Un nouveau volcan

Après une année de séismes quotidiens, les habitants de Mayotte savent désormais qu’un nouveau volcan en est la cause.

Voilà déjà un an que l’île de Mayotte, dans l’archipel des Comores, connaît des séismes quotidiens. Cet essaim de séismes a son épicentre à moins de 50km des côtes mahoraises, à l’Est de Petite-Terre. L’île a subit pas moins de 2400 séismes depuis le 10 mai 2018, dont 31 d’une magnitude supérieure à 5, devenant la région du monde la plus touchée par le phénomène. Inhabituel dans l’archipel, ces séismes ont d’abord suscité l’inquiétude de la population puis la curiosité des scientifiques.

Afin d’apporter des réponses aux nombreuses interrogations que génère ce phénomène inédit, l’État décide finalement d’envoyer le Marion Dufresnes, navire attaché aux TAAF1 et équipé de matériel scientifique. Après une première mission sur site ce mois de mai 2019, les réponses tombent ; il s’agit bien de la formation d’un nouveau volcan. Celui-ci se trouve dans une zone de 3500 mètres de profondeur. Ce qui étonne, c’est sa hauteur. Le cône volcanique s’élève déjà à 800 mètres au dessus des fonds marins, avec un diamètre de 4 km. Alors que dans un premier temps les scientifiques ont annoncés qu’il faudrait des milliers d’années avant qu’il n’émerge, face à sa croissance extrêmement rapide, la prudence est désormais de mise. Si il continu sa poussée au rythme de cette dernière année, il pourrait émerger d’ici quatre ans. Rien n’est certain mais si cela se confirme alors Mayotte serait exposée à un risque supplémentaire, s’ajoutant aux tremblements de terre et à d’éventuels raz-de-marée, le risque volcanique.

De plus, un des effets secondaires de cette intense activité, c’est l’affaissement de l’île. Mayotte s’est en effet enfoncée de 13 cm en seulement un an. C’est l’équivalent de 700 ans d’activité « normale ». Les tremblements de terre sont toujours fréquents et l’île continue donc de s’enfoncer. Cela fait craindre un risque de submersion marine qui pourrait avoir de graves conséquences. La mission Sécurité civile sur les risques liés au volcan2 pointe du doigt le danger que représente ce phénomène et entend alerter la population mahoraise.

Dans tous les cas, le phénomène en cours à Mayotte depuis plus d’un an est unique. Il suscite l’inquiétude de la population, certains craignent même une punition divine. Il interroge et fascine la communauté scientifique mondiale qui regarde désormais avec grand intérêt ce petit archipel de l’Océan Indien. Il interroge sur les dispositions prisent par l’État français pour gérer une éventuelle catastrophe.

Le Marion Dufresne dans le lagon mahorais © Damien Gautreau Le Marion Dufresne dans le lagon mahorais © Damien Gautreau

1Terres Australes et Antarctiques Françaises

2Mission de sécurité civile dépêchée à Mayotte suite à un communiqué interministériel

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.