Monsieur Hulot, osez être le Ministre de la sortie du diesel

 Cher Nicolas Hulot, Monsieur le Ministre,

 

En 2013 votre fondation lançait une pétition intitulée « arrêtons le scandale sanitaire du diesel » pour interpeller Ségolène Royal, alors ministre de l’Écologie et du Développement durable.

Vous demandiez de prendre rapidement trois mesures, pour mettre un terme au scandale sanitaire lié au diesel, qui cause plus de 48 000 décès prématurés par an en France. Vous proposiez de :

  • Débloquer l’argent nécessaire pour que les collectivités locales développent les transports en commun, le covoiturage de proximité et les mobilités douces;

  • Mettre en place une prime à la conversion des vieux diesels d’au moins 1 500 euros pour les revenus modestes;

  • Supprimer progressivement, à partir de 2015, l’avantage fiscal sur le diesel qui coûte 7 milliards d’euros à l’État chaque année.

Comme vous, je suis convaincu qu’il y a urgence à agir et je soutiens les mesures que vous proposiez de mettre en œuvre.

La France arrive seconde actuellement en matière d’infractions répétées aux seuils européens sur la pollution atmosphérique. Face à ce fléau, il est urgent de considérer l’air comme un bien commun à protéger.

Le coût économique et financier de l’inaction politique a été chiffré par le Sénat à 101,3 Md€ par an... deux fois plus que le tabac. Face à ce véritable fléau de santé publique, vous êtes désormais en mesure d’agir.

Monsieur Hulot, soyez le ministre de la sortie du diesel et de l'air respirable. Demandez aux lobbys industriels qui mettent consciemment en danger notre santé de financer les dégâts économiques et sanitaires de la pollution de l’air ! Les futurs députés écologistes soutiendront vos initiatives pour retrouver un air respirable et sortir du diesel à court terme.

Député du 19ème arrondissement, je déposerai dès le mois de juin une proposition de loi créant un fonds d’aide et de réparation des victimes du diesel financé par les pollueurs et proposerai de fixer à 2025 la sortie du diesel dans le cadre d’un grand plan national pour la qualité de l’air.

Monsieur le Ministre, l’heure n’est plus au constat mais à l’action. Il est plus que jamais nécessaire de tourner la page des industries du passé qui mettent en danger notre santé. 

La transition écologique se jouera au Parlement avec des parlementaires clairement engagés sur cet enjeu majeur. Nous comptons sur vous. 

 

Bien cordialement,

Dan Lert

Maire-adjoint du 19e chargé de l'environnement

Candidat aux législatives Paris 19e

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.