Le paquet de cigarettes à 10€ : une mesure fiscale au service de la santé publique ?

Dans la lignée des décisions populaires annoncées par le gouvernement figure le passage du paquet de cigarettes à un prix minimal de 10€ que beaucoup applaudissent comme une mesure courageuse.

C'est vrai qu'un prix du paquet élevé est une marche plus haute à franchir pour les adolescents, et évitent à certains de s'accrocher au tabac.

Mais la majorité des fumeurs sont des adultes. Et ce que nous disent les baromètres santé officiels, c'est que les moins riches fument plus et même de plus en plus. Dans le tiers supérieur des revenus on voit le tabagisme baisser régulièrement : le tabagisme régulier est passé de 28% à 22% entre 2000 et 2014, dans le même temps (en même temps) que le prix du tabac augmentait, celui du tiers les moins riches est passé de 32 à 36%.  Donc en 2014, l'écart est passé de 4 à 14 points.

Passer à 10€ c'est donc pénaliser fortement les moins riches qui ne réussissent pas à se débarrasser d'une addiction sévère parce que c'est difficile, c'est amputer les revenus les plus bas au détriment des autres besoins. Cela s'appelle un impôt injuste plutôt qu'une stratégie de santé publique, quoiqu'en disent les experts.

La consommation de tabac en France en 2014: caractéristiques et évolutions récentes

sans-titre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://inpes.santepubliquefrance.fr/CFESBases/catalogue/pdf/1611.pdf

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.