Daniel Carré
Dirigeant associatif
Abonné·e de Mediapart

107 Billets

2 Éditions

Billet de blog 16 févr. 2013

L’Ordre et la Sédation

Le communiqué publié le 14/2 par le Conseil National de l’Ordre de Médecins (CNOM) s’est traduit dans les médias par « les médecins Français acceptent l’euthanasie ». Enfin, c’est ce qu’avait compris ma délicieuse employée de maison portugaise, toute heureuse de me l’annoncer ! Un joli message de Saint Valentin ?

Daniel Carré
Dirigeant associatif
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le communiqué publié le 14/2 par le Conseil National de l’Ordre de Médecins (CNOM) s’est traduit dans les médias par « les médecins Français acceptent l’euthanasie ». Enfin, c’est ce qu’avait compris ma délicieuse employée de maison portugaise, toute heureuse de me l’annoncer ! Un joli message de Saint Valentin ?

En écoutant la radio, je comprends alors que le CNOM se ralliait à la proposition phare du Professeur Didier Sicard : la sédation en phase terminale pour aider à mourir des malades en situation d’impasse thérapeutique qui expriment cette demande. Pour faire court donc un peu caricatural : l’aménagement de la Loi Leonetti, de préférence sous forme de bonnes pratiques professionnelles. C’est à dire aucune avancée concernant le droit du malade, mais seulement une prise en charge par le médecin de sa souffrance. Réaction d’humeur, alors que le communiqué de presse de l’ADMD ironise à juste titre sur la découverte, huit ans après, du « double effet » prévu par la Loi du 22 avril 2005.

Prenant connaissance ce matin de tous les détails des informations diffusées par le CNOM, je réalise que l’arbre cachait la forêt. Les données qui ressortent de l’enquête IPSOS sont passionnantes.

Les médecins globalement ne connaissent pas la Loi Leonetti. Est-ce à dire que ce sont des ignorants ? Que nenni, ils ne prennent pas en considération une Loi qui ne les aide pas dans leurs décisions devant les malades qui agonisent. C’est un objet sans intérêt pour des praticiens confrontés aux prises en charge de la mort.

Il y a trois mois, le numéro 494 de Population et Société, la revue de l’INED, publie une étude sur les décisions médicales en fin de vie. Une décision médicale a pu hâter la mort dans plus d’un cas sur deux, de manière encore plus massive pour les cancéreux pour lesquels 77% des traitements en phase terminale ont pour finalité les conditions de fin de vie, toutes décisions prises avec peu de relations avec la Loi Leonetti. Plus étonnant encore, les médecins déclarent qu’en moyenne il y a 1% d’aide active à mourir, 2% pour les cancéreux. Qu’est-ce sinon des euthanasies ? Constat factuel que je rappelle pour ramener la réalité dans le débat.

L’enquête IPSOS publiée par le CNOM consolide ces résultats : l’euthanasie « active » reçoit l’aval de 60% des médecins sondés.[1] Un résultat extraordinairement important : l’opinion des soignants rejoint celle des citoyens.

Ce sondage corrobore les innombrables discussions que j’ai eues avec les personnels de santé qui, pour la plupart, sont ouverts à l’assistance médicale à la fin de vie, contrairement aux déclarations péremptoires de caciques dans les médias.

Je considère que nous sommes arrivés à un changement paradigmatique sur la prise en charge de la fin de vie. La société doit aborder dans la sérénité la mise en place des dispositions législatives correspondantes. Cela nous concerne tous.


[1] Je vous renvoie à l’excellente analyse de ce sondage par Laetitia Clavreul dans le Monde daté du 16/2 ainsi qu’à l’interview du Président de MG France

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Orange, nouvel exemple de la gouvernance à la française
L’assemblée générale du groupe de télécommunications doit approuver le 19 mai la nomination de Jacques Aschenbroich comme président d’Orange. Choisi par l’Élysée, le président de Valeo ne connaît pas le monde des télécoms. Tout cela au moment où cette industrie est en pleine révolution.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
L'UE a dépensé plus de 340 millions d’I.A. pour le contrôle des frontières
Comme l'écrit Statewatch depuis 2007 l'UE a dépensé plus de 340 millions pour la recherche sur les technologies de l’Intelligence Artificielle (I.A.) destinée au contrôle des frontières, des demandeurs d’asile, de l’immigration, alors que la proposition de loi en la matière actuellement en discussion ne fournit pas les sauvegardes contre les emplois dommageables de ces technologies.
par salvatore palidda
Billet de blog
Le radeau de la Méduse ou le naufrage du vieux monde
[Rediffusion] Les connivences du pouvoir politique et financier aux affaires du vieux monde témoignent chaque jour de leur mépris pour les populations et la démocratie. Partout la nostalgie impérialiste de la domination s'impose comme sauvetage de la mondialisation sauvage. Ne laissons pas le saccage et la peur nous plonger en eaux troubles et relisons plutôt Le radeau de la Méduse du génial Géricault.
par jean noviel
Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés
Billet de blog
« Grand remplacement » : un fantasme raciste qui vient de loin
La peur d’un « grand remplacement » des « Blancs chrétiens » est très ancienne en France. Elle a connu une véritable explosion à l’ère coloniale, face à la présence, pourtant quantitavement faible, des travailleurs africains en métropole. Alain Ruscio montre ici que ce fantasme raciste fut un filon politique et un calcul abondamment exploités du XIXe siècle à nos jours.
par Histoire coloniale et postcoloniale