois difficile à gérer, parce qu'ils ont reçu une sorte de best-off des caricatures en bloc. Donc effectivement pour certains élèves musulmans ça a été un choc. Du coup j'ai moi aussi découvert des caricatures que je n'avais jamais vues. La grande expression chez eux c'est « Ça se fait pas ! ». Donc en tant que prof d'histoire tu l'entends souvent : gazer des juifs, l'esclavage des noirs, etc. ils te diront à chaque fois « Ça se fait pas ! ». Et donc effectivement là les caricatures de Mohamed, et bien pour eux « Ça se fait pas ! ». Et ça c'était récurrent. À tel point qu'il y a un gamin qui m'a promis de m'en montrer une particulièrement choquante. C'était une caricature que Charlie Hebdo avait publiée en 2012 à l'occasion de la sortie du film américain d'extrême-droite L'innocence des musulmans, qui avait été en gros financé-produit-réalisé-diffusé par des mecs d'extrême-droite évangélique américaine et ça avait fait tout un foin. Bref, c'était le bordel dans le monde entier et on parlait déjà de la liberté d'expression. Et Charlie Hebdo avait sorti un numéro spécial. Et à cette occasion là ils ont publié une caricature qu'un de mes élèves m'a montrée sur son téléphone portable : on y voit le prophète Mohamed le cul à l'air, les couilles pendantes, une étoile au niveau de l'anus avec en titre « Mohamed, une étoile est née »...

Comment tu as régi ?

Au-delà de la stupéfaction j'ai eu le réflexe de mettre ma main sur son téléphone pour cacher l'image. Réflexe peut-être futile. Et ils m'ont dit que pour eux ce genre de dessin était raciste. Surtout qu'il y a quelques semaines nous avons fait un cours sur les discriminations en éducation civique. Ils devaient réfléchir sur l'égalité, les droits, les discriminations, le racisme, etc. Mais pour eux tout est discrimination : si tu insultes quelqu'un par exemple. Et ils associent très vite la discrimination et le racisme. Donc pour eux Charlie Hebdo est raciste. Certains se sentaient insultés. D'autant que j'en ai un bon tiers qui sont musulmans dans cette classe. J'ai dit après le cours au jeune qui m'avait montré la caricature que c'était normal qu'il soit choqué, que ce n'était pas une attaque personnelle contre lui en tant que musulman, que c'était une critique de la religion, et que pour critiquer la religion et bien Charlie Hebdo se moque de Mohamed parce qu'ils savent qu'il ne faut pas le faire, que c'est interdit par l'Islam. Alors ils le font. Que ce n'est pas du racisme, c'est une satire. Mais bon, quand le gamin part moyennement convaincu, tu te sens un peu seul. Surtout en revoyant ce dessin ni pertinent, ni malin, sans esprit, et surtout : pas drôle du tout.

Du coup comment tu leur présentes la liberté d'expression ?

C'est un travail un peu long, mais j'ai l'impression qu'en deux jours nous sommes arrivés à une belle progression. Et du coup pour parler du droit de critiquer les religions il faut présenter les libertés en bloc : on doit avoir le droit de critiquer François Hollande mais aussi les religions. On doit avoir le droit de tout critiquer.

C'est difficile à faire passer comme idée ?

Pour certains oui, surtout pour les plus jeunes. Ils ont des arguments rigolos. Par exemple, quand j'explique qu'on a le droit de critiquer François Hollande et que lui, en tant que président de la République, il défend cette liberté, il y en a un qui m'a dit « Ben c'est pas logique ! Il est bête ! Il devrait l'interdire comme ça on se moquerait plus de lui ! » Donc non, il faut leur dire qu'on ne doit interdire aucune liberté sinon c'est une porte ouverte aux discriminations justement. Et ils comprennent, même si c'est difficile à construire parce qu'à cet âge là ils n'ont des raisonnements que très parcellaires. Pour eux la distinction entre « Ça se fait pas » et « On doit quand même leur permettre de le faire », c'est assez flou. Ça c'est pour les 5ème, avec les 3ème c'était beaucoup plus facile.

Donc tu crois qu'ils intègrent les notions de laïcité et le fait que la liberté de la presse inclut de pouvoir se moquer de toutes les religions ?

