cap 2022

Je vous livre ces modestes réflexion destinées à être lues par les irresponsables des partis politiques qui se prétendent de gauche et qui ne sont même pas capables de s'accorder sur une stratégie électorale . C'est à désespérer mais j'y crois encore un peu .

Il n’est pas de sauveurs suprêmes :
Ni Dieu , ni César , ni tribun ……

     Début du deuxième couplet de l’Internationale . Il semble bien que les rues de Paris en ont oublié les paroles et l’esprit . Je garde l’espoir que nous pourrons célébrer le cent cinquantième anniversaire de la Commune en dépit de la tyrannie qui s’est installée avec Macron . Dès le seizième siècle La Boétie nous avait mis en garde contre le pouvoir solitaire : « n’est-ce pas un extrême malheur que d’être assujetti à un maître de la bonté duquel on ne peut jamais être assuré et qui a toujours le pouvoir d’être méchant quand il le voudra ? »
     
     Le président le plus mal élu de la constitution , a pourtant profité des institutions pour gouverner en maître absolu comme peu de chefs d’état pourraient se le permettre en dehors de ceux qui sont aux commandes de régimes dictatoriaux . De nombreux pays commencent à s’inquiéter de la dérive autoritaire qui fragilise notre pays , qui ne peut être respecté qu’indépendant et intérieurement libre . Sans avoir à revenir sur les réformes imposées contre la volonté populaire , les guerres poursuivies sans réelles justifications et sans succès au mauvais prétexte de nous défendre alors quelles nous mettent en danger , il suffit de faire le bilan de la crise sanitaire , économique et sociale que nous subissons , au gré des inspirations et de la seule volonté de notre Jupiter pour en tirer les conclusions qui s’imposent . Des mensonges sur l’utilité du port des masques , au vaccin interdit un matin et autorisé deux jours après , nous aurons subi depuis le début de la crise sanitaire toutes les roueries et les caprices du Napoléon en culotte courte . 

     Elu avec seulement 43,6% des votants il n’en a pas moins obtenu la majorité absolue au Parlement qu’il n’a cessé d’ignorer depuis , grâce au scrutin par siège alors que seule la proportionnelle intégrale pourrait assurer une représentation conforme à la réalité sociale . Il est temps de changer de régime pour ne plus subir une « servitude volontaire » qui bénéficie principalement au capitalisme financiarisé et à ses serviteurs toujours au pouvoir . De nombreux partis ont déjà milité pour une modification des institutions et la mise en place d’une 
nouvelle constitution . Mélenchon avait lui-même réclamé avec force la sixième république . 
Malheureusement il a rapidement mis sur la touche cette revendication au prétexte qu’elle risquerait de nuire à sa campagne présidentielle . 
     
     Qui peut croire à la promesse des jours heureux quand on ne peut même pas avoir de certitude pour le lendemain . La précarité touche la majorité des citoyens .Le capitalisme et les gouvernants qui qui lui sont associés pourraient profiter de la crise par la stratégie du choc qu’ils ont déjà utilisée dans le passé . Notre président est dès aujourd’hui prêt à dégainer ses réformes . La gravité de la situation nous oblige à réagir dès maintenant . Nous ne pouvons pas laisser passer le cent cinquantième  anniversaire de la Commune . Les symboles peuvent aussi porter aux actions et aux réflexions . C’est d’autant plus important que nous rentrons en préparation des élections régionales qui favorisent l’esprit de compétition et les ambitions personnelles . 

   Alors que ce qui reste de gauche officielle a plus besoin que jamais de se ressaisir et de s’unifier au moins sur un projet politique , elle doit dès maintenant tout faire pour éviter que ce scrutin ne soit qu’un piège à cons. 
Elle a le devoir d’enrichir , de clarifier les propositions de la campagne pour les régionales par la revendication vitale du rétablissement de la démocratie . C’est le devoir impérieux de ceux qui ont choisi  de faire carrière en politique , mais comme on ne peut pas leur faire , en tout confiance , il faut qu’ils soient encouragés , épaulés par l’ensemble des organisations et syndicats qui se réclament de donner priorité aux hommes plutôt qu’au marchés . Ce sera le seul moyen de se préparer à l’unité pour la présidentielle .

     C’est la constitution qui  interdit les candidatures groupées qui auraient permis de présenter les diverses options , pas forcément contradictoires comme la presse aux ordre s’efforce de le faire croire ,  La gauche , si elle parvient à s’unir , ne peut avoir qu’un candidat . L’historienne Ludivine Bantigny propose  la solution suivante : une fois que les partis et les organisations qui se seront entendus , non pas sur un illusoire programme commun mais sur un socle politique indispensable ils désignent chacun une personnalité et ce sera sur ce groupe que le candidat commun sera tiré au sort . Ce tirage au sort présente l’avantage de mettre fin à toutes les prétentions hégémoniques basées sur des sondages incertains , et de toutes façons injustifiées . Nous devons voter enfin comme des adultes et cesser de croire au sauveur , au libérateur . 

     L’actualité récente nous a forcé à entendre souvent des réflexions selon lesquels les Français désireraient un président sur le modèle de la reine d’Angleterre . Cette gracieuse personne symbolise certes son pays comme un étendard mais n’a de pouvoir que sur sa famille . C’est le premier ministre désigné par les élections , qu’elle est forcée de choisir et c’est lui qui gouverne . Le Royaume Uni bénéficie d’une constitution beaucoup plus démocratique que celle que nous subissons actuellement , et ce depuis le dix-septième siècle . C’est d’ailleurs le cas de pratiquement toutes les monarchies . Et nous , nous avons un gouvernement dont plus personne ne pense qu’il gouverne , mais sert de paravent au maître de l’Elysée . Le soir même de son élection Macron nous a joué la grande mise en scène de l’élu providentiel par sa marche solennelle dans la cour du Louvre . Depuis plus de quatre ans il se moque de nous , nous piétine , et nous manœuvre à sa guise .

     « Mais quoi ! Si pour avoir la liberté , il ne faut que la désirer ; s’il suffit pour cela que du vouloir , se trouvera-t-il une nation au monde qui croie la payer trop cher en l’acquérant par un simple souhait ? » La Boétie . Ou en glissant un bout de papier dans une urne . Il ne tient qu’à nous pour que la victoire soit au bout du bras . Encore faut-il faire le bon choix . Ce ne sera pas une personne ou un parti qui y parviendra , mais la force de la multitude , de la majorité du peuple . Pour que cette majorité soit correctement entendue il faut changer le moyen de communication , il faut changer la constitution qui nous bâillonne . C’est sur cet engagement solennel que ceux , qui se désignent comme la gauche , doivent en premier s’entendre . Faute de quoi ils feront comme Mitterrand ou Hollande et nous trahiront encore . Ils pourront sans attendre préparer un projet de désignation d’une assemblée constituante qui devrait établir en moins de cinq mois la nouvelle constitution . ( la cinquième n’a demandé que quatre mois ) . 
 
     Le second engagement primordial devrait porter sur le rejet des traités européens qui nous empêcheraient tout changement de politique économique et sociale . Le sort réservé à la Grèce en est la preuve éclatante .

     Dès maintenant , une fois prises ces deux résolutions, partis politiques , organismes et syndicats pourraient se mettre d’accord sur un programme minimum de gauche . Il va de soi que le candidat tiré au sort promette , une fois élu , de renoncer à la majorité des pouvoirs qui lui seront offerts , sauf à ceux de dissoudre le parlement et de dénoncer la constitution . En attendant cette nouvelle constitution un gouvernement provisoire désigné par les organisateurs de la campagne serait chargé de la continuité de l’état . Il devrait également prendre les mesures nécessaires pour réparer l’économie et la population en commençant par les plus défavorisés . Il  faut qu’il efface le maximum de dettes possibles , sans craindre de déplaire à ceux qui auront bien profité de la crise . Dans la nécessaire réorganisation de l’état la priorité doit être donnée au bon fonctionnement des services publics indispensables : santé , éducation , culture , logement et protection de la nature et de l’environnement  et de tous les organismes dont la vocation n’est pas le seul profit . Sans attendre une autre mesure très importante serait d’associer le maximum de citoyens dans l’élaboration de ces projets et leur mise en route .
     La crise actuelle devrait nous obliger à reconsidérer nos priorités et à placer en tête la garantie de sécurité matérielle ,  pour nous éviter la précarité et ensuite la pauvreté et la misère . C’est-ce que nous suggère  Bernard Friot  avec sa proposition de « salaire universel » Pour s’en convaincre il suffit d’imaginer comment nous pourrions dominer les difficultés d’aujourd’hui avec cette assurance matérielle qui nous mettrait à l’abri  . C’est une mesure de gauche puisqu’elle prive le capital d’avoir prise sur nos vies , en dissociant le salaire de l’emploi . C’est une mesure qui pourrait être avancée sans attendre la mise en place des futures institutions . On peut facilement imaginer comment elle aurait pu nous protéger pendant la crise dont nous ne pourrons sortir que par des mesures radicales 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.