Les violences (hétéro)sexuelles

Le rapport de l’Agence des droits fondamentaux de l’Union Européenne vient de publier son enquête sur les violences sexuelles envers les femmes dans les 28 pays de l’Union. Selon cette enquête, un tiers des femmes de l’UE a été victime de violences physiques et/ou sexuelles depuis l’âge de 15 ans. Concernant particulièrement les violences sexuelles, 97% des auteurs de ces infractions sont des hommes.

Le rapport de l’Agence des droits fondamentaux de l’Union Européenne vient de publier son enquête sur les violences sexuelles envers les femmes dans les 28 pays de l’Union. Selon cette enquête, un tiers des femmes de l’UE a été victime de violences physiques et/ou sexuelles depuis l’âge de 15 ans. Concernant particulièrement les violences sexuelles, 97% des auteurs de ces infractions sont des hommes.

C’est au sein du couple hétérosexuel que les violences (humiliation,  menaces, séquestration, obligation de regarder du matériel pornographique...) se perpétuent. 43% des femmes interrogées ont vécu une certaine forme de violence psychologique perpétrée par son partenaire ou son ancien partenaire et 22% des femmes ont fait l’objet de violences physiques.

Les enquêtes françaises confirment cette situation laquelle est aggravée souvent par les comportements sexistes envers les jeunes filles ainsi que le nombre croissant de mariages forcés.

En 2012, la Délégation aux victimes (DAV) a recensé 174 homicides volontaires, ou violences volontaires ayant entraîné la mort, commis par le conjoint ou l’ex-conjoint de la victime, dont 148 femmes et 26 hommes. Selon l’Observatoire National de la Délinquance, 147 de ces 174 homicides ou violences volontaires ayant entraîné la mort, commis par le conjoint ou l’ex-conjoint, soit environ 84 % des faits, recensent une femme victime et un auteur homme, 15 % des décès au sein du couple recensés par la DAC en 2012 font état d’un homme victime d’un auteur femme. Le nombre de faits entre conjoints ou ex-conjoints du même sexe est très peu élevé.

De surcroît, 154 000 femmes ont déclaré avoir été victimes de viols entre 2010 et 2011. Dans ce même ordre d’idées, 99% des victimes de prostitution forcée sont des femmes selon les statistiques des Nations Unies.

Les statiques de l’INSEE démontrent que, par rapport aux hommes, les femmes sont deux fois plus souvent agressées physiquement au sein du ménage, et trois fois plus souvent victimes d’attouchements ou de rapports sexuels forcés à l’extérieur comme à l’intérieur du ménage. En revanche, elles sont moins souvent victimes d’agressions physiques à caractère non sexuel en dehors du ménage, et près de deux fois moins souvent victimes de vols avec violence. Les injures proférées contre les femmes ont la particularité d’être de nature sexiste une fois sur trois contre moins d’une fois sur vingt chez les hommes.

Tout cela nous mène à suggérer une modification de la qualification de ce type de violences. Afin de gagner en précision et pour mieux comprendre la nature de ces infractions, on devrait cesser de parler de violences sexuelles et dire désormais violences hétérosexuelles.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.