L'inutile défilé des ministres

Après le ministre de l'Intérieur une semaine plus tôt, c'est la ministre des Outre-mers qui vient de passer trois jours à Mayotte. Des visites sans véritables annonces et à moins de deux mois des élections européennes.

L’île de Mayotte vient de recevoir la visite, à une semaine d'écart de deux ministres. Le premier fut le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner du 14 au 16 avril. Le second est une habituée, Annick Girardin, ministre des Outre-mers, du 21 au 23 avril. Si ce défilé de ministres, inhabituel sur ce territoire oublié de la République, a de quoi surprendre, il a néanmoins une justification très simple : l'approche des élections européennes. En effet, Mayotte semble déjà acquise au parti d'extrême droite RN alors que Le Pen était arrivée en tête dans plusieurs villages lors du second tour de 2017 et que des collectifs xénophobes ont pignon sur rue. De plus, la présidente du RN s'est rendue à Mayotte au mois de mars. Il était donc important pour les deux ministres de montrer la présence de l’État et ainsi faire campagne pour le parti du président.

Malgré ces deux visites ministérielles, rien de nouveau à Mayotte. L'île qui a connu un important mouvement social l'an dernier n'a pas vu sa condition s'améliorer depuis et demeure dans une situation alarmante. Pas de nouvelles annonces non plus de la part des ministres qui se contentent de dresser un bilan des mesures de l'an dernier, à savoir quelques gendarmes et un bateau intercepteur... bref, rien qui ne puisse redresser la situation du département le plus pauvre de France. En mettant, encore une fois l'accent sur l'immigration, Castaner et Girardin minimisent les graves manquements de l’État sur ce territoire et désignent un bouc émissaire tout trouvé. Mayotte a pourtant besoin d'importants investissements pour rattraper son retard, en particulier dans les secteurs de la santé et de l'éducation.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.