D Magada
Journaliste et auteure indépendante basée à Rome, je vis et travaille dans plusieurs langues et cultures
Abonné·e de Mediapart

104 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 janv. 2021

Les limites de notre système scolaire

D Magada
Journaliste et auteure indépendante basée à Rome, je vis et travaille dans plusieurs langues et cultures
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le gouvernement italien ne parvient pas à s'accorder sur les mesures anti-COVID à mettre en place dans les lycées et instituts supérieurs. Résultat: c'est le status quo avec des lycéens forcés de continuer l'enseignement à distance à 100 pour cent pour une autre semaine (les écoles devaient rouvrir le 11 janvier) et certainement plus, vu que la situation sanitaire ne s'améliore pas assez rapidement. Donc des lycéens enfermés chez eux à un âge où les contacts sociaux sont primordiaux parce qu'également formateurs.

Pour mon fils de 15 ans scolarisé en seconde au lycée français Chateaubriand, familièrement connu sous le nom de Chatô à Rome, où les journées de travail sont plus longues que dans les établissements italiens, cela se traduit par des journées de huit heures, voire plus, assis devant un écran. Ses journées se déroulent de la sorte: il se réveille à 7h50 et à peine levé il se connecte à Google Meet pour commencer la leçon de 8h. Il n'a pas le temps de manger, il le fera pendant l'inter-cours suivant de 10 minutes. Il a ensuite une pause-déjeuner d'une heure à midi ou 13 heures selon les jours, et poursuit ses cours jusqu'à 17 heures ou 18 heures. Je dois le pousser à sortir prendre l'air à midi ou après les cours quand il fait déjà nuit. Il ne voit plus d'amis, c'est trop compliqué à organiser, surtout en hiver avec le mauvais temps. Deux soirs par semaine, il peut jouer au foot dans un club autorisé à rester ouvert parce qu'officiellement reconnu par la Fédération Nationale des Sports (un moyen de contourner les règles strictes en matières de club sportifs qui restent pour la plupart fermés). C'est sa seule bouffée d'oxygène. Il ne fait que des entrainements, les matchs sont interdits à cause de la distanciation sociale. Mis à part l'interlude de Septembre-Octobre où il a pu physiquement retourner à l'école, il vit à ce rythme depuis presqu'un an maintenant.

 Certains lycéens ont ouvertement plaidé auprès de la direction pour un réaménagement des horaires, mais comme toujours dans les institutions bureaucratiques, ils n'ont pas été entendus. Le système gagne toujours jusqu'à ce qu'il s'effondre. Car ce que cette crise met en lumière, c'est l'incapacité du système éducatif français à s'adapter à des circonstances inédites. Coincé entre la législation italienne et la stricte exigence des programmes scolaires, le lycée français n'a ni la liberté, ni la souplesse d'innover dans ses aménagements scolaires, au détriment du bien-être des élèves. Le proviseur précédent avait essayé, mais attaqué de toutes parts, il a été muté du jour au lendemain en septembre (sans que les parents soient tenus au courant de la véritable raison). Dans un monde en crise, si on ne plait pas, on dégage.

 A présent, tout le monde s'accorde à dire que des journées de sept à huit heures consécutives en ligne sont contre-productives. La plupart des parents le savent, eux-aussi travaillent en ligne. Ceux d'entre eux chargés de formation (dont je fais partie) limitent leurs cours en ligne à un maximum de trois heures par jour, avec des pauses toutes les quarante minutes. Au-delà, la concentration baisse et les yeux fatiguent. Et pourtant, au lycée à Rome, on s'acharne à calquer un emploi du temps en présentiel à un enseignement à distance parce qu'il ne faudrait surtout pas arriver à la fin de l'année scolaire sans avoir bouclé les programmes. Et l'équilibre psychique des élèves (et des professeurs)? Il semble passer en second plan. Et la capacité d'adaptation du système? Elle est inexistante, et c'est bien là que réside son péril. On sait que dans un monde en pleine mutation, l'adaptabilité est une des clés de la survie. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gouvernement
Covid : Blanquer a annoncé le nouveau protocole des écoles depuis Ibiza
Les vacances de fin d’année du ministre, mis en cause pour sa gestion tardive de la crise sanitaire, suscitent depuis plusieurs jours des tensions au sein du gouvernement. Son entretien polémique au « Parisien », qui a provoqué la colère des enseignants, a en réalité été réalisé depuis l’île des Baléares, a appris Mediapart. Ce qui avait été caché. 
par Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Parlement
L’Élysée à la rescousse de la députée Sira Sylla, mise en cause pour harcèlement
Un conseiller élyséen a publiquement soutenu la parlementaire LREM, dont plusieurs anciens collaborateurs ont dénoncé le management, alors que ce problème est connu depuis des années par le parti. L’élue n’a également pas respecté une quarantaine au retour d’un voyage présidentiel en Afrique du Sud.
par David Perrotin et Antton Rouget
Journal — France
Une figure du combat contre le harcèlement scolaire est visée par une plainte pour « harcèlement »
Fondatrice de l’association Marion la main tendue, Nora Fraisse se voit reprocher par une dizaine d’anciennes bénévoles, stagiaires ou services civiques d’avoir eu un comportement toxique envers de proches collaborateurs. D’après notre enquête, l’une d’elles a déposé plainte pour « harcèlement ».
par Prisca Borrel
Journal — France
À l’Élysée, le conflit d’intérêts qui passe comme une lettre à la poste
En mars 2020, la présidence de la République a nommé à la tête de son service de la correspondance un ancien du groupe de conseil informatique Capgemini. Le nouveau responsable a immédiatement fait appel à son ancien employeur en tant que consultant.
par Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
La farandole ultra-droitière d'un ministère de « l'Instruction publique »
Eric Zemmour vient de présenter comme un point important de son programme éducatif la « création d'un grand ministère de l'Instruction publique ». Cela avait déjà été préconisé dès 2013 dans le projet d'« une droite forte » rédigé par deux secrétaires nationaux de l'UMP : Guillaume Peltier et Didier Geoffroy. Et Jean-Michel Blanquer l'aurait aussi suggéré à Emmanuel Macron lors de sa nomination.
par claude lelièvre
Billet de blog
La gauche et l’éducation : l’impensé des savoirs scolaires
D’un débat entre représentants des candidats de gauche et de l’écologie sur l’éducation ressort l’impensé partagé des savoirs scolaires.
par Jean-Pierre Veran