Le Pen triomphe à Mayotte

Les Mahorais sont les seuls habitants d'outre-mer à placer Marine Le Pen à plus de 25% au premier tour du scrutin présidentiel.

 

Déjà, lors de sa venue sur l'île en novembre/décembre 2016, l'accueil fut particulièrement chaleureux. A l'aéroport, des bouénis1 l'ornent de collier de fleurs et lui dédient des chants traditionnels. Elle tient ensuite un meeting en plein air, dans le nord de l'île, où se pressent des centaines de personnes, on y trouve des pancartes « dehors les étrangers » et « Marine présidente ». Elle rencontre aussi les cadis2 mahorais qui osent même quelques prières pour la responsable frontiste. On est aux antipodes de la visite de Jean-Marie Le Pen qui avait reçu, en 2001, un accueil plutôt froid à Mayotte.

Pourtant, en 2012, la candidate du Front National ne réalisa que 2,77% des voix, loin derrière François Hollande (36,55) et surtout Nicolas Sarkozy avec ses 48,73%. Les habitants de l'île sont connus pour voter à droite mais n'ont jusque là jamais franchit le pas qui mène à l'extrême. Le FN est traditionnellement mal vu dans les territoires d'outre-mer au sein desquels il véhicule toujours l'image d'un parti raciste. En 2012, Marine Le Pen ne fait que 4,76% en Martinique et 5,16% en Guadeloupe. Les déplacements, plutôt rares, sont souvent animés. En novembre 2016, avant de passer à Mayotte, la candidate du FN fait une escale à la Réunion où l'accueil est plus tendu. Des manifestants l'attendent de pied ferme et elle doit sortir par une porte dérobée. Les Réunionnais, fiers de la pluralité de leur île ne veulent pas du discours pour le moins clivant de la famille Le Pen. Il y a près de 20 ans, en décembre 1997, le père Le Pen était pris à partie par des manifestants à son arrivée à l'aéroport de Martinique (où il ne faisait que transiter).

Cet engouement pour le parti d'extrême droite à Mayotte a de quoi surprendre, dans ce département à 95% musulman. Le programme du Front National est en fait très méconnu des électeurs mahorais. Ce qui fait mouche ici c'est la politique xénophobe de Le Pen. Mayotte compte un nombre important d'étrangers entrés illégalement sur le territoire. Les locaux ont pour habitude de leur imputer tous les maux de l'île. Marine Le Pen sait en jouer et promet de renforcer les contrôles et d'augmenter les expulsions. Tant pis si le programme de la candidate est ouvertement islamophobe.

Au final, malgré une participation faible (moins de 44%), la candidate d'extrême droite arrive en seconde position sur l'île avec 27,3% des voix, derrière Fillon (32,6%). Le Pen arrive en tête dans quatre communes, Acoua, Pamandzi, Bandraboua et surtout Bouéni où elle obtient 48,8% des suffrages exprimés. Des résultats historiques, Mayotte est donc le premier département d'outre-mer à placer le FN aussi haut... triste record.

1Femmes mahoraises

2Responsables religieux musulmans en chargent des affaires juridiques

 

Affiche de Le Pen sur les murs d'une habitation de la rue principale de Sada © Damien Gautreau Affiche de Le Pen sur les murs d'une habitation de la rue principale de Sada © Damien Gautreau

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.