Les banques, cancer de l'humanité

Je pense que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés que des armées entières prêtes au combat. Si le peuple américain permet un jour que des banques privées contrôlent leur monnaie",,,,,,,,,," par la récession, jusqu’au jour où leurs enfants se réveilleront, sans maison et sans toit, sur la terre que leurs parents ont conquis. — Thomas Jefferson, 1802

Des banques

 

Ce n’est pas là non plus que je vais me faire des amis.

Les banques ? Catastrophes annoncées par Thomas Jefferson, en 1802

Voir la page 2.

Il avait raison et nous y sommes.

Ce sont elles qui sont responsables de la crise actuelle.

Et c’est inscrit directement dans leur principe de fonctionnement.

 

Lorsque un individu crée une richesse quelconque, depuis que, grâce au Général de Gaulle, en France, la contrepartie de la richesse crée est déposée en banque.

 

En fait, à l’époque, il s’agissait déjà « officiellement » de lutter contre le travail au noir. Tout salaire supérieur à 1 000 F (152,45 €) dut être payé par chèque, donc remis en banque et ce montant n’a jamais été modifié.

En 1965, mon salaire de technicien débutant était déjà de 1 250 F (190,56 €), autrement dit, compte bancaire obligatoire, alors que je n’étais pas majeur (21 ans à l’époque).

 

A partir de maintenant il y a UNE richesse, et DEUX contreparties, la vôtre sous forme de nombre dans un fichier, et celle du banquier, le même nombre, dans le même fichier, puisque il peut en disposer comme vous, sous réserve de ne pas modifier le nombre définissant votre contrepartie.

Autrement dit, le produit de votre travail va être utilisé deux fois.

 

L’ensemble des banques se retrouvent donc de fait détentrices de la totalité de la contrepartie de la totalité de la richesse crée. Et c’est avec « votre » argent, qu’elle va vous ruiner un jour ou l’autre.

Comment, c’est simple.

 

Ce que vous procédez se trouve finalement n’être que quelques lignes de chiffres dans les comptes de la banque et chez vous dans votre comptabilité.

 

Avec les chiffres des clients dans ses comptes, la banque se livre à des opérations « financières », prêtes aux particuliers et aux entreprises, achat et vente d’action, d’obligation.

 

Et la contrepartie de tout ça, le « garant », le parachute ?

La valeur comptable des « actifs », c’est la valeur de la chose financée, jusque au remboursement total des sommes prêtées.

 

Années 80, la folie immobilière chatouille les magouilleurs, de la capitale en particulier.

Au cours des années 90 la quantité de panneaux « A vendre » sur les bâtiments Parisiens était impressionnante.

Et des petites malins en ont profités pour « faire du fric », souvent beaucoup.

La méthode, choisir un immeuble type bureau, faire un compromis de vente avec un emprunt sur quelques mois, quelques travaux, éventuellement diviser le bien, et revendre   le compromis de vente, deux ou trois fois plus cher.

Les banquiers n’ont pas manqués de remarquer le manège, d’autant que c’étaient eux qui « prêtaient » nos capitaux.

 

http://esprit-riche.com/immobilier-1991%C2%A0-retour-sur-la-crise-du-siecle/

 

Et ils ont mobilisé leurs plus gros cerveaux (déconomistes, bien sûr), pour faire un « flop » gigantesque, en 1995/98, au moment où la magouille arrivait à sa fin, faute de clients.

. « Tant va la cruche (mis pour banquier) à l’eau, ».

 

Quand le marché immobilier s’est épuisé, les derniers qui avaient, spéculés, n’ayant pas pu honorer leurs dettes, les banques se sont retrouvées à devoir vendre les bâtiments financés, plus ceux qu’elles avaient achetés pour être aussi « malines » que les spéculateurs.

Mais au début de la phrase précédente, au risque de me répéter, il est écrit : « quand le marché immobilier s’est épuisé ».

A qui peut-on vendre des produits, quand il n’y a pas d’acheteurs.

Et quelle est la valeur d’une chose qui ne se vend pas, en gros, quel que soit son prix d’achat ou de revient, ZERO.

 

Il fallait pourtant être un banquier pour faire pareille idiotie.

 

Notre petit malin de l’Elysée (Sarko) les a recapitalisés, en augmentant la dette de la France.

Ne riez pas, c’est encore votre argent qui est parti.

 

Les banques Américaines ont fait la même chose avec les maisons des particuliers, à très grande échelle, c’est la crise mondiale dite des subprimes en 2007

.           Le ridicule ne tue pas, mais ne sert pas non plus d’exemple. Toutes les banques qui plongeaient dans la spéculation financière en questions étaient notées AAA.

C’est pour dire à quel point ce sont des charlatans.

S’il y avait des économistes, bla bla bla,. Je sais, je me répète

Et même avec de l’humour, je ne peux pas écrire

« AAA mort de rire »

 

Ce sont d’ailleurs bien elles et leurs détournements, magouilles, malversations à répétition qui ont conduit à la crise économique en cours.

500 milliards de pertes aux USA, faillite de la banque Lehman Brothers, ventes paniques d’actions pourries, etc.

