Daniel Borrillo
Juriste
Abonné·e de Mediapart

57 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 janv. 2015

Daniel Borrillo
Juriste
Abonné·e de Mediapart

Le droit au blasphème

Daniel Borrillo
Juriste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans un article publié par Le Monde le 16 mai 2005, je m’inquiétais déjà du combat judiciaire livré par les groupes religieux contre la liberté d’expression[1]. Les tragiques évènements récents me font reprendre ma plume pour rappeler ce que j’avais dénoncé il y a dix ans. La situation est d’autant plus grave qu’au nom de la lutte contre les discriminations, les tribunaux reprennent souvent l’interprétation détournée que les groupes religieux font de la norme juridique.  Ainsi, l’islamophobie ou la christianophobie sont utilisées pour faire taire toute critique à l’égard des idéologies dogmatiques. Diderot, Nietzche ou Marx pourraient être poursuivis en justice s’ils disaient aujourd’hui, à propos de la religion, ce qu'ils avait dit à l'époque: la religion est « l’aveuglement de l’humanité », « l’anémie de la volonté » ou « l’opium des peuples ».

Le dispositif de protection contre les discriminations fut créé pour protéger les personnes appartenant à des groupes minoritaires contre les actes matériels et les discours d’incitation à la haine desquels ils seraient victimes. Il s’agit bien de protéger des personnes et non pas des dogmes. Ceux-ci sont des constructions de l’esprit humain, qui non seulement peuvent mais doivent être soumises à la critique. Pour les croyants, la religion est de nature sacrée ; pour les autres, il n’agit que d’une simple manifestation culturelle. La République s’est construite en grand partie contre la hiérarchie religieuse et la loi de 1905 sur la séparation des Eglises et de l’Etat confirme la neutralité religieuse de la France. Dans l’espace public, par nature laïc, on doit pouvoir se référer au christianisme, à l’islam ou à toute autre religion, comme l’on se réfère au communisme, au libéralisme ou à l’astrologie, c’est-à-dire comme une idéologie. La liberté d’expression implique non seulement celle d’analyser et de critiquer les idées, mais aussi de les ridiculiser. Si les musulmans, les communistes ou les astrologues méritent la plus haute protection en tant qu’individus, l’appareil idéologique qui sert de base à leurs croyances ne doit pas échapper à la critique sous peine de compromettre la première des libertés considérée comme telle par la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen de 1789. La Cour européenne des droits de l’Homme souligne que « La liberté d'expression vaut non seulement pour les informations ou idées accueillies avec faveur ou considérées comme inoffensives ou indifférentes, mais aussi pour celles qui heurtent, choquent ou inquiètent : ainsi le veulent le pluralisme, la tolérance et l'esprit d'ouverture sans lesquels, il n'est pas de société démocratique ».

La liberté des croyances est ainsi subordonnée à la liberté d’expression. L’Organisation de la conférence islamique (OCI) doit le comprendre et cesser son offensive internationale contre ce qu’elle considère des « actes blasphématoires à l’encontre des principes, symboles, valeurs sacrées et personnages islamiques, notamment la publication des caricatures injurieuses du prophète ainsi que toutes les remarques désobligeantes sur l’islam et les personnalités sacrées et la diffusion d’un documentaire diffamatoire sur le Coran et la reprise par d’autres médias, sous le prétexte de la liberté d’expression et d’opinion». Ce combat est même parfois couronné de succès, puisque l’OCI est parvenue à faire voter le 26 mars 2007 au sein du Conseil des droits de l’homme de l’ONU une résolution sur la «lutte contre la diffamation des religions» ce qui constitue non seulement une remise en cause de la laïcité mais aussi une forme de réactualisation du délit de blasphème. Ainsi peut-on y lire que la liberté d’expression doit s’exercer dans «le respect des religions et des convictions».

Les démocraties libérales ne peuvent pas céder face à ce type de menace dont la violence terroriste n’est que la manifestation la plus paroxystique. Le droit au blasphème fait partie de l’ADN de nos démocraties, c’est pourquoi les ennemis de la liberté ont essayé de l’anéantir. Indépendamment de nos  croyances et de nos convictions, faisons en  sorte que tous les Diderot, les Nietzche les Voltaire, les Marx et autres esprits critiques puissent non seulement attaquer les religions mais aussi se moquer d’elles comme l'ont fait Charb, Cabu, Wolinski, Tignous, Maris et tous ceux qui ont sacrifié leurs vies pour défendre, ici et ailleurs, nos libertés.


[1]Borrillo, D., « L’Eglise, les libertés et l’instrumentalisation du droit », Le Monde, Opinions, 16/05/2005.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Ce que le gouvernement a fait aux chômeurs
La première réforme de l’assurance-chômage est pleinement entrée en vigueur il y a tout juste un an, et nul ne sait combien de chômeurs elle a pénalisé. Si les chiffres sont invisibles, les conséquences sur la vie des gens sont brutales. Témoignages.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Migrations
Sur TikTok, les passeurs font miroiter l’Angleterre à des Albanais, qui s’entassent à Calais
Depuis le début de l’année, les Albanais sont particulièrement nombreux à tenter la traversée de la Manche pour rejoindre l’Angleterre, poussés par des réseaux de passeurs dont la propagande abreuve les réseaux sociaux. Une fois dans le nord de la France, beaucoup déchantent.
par Nejma Brahim
Journal
L’imam Iquioussen, réclamé par la France, a été arrêté en Belgique
Visé par un mandat d’arrêt européen émis par la France, le prédicateur Hassan Iquioussen a été interpellé par la police belge vendredi, près de Mons. Il appartient désormais à la justice belge de se prononcer sur son éventuelle remise à la France. 
par Camille Polloni
Journal
« Les SDF étrangers ne sont pas les bienvenus » : un préfet ne devrait pas dire ça
Dans un tweet, le préfet de l’Hérault a déclaré vouloir « en finir avec la délinquance des SDF étrangers » à Montpellier, affirmant que les CRS « ne les lâcheraient pas ». Une stigmatisation assumée, dans la lignée de la politique prônée par Gérald Darmanin envers les « délinquants étrangers ».
par Prisca Borrel, Nejma Brahim et Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon
Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol