Maurice a 50 ans !

La République de Maurice fête ce lundi 12 mars les cinquante ans de son indépendance.

L'île Maurice a célébré les 50 ans de son indépendance ce lundi 12 mars. Dans une grande fête populaire ponctuée de concerts et de démonstrations militaires, les 1 264 887 habitants ont donc commémoré cette date fondatrice de leur histoire. Inhabitée jusqu'en 1598, l'île est d'abord occupée par des Hollandais. Maurice est ensuite colonisée par les Français puis par les Anglais jusqu'à son indépendance en 1968. Les Mauriciens sont fiers de leur histoire et de leurs racines à la fois européennes, africaines, indiennes ou encore chinoises, c'est pourquoi ce cinquantenaire est si important pour eux.

L'île Maurice fait souvent figure d'exemple tant sa situation est particulière. En seulement cinquante ans d’indépendance, cette petite île perdue au milieu de l'Océan Indien est parvenue à se faire une place sur la scène internationale. Non seulement réputée comme destination touristique, Maurice est l'un des plus gros producteurs de canne à sucre au monde et s'illustre aussi dans les activités financières. Le cadre de vie y est exceptionnel et on ne compte plus le nombre d'expatriés qui s'y installent, Français notamment. Il est vrai que l'île a des atouts certains, l'insécurité y est inexistante, tout comme les problèmes d'électricité ou d'approvisionnement en eau, le réseau routier y est d'excellente qualité. Ces quatre points font pourtant cruellement défaut dans la plupart des pays de la région, y compris ceux restés colonisés comme Mayotte. L'IDH et le PIB/habitant sont parmi les plus élevés du continent africain et le taux de croissance est de 3,5% par an.

Ces célébrations sont donc d'importance internationale et de nombreux représentants étrangers y ont participé, dont un secrétaire d’État français et le président de l'Inde. Il y a fort à parier que l'île Maurice a encore de beaux jours devant elle.

Port Louis, capitale de l'île Maurice Port Louis, capitale de l'île Maurice

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.