Damien Gautreau
Professeur d'Histoire-Géographie
Abonné·e de Mediapart

46 Billets

2 Éditions

Billet de blog 10 juil. 2017

Mayotte est-elle française ?

L'île qui se situe dans l'archipel des Comores est aujourd'hui administrée par la France, contre l'avis des Nations Unies.

Damien Gautreau
Professeur d'Histoire-Géographie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a des sujets particulièrement tendus et qui déchaînent les passions. Celui du rattachement de Mayotte à la France en fait partie. Il est ravivé de manière récurrente, comme récemment avec le cas d'un jeune athlète mahorais ayant fait le choix de courir sous les couleurs des Comores. Cette situation complexe remonte à 1975.

En effet, dans les années 1960-70, la France se sépare de ses colonies. Pour le cas des Comores c'est un ensemble de quatre îles colonisées par la France depuis 1841 pour Mayotte et 1886 pour le reste de l'archipel. En 1974, une consultation de la population au sujet de l'indépendance se tient dans chacune des îles. La campagne est compliquée car des Mahoraises, les célèbres chatouilleuses, empêchent les élus d'Anjouan ou de Grande Comore de faire campagne à Mayotte. De plus, la France semble agir pour le maintien de Mayotte dans son giron. Au final, le résultat dans l'ensemble de l'archipel est sans appel, plus de 90% des habitants souhaitent l'indépendance. Mais ce n'est pas le cas sur l'île de Mayotte où 65% de la population a voté pour le maintien. La France s'appuie sur cette particularité et décide de considérer le résultat du vote île par île, ce qui lui permet de conserver Mayotte. Les Comores proclament leur indépendance en 1975 et revendiquent l'intégralité de leur territoire, Mayotte compris. Cela figure même dans la constitution de l'Union des Comores. L'ONU donne raison aux Comoriens et condamne par une vingtaine de résolutions différentes l'occupation de Mayotte par la France. L'ONU « Demande au Gouvernement français de se retirer immédiatement de l’île comorienne de Mayotte, partie intégrante de la République indépendante des Comores, et de respecter sa souveraineté »1. La France ne tient pas compte de ces résolutions et continue d'administrer l'île. De son côté, L'Union des Comores revendique toujours le rattachement de Mayotte à son territoire.

Aujourd'hui donc, Mayotte est administrée par la France et figure, depuis 2011, parmi les Départements d'Outre-Mer. Bien que nettement moins développée que les autres départements français, Mayotte est gérée comme partie intégrante du territoire national et les Mahorais semblent très attachés à cet état de fait. Pourtant, si c'est bien le drapeau français qui flotte sur les mairies et les établissements scolaires, il est impossible de nier que Mayotte partage avec les autres îles des Comores une même langue, culture, religion, traditions, gastronomie, et une grande partie de son histoire. Mayotte est clairement un territoire africain et la proximité culturelle avec des pays comme la Tanzanie est frappante. Pourtant, on ne peut nier non plus qu'elle est administrée par l’État français et que les liens entre la France et Mayotte sont forts. Nous sommes donc au cœur d'une situation complexe qui n'a pas fini de faire naître des tensions et qui cause de nombreux drames humains, les Comoriens étant considérés comme clandestins sur l'île de Mayotte...

1Résolution 31/4 d'octobre 1976.

Panneau officiel dans les rues de la capitale des Comores, Moroni. © Damien Gautreau

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Lidl : les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
Conditions de travail : la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Politique
Zemmour : quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)

La sélection du Club

Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau