daniel lebordais
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 mars 2010

no sarkozy day et ses étranges pratiques

daniel lebordais
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La démocratie est un combat. Certains en parlent, beaucoup. Mais la mettre en pratique est une autre affaire.

Combattant de longue date de la politique antisociale de Sarkozy et de son gouvernement au service du Medef, j'avoue avoir été attiré par le mirage d'un mouvement à l'italienne en France. Après le succès de la blogosphère réussissant à mettre en mouvement dans la rue, entre 500 000 et 700 000 italiens, la tentation était grande de reproduire la chose dans l'hexagone. Blogueur sur l'actualité politique, j'ai donc décidé il y a quelques semaines de mettre cet outil au service de la cause antisarkozy du mouvement lancé par un petit groupe parisien sur le web : no sarkozy day.

Notre blog signa, avec 54 autres, l'appel des blogueurs à rejoindre la lutte.

Puis, plein de courage, je tentais sur Facebook de créer un groupe dans mon petit département. Sans vraiment de succès car comme dans une large majorité de l'hexagone, la mobilisation ne prend pas. Faute à la campagne électorale, faute à un mouvement qui se veut apolitique (mais contre Sarko !), faute au ridicule de l'Onde violette, faute à une certaine inertie actuelle ou faute à un grand flou artistique des organisateurs ? Difficile de trancher.

Après quelques jours où les inscrits dans ce groupe se comptait sur les doigts de la main, en une nuit une quarantaine de personnes se matérialisa comme par magie. Après vérifications, certains n'habitaient pas notre département. Rappelons que le but du jeu était de s'inscrire là où on habite afin de participer à la préparation de la journée "historique" du 27 mars prochain.

Plus étrange, je retrouvais mon nom, oui je sais j'aurais dû prendre un pseudo, dans nombre de départements où je n'avais rien à faire. Encore magique !? Et d'autres noms aussi revenaient de départements en départements.

Comment ne pas penser que la poignée de chouettes copains parisiens qui mènent le mouvement, tente de faire croire à une mobilisation, en créant une sorte de buzz. Il est vraiment désagréable de découvrir son nom étalé dans des sites inconnus de vous, en qualité de signataire.

J'ai demandé en vain des explications que j'attends toujours. J'ai donc démissionné en l'expliquant aux inscrits de mon département.

Il est un fait la démocratie et no sarkozy day, cela fait deux.

J'ai aussi demandé de ne plus être sur la liste des 55 blogueurs et que le nom de "danactu-resistance" disparaisse, mais trois jours après, aucun changement. Par contre mon accès au groupe que j'avais créé sur mon département n'est plus ouvert quand je me connecte.

De telles pratiques manipulatrices sont tristes pour un combat qui devrait tous nous unir contre la politique de ce gouvernement.

Il ne s'agit pas de mettre en doute la volonté très antisarko des organisateurs, mais de telles pratiques sont déplorables.

Je comprenais mal, encore il y a une semaine, pourquoi, partis, organisations, syndicats, associations diverses étaient aussi frileuses pour rejoindre cette initiative. Je suis un peu plus éclairé maintenant.

Certes selon mes infos, la mobilisation existe, mais sur moins d'une dizaine de villes. L'objectif d'un million dans la rue était d'ailleurs ridicule dès le départ, mais en ce moment, malgré les petits arrangements entre amis avec les chiffres de Facebook la sauce ne prend pas.

On ne peut combattre un adversaire, Sarko ou un autre, en employant les mêmes méthodes, sinon on dévalorise assez vite ce combat...

Une bonne leçon pour l'avenir.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Assurances : les résultats s’envolent, pas les salaires
Depuis plusieurs mois, des mouvements sociaux agitent le monde des assurances où les négociations salariales sont tendues, au niveau des entreprises comme de la branche professionnelle. Les salariés réclament un juste partage des bénéfices, dans un secteur en bonne santé.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Covid : face à la septième vague, les 7 questions qui fâchent
Risques de réinfections, protections, efficacité des vaccins actuels et attendus, avenir de la pandémie… Nos réponses pour s’y retrouver face à cette nouvelle vague de Covid-19.
par Rozenn Le Saint
Journal
Le RN s’installe, LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Boyard et le RN : de la poignée de main au Boy's club
Hier, lors du premier tour de l’élection à la présidence de l’Assemblée nationale, Louis Boyard, jeune député Nupes, a décliné la main tendue de plusieurs députés d’extrême droite. Mais alors pourquoi une simple affaire de poignée de main a-t-elle déclenché les cris, les larmes et les contestations ulcérées de nombres de messieurs ?
par Léane Alestra
Billet de blog
Lettre d’un électeur insoumis à un électeur du RN
Citoyen, citoyenne, comme moi, tu as fait un choix politique mais qui semble à l’opposé du mien : tu as envoyé un député d’extrême-droite à l’Assemblée Nationale. A partir du moment où ce parti n’est pas interdit par la loi, tu en avais le droit et nul ne peut te reprocher ton acte.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Quels sont les rapports de classes à l’issue des élections 2022 ?
On a une image plus juste du rapport des forces politiques du pays en observant le résultat des premiers tours des élections selon les inscrits plutôt que celui des votes exprimés. Bien qu’il y manque 3 millions d’immigrés étrangers de plus de 18 ans. L’équivalent de 6% des 49 millions d’inscrits. Immigrés qui n’ont pas le droit de vote et font pourtant partie des forces vives du pays.
par jacques.lancier
Billet de blog
Quand le RN est fréquentable…
La dernière fois que j'ai pris ma plume c'était pour vous dire de ne plus compter sur moi pour voter par dépit. Me revoilà avec beaucoup de dépit, et pourtant j'ai voté !
par Coline THIEBAUX