daniel lebordais
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 mars 2010

Abstention à 53 %, de quoi est-ce le nom ?

Au-delà des misérables débats télévisuels, dimanche soir, entre l'UMP et le PS, chacun étant relativement content des résultats, selon les codes habituels de la langue de bois, une évidence est difficile à nier, une majorité d'électeurs n'a pas souhaité exprimé un vote pour les uns ou pour les autres et pourtant ce n'était pas les listes qui manquaient !

daniel lebordais
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Au-delà des misérables débats télévisuels, dimanche soir, entre l'UMP et le PS, chacun étant relativement content des résultats, selon les codes habituels de la langue de bois, une évidence est difficile à nier, une majorité d'électeurs n'a pas souhaité exprimé un vote pour les uns ou pour les autres et pourtant ce n'était pas les listes qui manquaient !

Alors plutôt que de gloser sur l'importance de celui qui arrive en tête dans la région X, il me semble plus enrichissant de comprendre la signification d'une telle abstention record pour des élections régionales. Certes la campagne était atone, ennuyeuse, apolitique et on pourrait allonger la liste. Certes les meetings ne faisaient pas vraiment recette et les rares débats télévisés étaient d'une fadeur souvent consensuelle. Certes les affrontements politiques étaient d'un niveau particulièrement bas, surtout de la part d'une droite qui anticipait déjà la défaite, et tentait, en vain, de limiter les dégâts à coups de manipulations telle celle concernant Ali Soumaré. Certes les électeurs, frappés de plein fouet par la crise et les coups portés par Sarkozy ne s'intéressaient pas vraiment à tous ces politiciens si proches les uns des autres, au-delà des programmes si proches les uns des autres, en dehors des deux extrêmes. Certes les observateurs attentifs des élections, dont j'ai fait partie je pense, n'ont pas vraiment réussi à entrevoir des projets politiques réels pour nos régions, en particulier à gauche, où le PS était plus dans la continuation que dans la rupture que certains attendent en vain. Alors où est l'explication ? Abstention et vote blanc ne sont souvent qu'un. Un signe fort à l'adresse de cette république des partis, de droite et de gauche que de plus en plus de gens considèrent comme issus de la même caste et comme défendant le même système libéral. Les deux partis dominants depuis bien des décennies, se coulant toujours un peu plus dans les moules du capitalisme européen, ne proposent à leurs électeurs que des aménagements à la marge, avec un petit peu plus de justice sociale pour les socialistes. Mais soyons réaliste, quand un ancien ministre de Jospin, Michel Sapin lors d'une interview récente à Mediapart avoue, sans pudeur, qu'il ne faut pas rêver, si la gauche revient au pouvoir, il ne saurait être question de rétablir les 100 000 postes de fonctionnaires supprimés par Sarkozy, cela parle, clairement, même aux plus idiots. De même que la campagne des barons du PS dans leurs régions "socialistes" qui tentaient de nous faire croire que des régions socialistes étaient des "boucliers" face aux attaques du gouvernement Fillon ! Piètre bouclier en effet ! Déjà 20 régions étaient à gauche, non ? Et elles auraient réussi à stopper la régression sociale, économique et politique du pouvoir du représentant du Medef ? Cela se saurait. Alors demander nos bulletins de vote avec de tels mensonges, c'est un peu faire injure à l'intelligence collective du peuple de gauche. Et surtout il ne faut pas nous dire que les français sont actuellement résignés, cela serait, en partie, se tromper ou ne pas prendre en compte toutes les luttes actuelles qui souvent se radicalisent malgré les directions syndicales. Alors peut-être peut-on prendre cette abstention pour un vrai et durable désenchantement de la mascarade électorale, devant une alternance cosmétique qui pourrait se synthétiser par ces mots : Tout changer pour que rien ne change. Quand l'on pense cela, l'on délaisse le processus électoral, malgré les éventuels piaillements d'atteinte à la démocratie ! Et dans la perspective de 2012, si la gauche part au combat derrière le grand chef du FMI, DSK, gageons que nombre d'électeurs de gauche se sentiront une fois de plus trahis, et même en voulant en finir avec Sarkozy, ils s'abstiendront une nouvelle fois. Mais d'ici là, les Français peuvent s'éveiller comme les Guadeloupéens ou les Grecs.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Abad : une élue centriste dépose plainte pour tentative de viol
Selon nos informations, Laëtitia*, l’élue centriste qui avait accusé, dans Mediapart, le ministre des solidarités d’avoir tenté de la violer en 2010, a porté plainte lundi 27 juin. Damien Abad conteste « avec la plus grande fermeté » les accusations et annonce une plainte en dénonciation calomnieuse.
par Marine Turchi
Journal
Le procès des attentats du 13-Novembre
Le procès des attentats du 13-Novembre a débuté mercredi 8 septembre à Paris. Durant neuf mois, vingt accusés vont devoir répondre du rôle qu’ils ont joué dans cette tuerie de masse. Retrouvez ici tous nos articles, reportages, enquêtes et entretiens, et les chroniques de sept victimes des attentats.
par La rédaction de Mediapart
Journal — France
Opération intox : une société française au service des dictateurs et du CAC 40
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal — Migrations
Tragédie aux portes de l’Europe : des politiques migratoires plus mortelles que jamais
Vendredi 24 juin, des migrants subsahariens ont tenté de gagner l’Espagne depuis Nador, au Maroc, où des tentatives de passage se font régulièrement. Mais cette fois, ce qui s’apparente à un mouvement de foule a causé la mort d’au moins 23 personnes aux portes de l’Europe.
par Nejma Brahim et Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut
Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA
Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame
Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay