Le dernier sermon du chanoine de Latran

Dans ses propositions pour l’avenir de l’Europe le révérend père Macron avance l’idée de la création d’une conférence pour l’Europe dans laquelle pourraient intervenir , parmi d’autres , des représentants religieux et spirituels . Cette seule intention mérite d’être considérée comme un casus belli . Il y a plus d’un siècle notre pays s’est enfin débarrassé , du moins en théorie , de l’intrusion de la religion dans le domaine public . Nous ne pourrons pas concevoir de laisser contourner ce « sacro saint » principe par le truchement de l’Europe .
N’oublions pas que les deux derniers millénaires ont été ensanglantés par les religions chrétiennes en particulier . On peut difficilement leur accorder un titre de représentant de la morale . L’actualité de la religion catholique , avec à sa tête un pape qui se propose de soigner les homosexuels , et un cardinal Barbarin primat des Gaules , condamné pour non dénonciation d’actes pédophiles , ne peut que lui interdire toute prétention à un quelconque rôle de conseiller moral . Et l’hypocrisie des jésuites ne devrait pas aller jusqu’à donner en exemple les Tartuffes qui font le contraire de ce qu’ils prêchent comme une bonne partie d’un clergé qui vivent en contradiction avec les vœux de chasteté qu’ils ont solennellement prononcés .

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.