Vaccin et liberté

Recevoir une injection, ce n’est pas comme porter un masque. Il y a dans le premier un rapport à l’intimité de notre corps et à son intégrité. Imposer le vaccin s’apparentera ainsi à un viol avec toutes les conséquences psychologiques et le cas échéant physiques que cela implique !

Mon corps m’appartient. Il n’est la propriété de personne. Pas même de l'Etat. C’est moi qui décide qui a le droit ou pas de le toucher. A ce titre, recevoir une injection n’est jamais un acte anodin. Outre la seringue, il y a le vaccin en lui-même. Un produit qui pénétrera à jamais dans mon corps. L’imposer s’apparentera à du viol, avec toutes les conséquences d’un viol et ses risques de changer à jamais le destin d’un individu. Et comble de perversité, on exige des futures victimes qu’elles soient consentantes ! A ce jour, personne ne peut dire avec certitude quelles seront exactement les conséquences physiologiques ou génétiques de ce vaccin sur le long terme. Les spécialistes eux-mêmes ne sont pas d’accord sur ce sujet. Depuis le début de cette crise sanitaire ils n’ont cessé de se contredire les uns les autres, et les politiques ne sont pas en reste. Chez beaucoup ce vaccin génère de l’angoisse liée aux effets secondaires incertains selon les personnes, mais aussi parce qu’on manque de recul par rapport à l’équation bénéfices-risques à laquelle seul l’avenir nous donnera la réponse. Doit-on les blâmer ? qui peut se dire maître de ses émotions ???

En me faisant vacciner je cherchais à me protéger. Ce n’est en rien un acte altruiste. Et comme j’ai eu le choix de le faire, je réclame cette liberté de choisir à ceux qui ne souhaitent pas s’y soumettre. Jeter l’anathème sur ces derniers, les traiter de parias, d’irresponsables égoïstes nuisibles à la société, se retournera immanquablement contre la société qui prétend se protéger. La mise à l’index, le dénigrement d’une partie des citoyens par une autre, une violence morale qui ne tardera pas à dégénérer en violence physique. Et la paix sociale en prendra un coup. La paix dans une société gagnera en étendue le jour où avant de juger l’autre on essaie de se mettre à sa place, de comprendre ses vraies motivations. Qui sait ! peut-être que l’avenir lui donnera raison contre nous qui croyons avoir tout compris !

Donc le vaccin, oui, l’obligation de se faire vacciner, c’est non. Définitivement !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.