La liberté joue à cache -cache

Du siècle des lumières à la république on a souvent oublié la liberté . Un pouvoir hypocrite et autoritaire oublie les origines sociales des responsables des drames . La lutte de classe est une des fondations des drames présents

L’ histoire nous montre que les communautés et les religions ont presque toujours fonctionné de manière complémentaire pour se justifier , se défendre et s’épauler . Un état fort avec une religion dominante et de petites entités avec des sectes . Quand les intérêts civils divergeaient les religions s’opposaient . Avec la libre pensée et l’athéisme sont nées frictions parfois très graves . Chez nous la séparation s’est heureusement imposée . Ce mode de fonctionnement est un peu une spécificité française . A la suite de la décolonisation nous n’avons pas rompu avec les liens du monde musulman et donc avec ses bouleversements internes . Cette proximité ne pouvait pas nous éloigner de ses drames et de ses convulsions . L’équilibre acquis entre les religions et l’état français ne s’impose pas naturellement avec les nombreuses communautés musulmanes .
La réponse que le pouvoir français donne à la suite des derniers attentats et de l’assassinat d’un professeur , en dehors des évidentes procédures judiciaires , semble de vouloir imposer radicalement la liberté de pensée et de s’exprimer . Le droit à la caricature ne s’accompagnement pas de l’interdiction de blesser qui existe pourtant en matière d’antisémitisme et d’homophobie par exemple .

Au lieu d’invoquer à tort et à travers le mythe de la France des Lumières nos dirigeant devraient s’efforcer de nous sortir de la redoutable spirale d’interventions militaires et de représailles terroristes .
Le mythe du dix huitième siècle c’est que nos philosophes ont écrit dans un pays sous le joug du pouvoir totalitaire de Louis XV et de Louis XVI tout en étant secourus par des tyrans comme Frédéric II de Prusse et Catherine de Russie .
Un minimum de réflexion montrera que notre République n’a pas toujours été fidèle à sa devise : Liberté , Egalité , Fraternité . Au tableau de ses crimes on peut compter :
Les massacres de le Terreur
La dictature de Napoléon premier
Les restaurations
Le second empire
Les massacres de la Commune sous la troisième république
La poursuite de la colonisation et l’établissement de l’Empire français
L’affaire Dreyfus
L’entrée en guerre et la poursuite de cette première guerre mondiale
La passivité d’une grande partie de notre population à l’égard de la politique antisémite de Pétain et de sa participation au départ vers les camps de la mort
La guerre d’Indochine
La conduite de la décolonisation et la guerre d’Algérie

Et plus près d’aujourd’hui notre participation à la guerre du golf et nos interventions plus ou moins officielles dans les politiques africaines .

En dehors de sa valeur historique je me demande ce que représente le mot de république . Bien qu’il nous font penser à l’ancien régime , et si l’on met de côté leur caractère désuet , en quoi les monarchies survivantes sont elles différentes de notre république ? Notre chef de l’état est certes élu mais il dispose d’un pouvoir qui en fait plutôt l’égal des dictateurs en place que de ces souverains au pouvoir décoratif . En matière de liberté c’est le niveau de démocratie qui qualifie les nations . Et la constitution de la cinquième république nous place sur le même rang que les pays à régime dictatorial . C’est elle qui a permis l’arrivée au pouvoir d’un candidat qui était loin d’avoir obtenu la majorité des électeurs inscrits , parce que les abstentionnistes l’en ont jugé indigne et dangereux . Il faut que l’ensemble de la classe politique aux ordres et de la presse servile cesse
de s’abriter derrière les mirages d’une liberté qu’il ne sont même pas capables de respecter .

Alain Badiou à la suite de la tragédie du 23 novembre nous avertissait de prendre garde au risque de récupération par le pouvoir de la crise à venir . C’est bien ce qu’il est en train de tenter avec ses hypocrites appels à l’unité nationale . Méfions nous des tartuffes de droite et de gauche qui derrière les foules attristées ne voient que les élections qui se pointent . Badiou nous disait aussi de renoncer de renoncer aux pulsions identitaires et au désir de vengeance qu’elles inspirent , en convoquant notre raison . « Conformément aux désirs des criminels nous risquons d’être à notre tour capables du pire »

C’est ce que l’on peut craindre à la lecture des propositions martiales du gouvernement . Ce matin , si j’ai bien compris le ministre de l’éducation nationale penserait à inviter les enseignants à reprendre les caricatures de Charlie . Ce serait de la folie criminelle . Les enseignants sont des gens qui pensent avant tout à convaincre , ce ne sont ni des prédicateurs ni des illusionnistes . Comment leurs élèves peuvent ils trouver le chemin de la liberté de conscience en n’étant pas libres eux-mêmes ? Blanquer pourrait utilement ajouter au programme la lecture du « discours de la servitude volontaire » de la Boétie , qui bien longtemps avant nos républiques , a dénoncé les dangers du pouvoir solitaire . Comme on ne peut éradiquer que ce que l’on connait il faut étudier la sociologie des terroristes . Je suis certain qu’une majorité d’entre eux appartiennent à des milieux défavorisés . Toutes les religions sont affaires de politique . Les religions sont grosses d’engagements politiques . On peut raisonnablement penser que conflits actuels s’inscrivent naturellement dans la lutte de classe . On ne pourra les résoudre que par une lutte démocratique.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.