Non, ça ils ont quand même du mal à l'intégrer. Il faut voir que pour eux, la laïcité c'est quelque chose d'hostile à leur religion. Ils viennent de me rendre un devoir dans lequel, à propos de la laïcité, ils devaient me donner le principe et un exemple. Sur le principe ils disent presque tous que la laïcité c'est le fait de cacher sa religion, et l'exemple qui l'illustre, c'est l'école. En tout cas eux ils le perçoivent comme ça. Parce qu'il y a plusieurs filles qui portent le voile à l'extérieur de l'école et pas à l'intérieur. Et ça ne pose aucun problème. Mais c'est la réaction de ces jeunes filles musulmanes de 14/15 ans qui m'a le plus marqué. Elles travaillent très bien, sont adorables, et quand tu parles de ces questions là, quand les jeunes garçons posaient des questions sur les caricatures, notamment celle dont je te parlais, et bien tu vois que ça les trouble infiniment, qu'elles trouvent ça vraiment dégueulasse, et tu vois dans leur regard qu'elles ravalent leur peine. Que ça les rend malheureuse de voir ça. Parce que c'est la religion de leurs parents, parce que c'est la leur, parce que c'est important. Donc qu'est-ce que je peux dire à ces jeunes filles musulmanes ? Il faut leur expliquer que tu comprends leur peine, mais que c'est un droit, et que cette liberté n'est pas à isoler des autres libertés. Mais ce qu'il faut voir c'est qu'une caricature comme celle-ci provoque chez certains de l'hostilité – ceux qui crient « ils l'ont bien mérité » - mais chez la plupart des musulmans silencieux ce genre de dessin provoque beaucoup de peine, c'est tout. Et en fait, quand tu rencontres les parents, quand tu vois l'éducation qu'ils donnent à leurs enfants – bien sûr je parle d'une grande majorité, je ne fais pas une généralité – et bien tu vois qu'ils acceptent toutes les règles de la République, sans exception. Donc je crois que ce n'est pas aux musulmans d'accepter la République, comme on les somme de le faire, mais peut-être l'inverse.

Propos recueillis le 09 janvier 2015.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Merci pour ce témoignage de ce prof de bonne volonté.  Voici en gros ce que moi j'ai dit aujourd'hui ( parceque l'autre jour à  une petite toute gentille qui m'a  dit "quand même  , insulter le prophète,  ça  se fait pas " j'avais pas eu le temps ni la présence d'esprit de répondre autre choses que des rapides banalités sur l'émotion et sur que tuer des gens ca se fait pas non plus, -et puis je suis en maths pas en hg,ed civ - ) : 

"Ce que je vais vous dire est avant tout des informations , parceque pour discuter ensemble il faut avoir les mêmes  bases de discutions ... Charlie Hebdo existe depuis longtemps , il s'appelait hara kiri . Son humour a toujours été  un humour "pour adulte" avec plein de trucs bien dégueulasse genre les "truc" qui depassent du slip , du vomi , etc . A sa création se cibles principales étaient le pouvoir (de gaulle) , le pape et les cathos , il était anticolonialiste et déjà contre les réac et tous les fachos , tout les fachos qui sont haineux autant envers les juifs que les musulmans . Et encore maintenant avec les lepen . Et si des musulmans sont cibles de leurs moqueries, c'est bien ceux des musulmans qui sont eux aussi extremistes et racistes . Et de toute facon les autres religions , le pouvoir les politiques et les racistes sont critiqués tout autant ( et toujours dans un style gros dégueulasse ) Donc sur ses principes Charlie hebdo n'est pas raciste il est au contraire le plus acharné  contre les racistes." Et sortant de l'informatif j'ai tenté "si c'est quelqu'un qui est vraiment ton ami qui se moque de toi , c'est pas pareil qui si c'est ton pire ennemi"

La discution est ensuite partie sur les amalgames , les mosquées  attaquées. ... ensuite alors que des garçons sortaient les conneries complotistes,  ma petite gentille me relançait  sur la palestine . La  sonnerie m'a sauvé : un tel sujet ardu demande plus de recul et de temps ,et avec lagitation "naissante" des garcons derrière ça  faisait beaucoup ..

Enfin bref ,  on fait ce qu'on peut quoi.

Construisez l'indépendance de Mediapart

onze euros par mois

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et téléchargez notre application mobile.
Je m'abonne

L'auteur

Cyril Bérard

Chroniques, documentaires et tagliatelles...
Paris - France

Le blog

suivi par 8 abonnés

Cyril Bérard