Les bals du samedi soir

Macron a voulu nous donner la preuve de son intelligence . Par malheur pour nous elle se révèle plus analytique que synthétique .

Comme tous les samedis le ministère de l’intérieur a organisé les affrontements entre forces de l’ordre et casseurs , en transformant les lieux choisis , comme fin de parcours des manifestations , en véritables souricières . C’est encore une fois le même moyen de faire taire le fait que les défilés prévus se sont passés sans incidents .
Cette semaine le spectacle était ailleurs . Et ce fut un beau spectacle que Macron nous a offert de sa personne au milieu d’un aréopage de maires de campagne , au centre d’une ville fortifiée par d’innombrables forces de police .
A la place du débat attendu , le président acteur s’est livré à une performance de temps d’antenne consacré à des problèmes d’importance secondaire par rapport aux enjeux actuels . Certes il ne devrait pas avoir de hiérarchie , et la fermeture de la maternité de Bernay , remplacée par un centre de gériatrie , est dramatique , mais ce qui l’est encore plus c’est que Macron s’est contenté d’y apporter une réponse locale , sans replacer cette question dans la logique de sa politique de destruction des hôpitaux publics minés par la recherche du profit .
Tout au long de son show télévisé il s’est limité aux détails des activités publiques , en ignorant l’essentiel . On se demande bien pour quelle raison ce président a cru bon de se déplacer quand un sous secrétaire d’état aurait fait l’affaire . Pour la presse spécialisée il s ’agissait pour Macron de relancer sa future campagne et de faire oublier qu’aujourd’hui il bénéficie du même soutien qu’au premier tour de 2017 .
Bien loin de la tournée présidentielle , si la réalisation de cahiers de doléances pouvait être utile au rétablissement de la démocratie , à l’amélioration de nos conditions de vie , à l’avenir de la planète et à la paix , il faut les faire parvenir à l’ensemble de la population , par l’intermédiaire des responsables politiques et syndicaux et de tous les moyens de communication possibles .
Et pour une fois suivons le conseil de Macron et rappelons nous que nous avons le droit de bénéficier d’institutions enfin démocratiques , et donc le devoir de nous séparer du pouvoir en place pour l’empêcher de nuire .

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.