Daniel Carré
Dirigeant associatif
Abonné·e de Mediapart

107 Billets

2 Éditions

Billet de blog 19 sept. 2013

Daniel Carré
Dirigeant associatif
Abonné·e de Mediapart

Vincent Lambert: Dernier acte d’une tragédie familiale?

En mai dernier, l’affaire Vincent Lambert a été rendue publique. Il y a cinq ans aujourd’hui, le 18 septembre 2008, cet infirmier de 38 ans était victime d’un grave accident de voiture qui l’a plongé dans un coma dont il n’est jamais sorti. Son épouse l’a entouré des meilleurs soins possibles. Son long parcours se termine au printemps 2013 à l’Unité de Soins Palliatifs du CHU de Reims. Après la concertation prévue par la Loi Leonetti, impliquant les proches et l’équipe soignante, il a été décidé d’arrêter toute assistance et de laisser mourir Vincent.

Daniel Carré
Dirigeant associatif
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En mai dernier, l’affaire Vincent Lambert a été rendue publique. Il y a cinq ans aujourd’hui, le 18 septembre 2008, cet infirmier de 38 ans était victime d’un grave accident de voiture qui l’a plongé dans un coma dont il n’est jamais sorti. Son épouse l’a entouré des meilleurs soins possibles. Son long parcours se termine au printemps 2013 à l’Unité de Soins Palliatifs du CHU de Reims. Après la concertation prévue par la Loi Leonetti, impliquant les proches et l’équipe soignante, il a été décidé d’arrêter toute assistance et de laisser mourir Vincent.

Hélas, la mère de Vincent, avec qui les relations étaient distendues, n’avait pas été invitée à participer à la procédure collégiale. Elle réagit brutalement après avoir été informée de l'arrêt de soins de Vincent. Cette femme, membre de la fraternité Saint Pie X , est très opposée à l’euthanasie et elle s’est violemment élevée pour des raisons idéologiques contre la décision d’arrêt de soins. Après des pressions calomnieuses et attaques personnelles contre sa belle-fille accusée d’assassiner son fils, elle dépose un référé en tribunal administratif qui casse en mai 2013 la décision d’arrêt de soins, prise par le Docteur Eric Kariger, chef de service de l’USP.

Cet arrêt porte strictement sur la forme et non sur le fond de la décision. Le CHU doit se plier à cette décision de justice et Vincent est à nouveau alimenté. Les mouvements intégristes exultent leur joie, en transformant une décision de procédure en condamnation de fond du médecin et de l’épouse de Vincent, qu’ils accusent de volonté meurtrière. Ces attaques sont tout à fait inadmissibles comme la manipulation indigne d’un jugement sur une procédure.

Après un délai qu’il justifie par la violence de la situation, le Docteur Eric Kariger reprend maintenant la procédure collégiale, précédée d’un conseil de famille réunissant tous les protagonistes. Après ces consultations et concertations, il prendra alors une décision, conformément à la loi. C’est une position professionnelle qui mérite le respect, même si elle trouble certaines sensibilités. L’affaire est à nouveau médiatisée le 16 septembre dernier, avec des titres à sensation comme dans LePoint.fr « L’euthanasie de Vincent Lambert est à nouveau envisagée ».

Cette situation est une tragédie pour les acteurs et toute ma compassion va vers les victimes, en premier lieu l’épouse de Vincent Lambert, Vincent Lambert lui-même muré dans son silence et ses frères et sœurs qui ont partagé la décision murement réfléchie d’arrêt de soins qui a été cassée pour vice de forme. Il y a cinq années terribles que l’épouse a du vivre en élevant son jeune enfant et en rendant vidite quotidennement à Vincent. La technique médicale a permis la survie du corps. Pourquoi avoir attendu 5 ans pour prendre une telle décision? Pourquoi le tribunal administratif n’a pas mesuré la violence inouïe de l’arrêt d’une décision prise dans le respect de Vincent ?

La tragédie pouvait-elle être évitée ? Vincent aurait exprimé sa volonté de ne pas avoir sa vie prolongée en pareilles circonstances, mais son expression repose sur d'une conversations avec son épouse et d'une autre avec son frère. Témoignages fragiles et rien d’écrit. Des directives anticipées actant cette volonté auraient certainement éclairées le débat et conforter la décision du médecin, voire accélérée la prise de décision. La réalité est qu’un homme jeune comme Vincent Lambert écrit très exceptionnellement ses directives anticipées, un acte important qu’il faut vivement recommander notamment à tous ceux qui pratiquent des sports à risque ou pilotent une moto. Ce cas nous motive pour demander que ces directives soient contraignantes et opposables.

Depuis des millénaires, les passions ravageuses alimentent des drames familiaux, rien ne peut empêcher la violence des propos et des actes qui induisent la tragédie autour du lit du mourant. Rien n’arrête alors l’enchainement d’évènements douloureux dont les causes sont irrationnelles, insondables et incontrôlables. Des situations bloquées qui peuvent pousser au geste criminel ou à la fuite désespérée.

La grande difficulté est que le concept de famille et de proche est très flou. Le lien de sang n’est pas nécessairement la complicité affective. La justice n’a pas de critère pour juger et trancher entre les parties. L’attente d’une décision de justice accumule les douleurs au lieu de les apaiser. La justice n’apportera pas de solution à la tragédie que nous évoquons.

Espérons que le déroulement prévu par le Docteur Eric Kariger se passe sereinement.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire se barricade dans son conseil municipal
Pour le premier conseil municipal depuis le début de l’affaire du chantage à la sextape, le maire Gaël Perdriau a éludé les questions de l’opposition. Pendant que, devant l’hôtel de ville, des centaines de manifestants réclamaient sa démission.
par Antton Rouget
Journal — Budget
Le gouvernement veut trop vite tourner la page du « quoi qu’il en coûte »
Le prochain budget marquera la fin des mesures d’urgence pour l’économie et le système de santé qui dataient de la crise du Covid-19. Le clap de fin du « quoi qu’il en coûte » en somme, dont le gouvernement ne veut plus entendre parler pour résoudre la crise énergétique actuelle. Il pense qu’il pourra maîtriser les dépenses publiques sans pour autant risquer une récession. À tort. 
par Mathias Thépot
Journal — Europe
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet
Journal — Gauche(s)
Julien Bayou démissionne, les écolos sidérés
Visé par une enquête interne de son parti pour « violences psychologiques », le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts et coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale a démissionné de ses fonctions. Il dénonce une « instrumentalisation des souffrances » à l’ère de #MeToo et à deux mois du congrès des écologistes.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis
Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk