Et la politique dans tout ça

Je ne supporte plus d’entendre à longueur de prises de parole les aboyeurs de la dictature en marche affirmer que les prétendues réformes ( une vraie réforme est une amélioration) infligées par Macron ont été approuvées à l’occasion de l’élection présidentielle . Une fois de plus il faut leur rappeler que leur chef a été élu par seulement 43,61% des électeurs inscrits . L’abstention et le vote blanc n’étant pas pris en compte , alors qu’ils correspondaient à un choix volontaires , les 66,10% finalement obtenus ne pouvaient en aucune façon passer pour un blanc seing . Comme une partie des électeurs de gauche ayant choisi d’éliminer Marine le Pen en priorité , on peut considérer que le programme de Macron a été approuvé au mieux par 30% des électeurs , ce qui est en accord avec ses 24,01% du premier tour .
Les sondages donnent environ 25% de satisfaits de sa politique alors que plus de 80% la rejette et on peut déclarer que celle-ci est politiquement illégitime , même si elle est institutionnellement légale . C’est encore grâce à une constitution spécialement concoctée pour favoriser l’émergence d’un pouvoir fort , appuyé sur une majorité de députés élus par sièges , en contradiction avec la réalité sociopolitique de l’électorat , que seule la proportionnelle intégrale aurait respectée .
J’ai également du mal à supporter le « moi je ne fais pas de politique » énoncé à longueur d’antennes par de nombreux gilets jaunes . Jusqu’à présent c’était plutôt le discours de ceux qui ne voulaient pas reconnaître qu’ils votaient à droite ou à l’extrême droite . A la gauche de gauche nombreux convaincus de son inutilité refusaient de voter tout en ne cessant pas de s’intéresser à la politique . Aujourd’hui on peut facilement constater que la majorité des revendications et des solutions avancées par les gilets jaunes sont pourtant de nature politique . Quoi de plus politique et au sens le plus noble que de réclamer la justice et l’équité en matière de fiscalité , de niveau de vie , de salaires et de représentation . Si réclamer le départ du président et du gouvernement ce n’est pas de la politique je ne sais plus quel est l’objet de la politique . Tout se passe comme si , à l’égal de monsieur Jourdain qui parlait en prose sans le savoir , les gilets jaunes s’occupaient de politique sans se l’avouer , tellement le monde politique s’est souvent déshonoré ces derniers temps .
En vérité je suis persuadé que ce que demandent les gilets jaunes c’est une autre façon de concevoir et de conduire la politique . Ils ne veulent plus de ce rituel qui consiste à élire des représentants auxquels on délègue nos pouvoirs sans pouvoir les contrôler . Ils réclament une forme de démocratie directe dans laquelle la politique ne se ferait plus comme une profession . Que la politique ne soit plus affaire de carrière . Elle serait l’affaire de tous pour tous . Et dans ce cas je ne crois pas que les gilets jaunes aient intérêt à refuser ceux qui voudraient les rejoindre dans l’action prévue pour la réussite de leurs revendications .

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.