2020: Une année enfermée

Alors que s'achève cette curieuse année 2020, pour le moins inédite, je devrais me réjouir de passer à autre chose, mais à quoi? Je reste un peu sceptique (c'est mon naturel) car je ne vois pas en quoi un changement de chiffre solaire peut augurer un changement de circonstances. Pourquoi ne pas attendre le Nouvel An chinois en février, ou le Nouvel An Iranien en mars ou encore celui Ethiopien en septembre? Pour ma part, j'attends de voir car en 2020, j'ai vraiment appris à attendre. Attendre la remise en place de mes contrats professionnels (tous suspendus), attendre de pouvoir me déplacer, attendre de pouvoir voyager loin, attendre de revoir mes filles étudiantes, attendre le retour de mon mari hospitalisé (ulcère perforé et non pas COVID) pour fêter Noel, attendre que la pandémie passe, et en attendant, j'ai beaucoup cuisiné parce que nous étions tous bloqués à la maison, parents et enfants encore scolarisés. Midi et soir nous cuisinions, au point d'en être à cours d'idées et d'inspiration pour préparer de nouveaux plats. Alors pour finir cette année enfermée, je vais ouvrir des huitres, en espérant évoquer par ce geste, une symbolique de l'ouverture et non pas de l'enfermement.  

BONNE ANNEE 2021!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.