Théophanies de Paul Armand Gette

La mire a le plaisir de vous convier au vernissage de l’exposition

LES THÉOPHANIES de Paul Armand Gette
le mardi 14 avril à partir de 18h
Lecture – performance-musicale à 19h :
Dissimulations & Dévoilements d’Artémis (nouvelle version) par Paul Armand Gette.
Il sera accompagné de Paul Laurent avec ses instruments (magnétophones et micros) & de Matthias Demoucron au violon.

Association la mire,
20 rue des curés 45 000 ORLÉANS

Retrouver toutes les informations :

sur le site
http://assolamire.gandi-sitemaker.net

sur le blog
http://lamireartsvisuels.wordpress.com

et

sur Facebook
profil La mire

Exposition se déroulera du 14 avril au 9 mai
Ouverture le samedi & dimanche de 15h à 19h
En semaine sur RDV
Tél : +33 (0)2 38 53 11 52
Contact : lamire.artsvisuels@yahoo.fr


Pour sa programmation 2009, l’association la mire vous propose de découvrir un ensemble inédit de toiles et de dessins réalisés par Paul Armand Gette entre 2001 et 2008. Figure majeure de la scène contemporaine internationale, il réalise pour l’occasion une installation in situ intitulée Le Cabinet de Diane avec l’un de ses outils et de ses médiums favoris : la photocopie.

Paul Armand Gette explore les formes et les mythes tout en ancrant sa pratique dans une rigueur scientifique. Ses compositions visuelles possèdent un point commun : elles sont toutes réalisées à partir d'un ensemble de références naturalistes et mythologiques à décoder. Il investit les mythes antiques dont celui d'Artémis/Diane en se focalisant sur le dévoilement de la déesse à travers la peinture et le dessin. Pour cet artiste, il n’y a aucune différence entre les deux mythes :«Je passe aussi sans difficulté de la mythologie grecque à la romaine, Artémis ou Diane, suivant le moment». En effet, ces déesses se révèlent toutes les deux dangereuses à pourchasser. Paul Armand Gette joue avec l’histoire de l’art et de la littérature. Dissimulée, cachée, la déesse apparaît ici et là. Il traque et dévoile les traces parfois contradictoires de la fougueuse déesse si souvent camouflée pour transporter les spectateurs dans un univers fictionnel où nature et mythologie s’entrecroisent sans cesse.

La mire bénéficie du soutien de la Ville d'Orléans, DRAC Centre, Conseil Régional du Centre, Conseil Général du Loiret, DRDJS, ACSE, Poptronics

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.