Le calendrier Mussolini

Ces derniers temps, je fréquente un peu plus souvent le kiosque de notre quartier pour récupérer ou envoyer des colis UPS, acheter un rouleau de papier-cadeau ou encore chercher des enveloppes. Il est bien implanté sur la bande centrale d'une double-allée et fait office à la fois de bureau de tabac, papeterie, colis-relais, vitrine de petites annonces et bien-sûr vente de magazines. A l'approche de la fin d'année, on y trouve aussi des calendriers imprimés qui restent d'usage en Italie. Je n'ai donc pas été surprise de voir, lors de ma dernière visite, toute sorte de calendriers y compris le fameux Pirelli, par contre, je ne m'attendais pas à voir un calendrier à l'éloge de Mussolini. Le choc. Un calendrier de 2021 et non pas 1921 (l'année précédent sa prise de pouvoir), avec des soi-disant photos exclusives et inédites et une citation du Duce en première page: "Il ne suffit pas d'être bons, il faut être les meilleurs." L'éditeur ne s'arrête pas là, non seulement il fait un panégyrique complet du dictateur mais en plus, il inclut bien un disclaimer en bas de page dans lequel il précise ne pas faire de jugement historique, mais de simplement raconter en image l'histoire du protagoniste. Texto. Il est présenté tour à tour comme penseur, diplomate, leader courageux, travailleur, innovateur et homme au style vestimentaire impeccable ("le style et non pas la mode", nous dit-on). Si on voulait faire de la propagande pro-Mussolinienne, on ne ferait pas autrement.

Alors comment l'interpréter? Le quartier de Flaminio dans lequel j'ai déménagé cet été, fut construit dans les années 1920 et 1930 sur une initiative de Mussolini. Il fallait faire de cette zone délaissée au nord de Rome, un quartier bourgeois avec des immeubles cossus et modernes, dont l'architecture est d'ailleurs assez unique. La plupart des appartements appartiennent toujours aux descendants des familles de notables qui ont investi dans ces immeubles et qui ont donc prospéré à l'époque du fascisme. Peut-être qu'ils en gardent une certaine nostalgie quand aujourd'hui, ils vivent principalement de rentes immobilières. Je spécule peut-être, toujours est-il que je n'avais jamais vu ce genre de calendrier auparavant dans d'autres quartiers de Rome, ou alors j'avais mal regardé?

(desolée mais la plateforme de blog Mediapart ne me permet pas de modifier le sens de l'image, pourtant dans le bon sens dans mes fichiers) (desolée mais la plateforme de blog Mediapart ne me permet pas de modifier le sens de l'image, pourtant dans le bon sens dans mes fichiers)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.