Cyril Molesini
Abonné·e de Mediapart

37 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 juil. 2016

Lettre de démission de Gérard MAGNIN administrateur d'EDF le 28 juillet 2016

Gérard MAGNIN dénonce dans sa lettre de démission adressé à Jean-Bernard LEVY, Pdg d'EDF, le déplacement amplifié du centre de gravité de l'entreprise vers le nucléaire. Cette démission intervient le jour de la convocation du CA qui doit valider le projet d'Hinkley Point. Projet, que l'ensemble des représentants du personnel rejette, en l'état.

Cyril Molesini
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

  Gérard Magnin Administrateur EDF à

  Jean-­‐Bernard  Lévy   Président  du  Conseil  d’Administration  d’EDF   22-­‐30  avenue  de  Wagram   75382  Paris    

  Paris,  le  28  juillet  2016    

 Objet  :  démission  du  Conseil  d’Administration  d’EDF

 Monsieur  le  Président,    

 J’ai  l’honneur  de  vous  présenter  ma  démission  du  Conseil  d’Administration  d’EDF.     Mon  regard  décalé  par  rapport  à  la  culture  plutôt  monolithique  du  Conseil  ne  vous  a  pas  sans  doute   pas  échappé  et  même  parfois  probablement  irrité.  J’avais  accepté  avec  enthousiasme  la  proposition   que  l’Etat  m’avait  faite  –  à  ma  grande  surprise  -­‐  de  devenir  administrateur.  J’avais  en  effet  imaginé  que   la  période  de  mutation  profonde  des  systèmes  énergétiques  partout  dans  le  monde  serait  propice  à   une  réorientation  historique  de  la  stratégie  d’EDF  vers  une  transition  énergétique  que  la  loi  devait   accélérer  dans  notre  pays.     En   effet,   les   compétences   qui   sont   réunies   dans   l’entreprise   ainsi   que   sa   puissance   de   feu   me   semblaient   être   un   atout   considérable   pour   faire   de   la   France   un   leader   dans   les   énergies   renouvelables,  les  services  énergétiques  et  les  réseaux,  tout  en  assumant  ses  choix  historiques  durant   le  temps  nécessaire.       Force   est   de   constater   que,   en   dépit   de   quelques   frémissements,   dont   les   succès   d’EDF-­‐EN   à   l’international,   les   trajectoires   de   changement   espérées   et   même   attendues   ne   sont   pas   là.     Au   contraire,  alors  que  la  diversification  énergétique  est  partout  à  l’ordre  du  jour  dans  le  monde  et  que   les  entreprises  énergétiques  opèrent  des  changements  parfois  radicaux,  le  centre  de  gravité  d’EDF  se   déplace  encore  davantage  vers  le  nucléaire.  Depuis  les  décisions  imminentes  relatives  au  projet  très   risqué  d’Hinkley  Point  à  la  reprise  d’AREVA  NP  qui  fera  d’EDF  un  fabricant  de  réacteurs,  de  la  poursuite   sans  questionnement  de  la  coûteuse  stratégie  de  retraitement  des  déchets  à  l’affirmation  que  tous  les   réacteurs  du  palier  900  MW  verraient  leur  durée  de  vie  prolongée  à  50  ans  ou  plus,  tout  semble  aller   dans   le   même   sens.   Sans   parler,   par   exemple,   de   la   décision   d’achever   au   début   du   22ème   siècle   seulement  le  démantèlement  de  réacteurs  arrêtés  depuis  déjà  30  années,  sujet  qui  questionne  notre   éthique.       Dans  un  monde  incertain,  la  flexibilité  est  indispensable.  Celle-­‐ci  suppose  de  ne  pas  mettre  tous  ses   œufs   dans   le   même   panier.   Sous   une   apparence   de   robustesse,   la   quasi   mono-­‐solution   nucléaire   soumet  notre  pays  à  une  grande  vulnérabilité.  A  vouloir  jouer  une  carte  à  l’opposé  de  celle  de  la  plupart   des  compagnies  énergétiques  européennes  et  en  se  rapprochant  des  modèles  intégrés  verticalement   russes  et  chinois  –  pays  dont  l’organisation  sociale  est  plutôt  éloignée  de  la  nôtre  –  EDF  court  le  risque   d’une   perte   d’agilité.   Ce   choix   handicape   l’émergence   d’une   industrie   française   des   énergies   renouvelables  et  de  tous  les  nouveaux  systèmes  inhérents  à  une  production  dispersée  combinée  aux   économies   d’énergie,   dont   d’électricité,   ainsi   qu’aux   synergies   entre   réseaux,   le   tout   dans   un partenariat  renouvelé  avec  les  collectivités  territoriales  et  les  citoyens.  Le  simple  fait  de  classer  les   activités  d’énergies  renouvelables  et  de  services  énergétiques  dans  la  catégorie  «  Autres  activités  »  du   Document  de  référence  suffit  en  soi  à  révéler  le  statut  qui  leur  est  réservé  au  sein  de  l’entreprise.  Ce   que  ne  fera  pas  EDF,  d’autres  le  feront,  grâce  à  une  agilité  plus  grande,  une  sensibilité  peut-­‐être  plus   fine  aux  évolutions  du  monde  énergétique,  ainsi  qu’à  l’enthousiasme  de  collaborateurs  placés  devant   de  nouveaux  défis  à  relever.  Il  n’est  pas  sûr  en  effet  que  devenir  un  fabricant  de  réacteurs  ou  un   grossiste  d’électricité  nucléaire  suffise  à  enclencher  une  dynamique  positive  pourtant  attendue  par   une  partie  du  personnel.     «  En  conclusion,  le  Groupe  EDF  s’affirmera  comme  un  des  leaders  du  nouveau  nucléaire  dans  le  monde,   et  entraînera  toute  la  filière  nucléaire  française  dans  le  renouveau  ».  Cet  acte  de  foi  figure  dans  le   rapport  sur  Hinkley  Point  remis  aux  administrateurs.  Il  est  révélateur  de  l’esprit  de  certitude  qui  règne   et  empêche  en  fait  toute  prise  de  recul  et  toute  analyse  sereine.  Cette  prophétie  se  réalisera-­‐t-­‐elle  ?  Il   n’est   en   tout   cas   pas   évident   que   «   l’alignement   des   planètes   »   (technologique,   industrielle,   économique,  financière,  sociale,  humaine,  contextuelle,  médiatique  et  politique),  indispensable  au   succès  d’un  tel  projet,  alignement  qui  n’existe  déjà  pas  aujourd’hui  tant  l’univers  nucléaire  français  est   chaotique,  se  produise  tout  au  long  des  décennies  à  venir.  En  revanche,  on  pourrait  craindre  que  la   mobilisation  des  moyens  pour  ce  projet,  à  grand  renfort  de  cessions  d’actifs,  ait  des  conséquences  sur   la  sûreté  des  réacteurs,  en  particulier  ceux  dont  la  vie  sera  prolongée,  ceci  en  dépit  de  l’attention   scrupuleuse  que  l’entreprise  accorde  à  ce  sujet.  Par  assèchement  des  marges  de  manœuvre,  une  telle   décision  porterait  préjudice  à  un  engagement  d’EDF  aussi  significatif  qu’il  serait  nécessaire  dans  les   alternatives   énergétiques   avec   le   risque   d’avoir   manqué   des   opportunités   industrielles   d’avenir.   Espérons   qu’Hinkley   Point   n’entraîne   pas   EDF   dans   un   abîme   de   type   AREVA   comme   certains   le   craignent.  EDF  aurait  alors  perdu  sur  tous  les  tableaux.     Je  n’ignore  pas  que  cette  stratégie,  par-­‐delà  quelques  escarmouches,  a  les  faveurs  de  l’Etat,  au  risque   de  brouiller  les  messages  portés  par  une  loi  qu’il  avait  pourtant  initiée  et  qui  avait  suscité  beaucoup   d’espoirs.   Etant   administrateur   proposé   par   l’Etat   actionnaire,   je   ne   souhaite   pas   cautionner   plus   longtemps  une  stratégie  que  je  ne  partage  pas.       C’est  cet  ensemble  de  considérations  qui  explique  ma  décision.  Je  préfère  alerter  en  prenant  le  risque   de  me  tromper  que  de  vivre  en  contradiction  avec  ma  conscience.  C’est  une  question  de  loyauté  et   d’honnêteté.     J’ai  trouvé  un  grand  intérêt  à  assumer  mon  rôle  d’administrateur  durant  près  de  deux  années.  Je  m’y   suis  totalement  engagé  et  espère  avoir,  à  ma  façon,  apporté  une  contribution  utile.  C’est  une  tâche   pleine   d’enseignements   à   de   nombreux   égards.   Je   vous   remercie   de   m’avoir   donné   l’occasion   d’exprimer  mes  points  de  vue,  la  plupart  du  temps  jusqu’au  terme  de  mes  interventions.     Je  ne  participerai  évidemment  pas  à  la  réunion  du  CA  de  ce  jeudi.

Avec  mes  sentiments  respectueux.

Gérard  Magnin

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Ce soir, reportage à la frontière avec la Biélorussie, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. Et nos invitées : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
La nullité pollue
Il y a peu, vautré devant un énième naufrage filmique d’une plateforme de streaming, j'ai réalisé que ces plateformes avaient entrainé une multiplication délirante des navets qui tachent à gros budget. Fort bien. Mais quand va-t-on enfin parler de l’empreinte écologique démente de ce cinéma, cet impensé dont on ne parle jamais ? Ne peut-on imaginer des films plus sobres -tels ceux de Carpenter ?
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
La beauté fragile d'un combat
« Nous ne combattons pas le réchauffement climatique, nous nous battons pour que le scénario ne soit pas mortel. » Parfois, par la grâce du documentaire, un film trouve le chemin de l’unisson entre éthique et esthétique. C’est ainsi qu’il faut saluer « L’hypothèse de Zimov  », western climatique, du cinéaste Denis Sneguirev, à voir absolument sur Arte.
par Hugues Le Paige