 

Et l’on découvre les agences de notation financière (Moody's, Standard and Poor's, Fitch, etc.) dont la compétence s’avèrent être strictement conforme à ma définition en première ligne, pipo. N’avaient-elles pas déclaré Bernard L. Madoff triple AAA, un modèle pour la finance !. Financées en partie par les entreprises qu’elles « notent », même si elles étaient compétentes, pourraient-elles être objectives ?

Comme l’agence du médicament Française, en somme.

 

 

Actuellement (juillet 2015), ça ne va pas très bien non plus.

Dans le passé récent, la cupidité des membres de l’Union Européenne a conduit au surendettement de la Grèce, par des banques privées de tous les pays riches de l’union.

 

N’allez pas me raconter que ce ramassis de bac plus infini de l’économie et de la finance ne connaissait pas l’histoire compliquée et la situation politique et économique du pays.

 

Mais la cupidité.

Total, dans les pays créanciers, dans un grand élan de solidarité, les états ont rachetés les créances pourries pour « préserver » les banques. (Avec votre argent). En France, les crétins disent « merci Nicolas ! »

 

Et la Grèce se retrouve dans une situation sociale épouvantable qui, à mon avis risque de conduire à une alternative :

Soit une révolution va réintroduire un régime dictatorial, comme il y a quelques décennies

Soit le pays va se retrouver sous domination financière étrangère, Russe ou Chinoise.

De toute façon, les conditions économiques imposées ne sont pas tenables à long terme.

 

 

Alors, que faire des banques ?

 

Très simple, et extraordinairement difficile en fait.

 

Déjà, séparer les banques d’affaires des banques qui gèrent notre argent.

Ça devait être la règle, mais comme dans ce cas-là, en cas de faillite des banques d’affaires, il n’y a aucune raison de les renflouer et donc pour s’assurer qu’en cas de faillite le peuple renfloue les cupides, ça n’est toujours pas fait. Les banques se « planquent » derrière nos comptes personnels. Nous leur servons de préservatif en somme.

 

Depuis 1999, 3.066 établissements financiers ont disparu en Europe, soit une baisse de 31% sur cette période.

Publié le 21-01-2014 à 11h54Mis à jour à 12h51 Par Challenges.fr

 

Autre solution, retirer votre argent dès son arrivée sur votre compte. Ou du moins toute la partie de vos dépenses du mois.

Certains pays, comme l’Allemagne ont des comportements qui ressemblent à ça.

Se déplacer, comme nous le faisons généralement, sans argent liquide vous crée quelques petits soucis dans ce pays.

Ca diminue l’influence des banques qui ne peuvent plus utiliser à leur profit, une partie significative de la richesse de ses clients.

 

Supprimer les banques et les remplacer par un système purement comptable des échanges.

 

C’est un peu ce qui se passe avec les « Monnaies locales Complémentaires ».

 

Les points verts représentent les monnaies locales et complémentaires déjà en circulation, les autres matérialisent des projets en cours (source : latribune.fr)

 

 

L’idée consiste à éjecter les banques d’une partie de l’économie locale, de sorte que la richesse locale le reste.

Et la monnaie n’ayant de valeur que localement, l’économie locale est favorisée, les charognards réduits à la famine, une de leur spécialité pour les autres.

Ça évite d’acheter des tomates du Maroc (ou d’ailleurs) dans le super marché local.

Je m’empresse de dire que je n’ai rien contre les cultivateurs Marocains, (ou d’ailleurs).

Si c’était équitable et que la richesse qu’ils produisent leur revenait, ok. Mais ce n’est pas le cas.

 

Le micro crédit possible maintenant participe de l’émancipation INDISPENSABLE par rapport aux banques.

http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F21375.xhtml

 

 

3d        De la morale bancaire

 

Le Petit Robert dit :

       Morale : science du bien et du mal, des principes de l'action ; théorie de l'action humaine en tant qu'elle est soumise au devoir et a pour but le bien

     Houlà là, ils ne doivent pas avoir le Petit Rober dans les banques

 

         La banque française BNP Paribas a été condamnée jeudi 24 juillet 2014 aux Etats-Unis à une amende de 80 millions de dollars (environ 59 millions d'euros) pour avoir facilité en toute connaissance de cause une escroquerie aux aides publiques, et ce alors que BNP Paribas vient de se voir infliger une amende record de 8,9 milliards de dollars pour avoir violé des embargos américains contre le Soudan, Cuba et l'Iran.

Le Monde.fr avec AFP | 25.07.2014

Presque 7 milliards d’Euros qui paraît-il n’auront pas d’influence sur le fonctionnement des comptes des clients. Probablement encore une escroquerie en construction.

 

Je vous conseille la lecture du remarquable livre de Jean Montaldo.

 

Lettre ouverte aux bandits de la finance

« Messieurs les bandits de la finance, votre avidité et votre cupidité viennent de précipiter le monde dans la plus vaste destruction de valeurs de tous les temps. Embarqués dans la galère des “subprimes” et autres produits vénéneux, vous saviez vos trafics monstrueux condamnés à finir dans le décor ! Oui, vous le saviez, et je vais le prouver… en entrant dans le réseau inextricable de vos complots qui ont fini par pulvériser les économies des grandes puissances, au nez et à la barbe de magistrats, contrôleurs, auditeurs en tout genre qui ont tout vu, tout su et tout laissé faire, se rendant complices, de facto, du plus grand hold-up de l’histoire ! En France, comme ailleurs, vous vous êtes dévoyés dans des spéculations délirantes. