Les dessous cachés de l'affaire de Toulouse

J'ai beau écouter ce qu'on nous raconte de la mort de Merah, je n'arrive pas à y croire. Je pense même qu'on nous raconte une histoire qui n'a que de lointains rapports avec la vérité. Trop de points sont en effet en désaccord entre ce qu'on nous raconte et la simple imagination des faits.

Si par contre on part de l'hypothès que Nicolas Sarkozy a cherché à faire durer cette histoire pour en récolter les fruits, pour favoriser sa campagne, là, les choses s'éclairent. En particulier, le fait que ce soit Claude Guéant qui se soit chargé de cette affaire, et non pas un procureur. Ca permet de contrôler la presse.

Pourquoi en effet avoir laissé les choses traîner en longueur alors que des tas de moyens sont à la disposition des forces de l'ordre pour maîtriser un forcené, micros, gaz, caméras infra-rouges, explosifs etc., sinon pour servir la soupe à notre M. "Sécurité"? (enfin, c'est lui qui le dit.)

De même que cet assaut massif, 300 balles tirées par les forces de l'ordre nous dit-on, dans une pièce de 30 m²! Mais nos super-gendarmes ont du s'entretuer avec tous les ricochets! On nous dit que Merah les a agressés! Qu'il avait 3 revolvers, mais on n'en a retrouvé qu'un?? Qu'il a voulu s'enfuir par la fenêtre, alors que des gendarmes s'y trouvaient déjà? Et qu'il est mort d'une balle dans la tête malgré tous les coups de feu tirés!! Mais on se moque de qui?

La vérité ressemblerait plutôt à un suicide de ce jeune homme pendant la nuit, (on a en effet entendu un ou deux coups de feu vers 2 h du matin) ce qui évidemmment rend moins glorieuses nos vaillantes troupes, et moins valorisante l'histoire pour NS... Alors, on fait comme si, on tire des tas de coups de feu pour faire croire à une véritable bataille, et on jette le corps par la fenêtre pour faire croire à une tentative de fuite... et là, l'honneur est sauf. 

Sauf pour les pauvres bougres qui se sont pris des balles perdues, mais 300 coups dans 30 m², faut pas rêver, ça ricoche...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.