Cyril Molesini
Abonné·e de Mediapart

37 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 mai 2016

Réactions à la répression de la manifestation du 26 mai à Tours

Pour la première fois à Tours, une manifestation qui se déroulait, comme toujours dans cette ville, dans le calme, sans dégradations de biens publics ou privés, sans insultes envers les forces de l'ordre a été vivement réprimée.

Cyril Molesini
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La manifestation contre la loi travail du jeudi 26 mai a été marquée par une forte répression avec trois interpellés et des blessés.La photo ci-dessus a été prise quelques secondes avant les tirs de grenades lacrymogènes, le cortège vient de s'arrêter devant le cordon de policiers.La plupart des manifestants ont les bras en l'air pour montrer qu'ils n'ont aucune intentions violentes. La fumée provient à ce moment de fumigènes que tiennent quelques manifestants en tête de cortège.

Les tourangeaux contre la loi travail souhaitent revenir sur la forte répression ayant eu lieu pendant la manifestation du Jeudi 26 mai 2016.

Jeudi 26 mai, ce sont près de 4000 personnes qui se sont réunies ensemble pour lutter contre cette loi travail et le déni de démocratie qu’est le 49.3.
Durant cette manifestation, au départ de la place de la Liberté, le cortège a remonté l’ensemble de l’avenue Grammont ainsi que la rue Nationale, pour ensuite se diriger vers le pont Mirabeau, sans volonté d’atteindre l’autoroute, comme ont pu le penser les forces de l’ordre. Avant l’arrivée au pont, une ligne de CDI (Compagnie Départementale d’Intervention) s’est déployée devant nous, empêchant l’accès au pont. L’arrivée des manifestants près des forces de l’ordre s’est faite de façon pacifique, un grand nombre de manifestants ont mis les mains en l’air et sont restés à distance de cette ligne pour montrer qu’ils étaient là pacifiquement et pas dans une optique d’affrontement. A la suite, sans sommation audible de la part de tous, un grand nombre de grenades lacrymogènes ont été lancées à bout portant, ce que nous trouvons fortement dangereux. De plus des coups de matraques ont été donnés et ont engendrés des blessures, qui ont été constatées par des médecins.

Par la suite, après que les manifestants sont repartis du pont Mirabeau, une deuxième occupation s’est déroulée place Anatole France, pacifiquement. La plupart des militants se sont assis, des espaces de discussions se sont alors créés pour discuter de la loi travail ainsi qu’apporter un soutien psychologique aux militants suite à la charge des policiers.

Une nouvelle fois, les forces de l’ordre sont arrivées massivement, équipées comme rarement vu à Tours. Les manifestants se sont alors dirigés vers la rue Nationale, dans laquelle, une nouvelle fois, des bombes lacrymogènes ont été massivement envoyées. Nous tenons à ajouter que dans cette rue, de nombreuses personnes ne participant pas à la manifestation étaient présentes. De plus, plusieurs personnes ont été blessées ce qui, encore fois, va à l’encontre de ce que notre mouvement défend et du rôle qu’est censé avoir la police face à ses concitoyens. Lors de cette charge, un automobiliste paniqué a renversé une personne âgée qui souffre d’un traumatisme crânien et qui a perdu énormément de sang. De plus, dans la rue Nationale un autre individu, extérieur à la manifestation, a subi une forte répression de la part des policiers et a fini les mains et la tête ensanglantées. Cette situation s’est répétée une nouvelle fois à Jean Jaurès où les passants ont également eu le droit à leurs émanations de gaz, alors qu’ils étaient totalement extérieurs à la manifestation. Le but de l’opération de la police était d’encercler les manifestants afin de procéder à des arrestations.

De plus, lors de cette journée, trois interpellations ont eu lieu dans nos rangs.

Par ce présent communiqué, nous tenons une nouvelle fois à exprimer notre opposition aux violences policières ainsi que les risques qu’ils font encourir à la population (passage en moto dans la foule, réouverture de la circulation, utilisation de gaz lacrymogènes en place publique) et nous réclamons l’arrêt immédiat des poursuites concernant nos camarades ainsi que le retrait de la loi travail de la part du gouvernement.

Le mouvement des Tourangeaux contre la loi travail

 .

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Cinéma
Jean-Luc Godard, l’entretien impossible
À l’heure où les bouleversements politiques, écologiques et sociaux semblent marquer la fin d’une époque, Mediapart a eu envie de rendre visite à Jean-Luc Godard, dont les films sont des mises en abyme inégalées des beautés et des troubles du monde. Mais rien ne s’est passé comme prévu. 
par Ludovic Lamant et Jade Lindgaard
Journal — France
Procès des sondages de l’Élysée : le PNF requiert finalement l’incarcération de Claude Guéant
La réouverture des débats a opposé deux thèses, ce vendredi, au tribunal de Paris. L'ex-ministre de Sarkozy assure qu’il ne peut pas rembourser plus rapidement ce qu’il doit encore à l’État. Le Parquet national financier estime au contraire qu’il fait tout pour ne pas payer.
par Michel Deléan
Journal — Santé
Didier Raoult sanctionné par la chambre disciplinaire du conseil de l’ordre
La chambre disciplinaire de l’ordre des médecins a sanctionné, le 3 décembre, d’un blâme le professeur Didier Raoult. Lors de son audition devant ses pairs, il lui a été reproché d’avoir fait la promotion de l’hydroxychloroquine sans preuve de son efficacité.
par Pascale Pascariello
Journal
Des traitements à prix forts, pour des efficacités disparates
L’exécutif a dépensé autour de 100 millions d’euros pour les anticorps monoclonaux du laboratoire Lilly, non utilisables depuis l’émergence du variant Delta. Il s’est aussi rué sur le Molnupiravir de MSD, malgré un rapport bénéfices-risques controversé. En revanche, les nouveaux remèdes d’AstraZeneca et de Pfizer sont très attendus.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.