lettre aux gilets jaunes

Comme je ne suis pas du tout familier des réseaux sociaux je remercie toute personne qui pourrait mettre en ligne cette modeste contribution pour quelle puisse parvenir à ses destinataires .

Je suis un vieil homme inscrit dans aucun parti politique ou syndicat , mais qui n’a cessé de se battre depuis bientôt une soixantaine d’années contre toutes les formes d’ exploitation , d’injustice et d’inégalités . J’ai salué avec enthousiasme votre arrivée sur la place publique et aujourd’hui je ne peux pas m’empêcher de trembler pour la réussite de ce que j’espère voir se transformer en une victorieuse révolution sociale et démocratique .
En effet j’ai eu peur hier soir à entendre certains de vos membres actifs se satisfaire de mesures avancées par monsieur Macron tout en assurant vouloir continuer la lutte .
Si tous ont bien vu que l’augmentation du SMIC de cent euros était un mensonge , j’en ai entendu se féliciter de la non imposition et de la dispense de cotisations pour les heures supplémentaires que je considère comme trompeuses et néfastes . La prétendue amélioration du pouvoir d’achat par la suppression d’une partie des cotisation salariales , qui , il faut toujours le rappeler , font partie du salaire , revient en fait à une diminution des salaires . Ces cotisations sont le résultat d’une concertation pour placer les services publics indispensables comme la santé , l’école ou les retraites , sous la dépendance de tous les salariés . Toute amputation de leurs moyens se traduit pour nous par une suppression de services .
La non imposition des heures supplémentaires risquera d’inciter les chefs d’entreprises à moins embaucher puisqu’ils seront gagnants sur les deux tableaux et on verra le chômage augmenter ; alors que nous avons le désir de partager le travail . Dans la réalité Macron propose à des salariés , ayant la possibilité d’effectuer des HS , de travailler au noir ; pratique interdite et condamnable . Quand on se prétend dépositaire de la légalité , que l’on se vante de faire respecter avec la brutalité d’une police aux ordres , on devrait au minimum s’y conformer .
La seule façon d’améliorer notre pouvoir d’achat c’est d’augmenter les salaires , les pensions et les retraites . La mesure la plus équitable aujourd’hui consisterait en une augmentation salariale égale pour tous d’une ou plusieurs centaines d’euros . Par la suite la sauvegarde du pouvoir d’achat serait assurée par un mécanisme oublié , l’échelle mobile des salaires . Elle consisterait à indexer les salaires sur les prix . Contrairement à ce qu’affirmeront les économistes associés aux politiques libérales cet ajustement des salaires sur les prix n’entraineraient pas systématiquement d’inflation qui dépend plus de la folie des marchés et de la finance .
Ce n’est pas le président ni le gouvernement en place qui pourront satisfaire vos demandes de justice sociale et de renaissance de démocratie . On ne peut plus accepter la véritable dictature qu’exerce ce pouvoir renforcé par des parlements croupions alors que plus de quatre vingt pour cent de la population les condamne . Pour retrouver une forme équitable de représentativité il faut d’abord en passer par la dissolution du parlement . Les futurs représentants devraient être élus à la proportionnelle intégrale . En attendant une nouvelle constitution indispensable un gouvernement de cohabitation serait sans doute utile .
Pour obtenir ces résultats il faut être nombreux . Je partage votre méfiance vis-à-vis des partis politiques et des syndicats qui se sont laissés étouffer par le système , mais je sais qu’il y a chez eux des milliers de militants qui ne demandent qu’à se battre , vous devez leur faire confiance .

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.