Notre médecine a oubliée que nous étions mortel

Tel est le titre que Mathilde Azerot a donné à mon interview dans le "13 du mois" d'avril 2015. Ce titre me plait bien, car il illustre le déni de la mort qui hante nos soignants. Being mortal, tel est le très beau titre du livre qu' a publié Atul Gawande, professeur à la Harvard Scool of Medecine pour rappeler que la vie a une fin qu'il faut accompagner sans obstination, ni abandon lorsqu'aucun traitement n'est possible.

Tel est le titre que Mathilde Azerot a donné à mon interview dans le "13 du mois" d'avril 2015. Ce titre me plait bien, car il illustre le déni de la mort qui hante nos soignants. Being mortal, tel est le très beau titre du livre qu' a publié Atul Gawande, professeur à la Harvard Scool of Medecine pour rappeler que la vie a une fin qu'il faut accompagner sans obstination, ni abandon lorsqu'aucun traitement n'est possible.

C'est ce que j'ai essayer de faire passer dans mon interview très bien rédigé par Mathilde et superbement illustré, interview que vous trouverez dans le fichier attaché.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.