Macron ou l'hypocrisie à l'oeuvre

Toujours prêt à se servir des crises pour avancer ses pions Macron ne pouvait laisser passer l’incendie de notre dame de Paris . Il se saisit de l’occasion pour tenter de faire passer au second plan la crise économique et sociale , dont il est le premier responsable pour avoir aggravé une situation déjà insoutenable .Cet incident regrettable pour la culture et le tourisme n’a certainement pas la gravité d’un drame national comme le chœur du monde politique et médiatique embarqué s’est efforcé de nous le faire croire . Cette cathédrale , encore fréquentée par des fidèles , ne se distingue en rien des temples et monuments d’avant notre ère , prétendument chrétienne , vestiges tout aussi précieux des religions antiques désignées comme des mythologies , alors que pour ceux qui les pratiquaient à l’époque , elles avaient autant de valeur que le prétendent les cultes d’aujourd’hui .
Macron joue sur la carte sensible et en appelle à la réconciliation nationale comme pour une tragédie . Le malheur de notre dame n’est pas celui de l’humanité et ne mérite certainement pas les minutes de silence que des fanatiques voudraient faire respecter .
La décision prise officiellement de majorer la part déductible des impôts des dons en vue de la restauration du monument en question est un scandale . Les grands groupes financiers , les industriels vont en profiter pour se faire de la publicité aux frais de l’ensemble des citoyens . Grâce à cette mesure les catholiques pourront profiter de ce quoi est en fait un faux don pour se faire reconstruire à peu de frais un nouvelle église , ce que la loi n’autorise pas . En fin de compte c’est bien nous qui allons régler l’addition soit par des taxes supplémentaires , soit par des budgets restreints pour les services publics .
Il est trop tôt pour juger des mesures qu’il devait nous présenter lundi soir , mais ce qui en a été en partie dévoilé ressemble fort à une déclaration de guerre .

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.