D Magada
Journaliste (ex-reuters) et auteure indépendante basée à Rome, je vis et travaille dans plusieurs langues et cultures
Abonné·e de Mediapart

108 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 sept. 2022

D Magada
Journaliste (ex-reuters) et auteure indépendante basée à Rome, je vis et travaille dans plusieurs langues et cultures
Abonné·e de Mediapart

Les élections sont presque là...

L'Italie en attente de la grande élection nationale du 25 Septembre 2022 où la classe politique pourrait être secouée.

D Magada
Journaliste (ex-reuters) et auteure indépendante basée à Rome, je vis et travaille dans plusieurs langues et cultures
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 On dit souvent que l’Italie a 10 ans d'avance sur ses voisins et que c'est toujours elle qui ouvre la voie aux changements en bien ou en mal, comme l'a montré l'exemple de Mussolini avec le fascisme en Europe, ou celui de Berlusconi avec le business au pouvoir. Alors que nous réserve demain?La candidate de super droite, Giorgia Meloni, qui rompt avec les codes de l'establishment et à qui on donne toutes les chances d'être élue le 25 septembre, n'arrête pas son ascension dans les sondages.

 Vu de l'extérieur, on peut le concevoir. Elle est jeune, c'est une femme, ancienne journaliste, elle a un parler franc et direct (sans aboyer comme son homologue française), elle dit ce qu'elle pense sans ambiguïté ce qui résonne d'autant plus chez des Italiens qui en ont assez de voir leurs hommes politiques s'enrichir sous couvert de discours démagogues alors que pour eux la vie quotidienne devient de plus en plus difficile.

  En effet, les salaires sont ultra bas, les aides de l'État inexistantes, les possibilités d'emploi réduites quand on n'est pas connecté, le marché du travail statique tandis que le coût de la vie continue d'augmenter. A part une élite privilégiée, L'Italie est un pays en voie d'appauvrissement. Pour remplir les caisses, l'État vend les biens publics à des sociétés étrangères, des injections qui permettent de combler momentanément les trous.  

 Je me promène dans Rome et je vois des routes mal-entretenues avec des trous si profonds que les pneus en claquent. Je vois des poubelles qui débordent et qui empestent avec les chaleurs de l'été, je vois de plus en plus de gens à mendier dans la rue ou aux feux rouges, souvent des hommes et des femmes sans travail autour de la soixantaine. Je remarque des employés au visage tendu de colère ou éteint de résignation aux caisses de supermarché parce qu'ils savent qu'après le 15 du mois, les soucis financiers reviendront. Je vois de plus en plus de sociétés de crédit instantané ou d'achat d'or contant qui remplacent les négoces traditionnels.

 Dans les partis plus libéraux et centristes, on prend les mêmes et on recommence. Enrico Letta est en tête de liste du Parti Démocratique, un grand parti du centre-gauche. Il était Président du Conseil en 2013, se souvient-on de lui ?  L'Honorable Emma Bonino, une femme à la carrière remarquable, ancienne députée européenne et ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement de Letta, se présente au nom du parti pro-européen, More Europe (le choix de l'anglais serait-il gage de modernité ?). Mais n'incarne-t-elle pas un monde qui n'existe plus, celui des intellectuels italiens de la deuxième moitié du 20ème siècle aux grandes idées fédéralistes européennes, dont Altiero Spinelli fut l'un des plus éminents représentants ?

 Pour les citoyens les plus démunis, il y a trop de décalage entre ces idées et la réalité de ce qu'est devenue une Union Européenne dans laquelle leur voix n'a pas beaucoup de poids. Alors comme ailleurs, les voix les plus extrêmes s'immiscent dans cet interstice et encouragent le pays à se replier sur lui-même. Évidemment, aucun des partis n'a la solution miracle, leurs programmes flous le montrent bien. Sans vision claire de l'avenir, on s'accroche à la rhétorique et au populisme.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Justice
Les liaisons dangereuses de Rachida Dati avec les barbouzes du PSG
Enquête illicite dans l’affaire Renault-Nissan, intervention auprès d’un préfet, renvois d’ascenseur : la justice s’intéresse aux relations entre l’ancienne garde des Sceaux et un lobbyiste mis en examen dans l’affaire qui secoue le club de foot.
par Yann Philippin et Matthieu Suc
Journal
Harcèlement, violences, faux en écriture publique : des policiers brisent « l’omerta » 
Dans un livre à paraître jeudi 1er décembre, six fonctionnaires de police sortent de l’anonymat pour dénoncer, à visage découvert, les infractions dont ils ont été témoins et victimes de la part de leurs collègues. Une lourde charge contre « un système policier à l’agonie ». 
par Camille Polloni
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Le youtubeur Léo Grasset visé par une enquête pour viol
Selon nos informations, une étudiante a déposé plainte à Paris. Elle accuse de « viol » le célèbre vulgarisateur scientifique et youtubeur, déjà visé par une enquête préliminaire pour « harcèlement sexuel ». De nouveaux témoignages font état de « problèmes de respect du consentement », mais également d’« emprise ».
par Sophie Boutboul et Lénaïg Bredoux

La sélection du Club

Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma
Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Révolution kurde en Iran ? Genèse d’un mouvement révolutionnaire
Retour sur la révolte en Iran et surtout au Rojhelat (Kurdistan de l’Est, Ouest de l’Iran) qui a initié le mouvement et qui est réprimé violemment par le régime iranien dernièrement (plus de 40 morts en quelques jours). Pourquoi ? Voici les faits.
par Front de Libération Décolonial
Billet de blog
Voix d'Iran : la question du mariage forcé (et du viol) en prison
Ce texte est une réponse à la question que j'ai relayée à plusieurs de mes proches, concernant les rumeurs de mariages forcés (suivis de viols) des jeunes filles condamnées à mort.
par sirine.alkonost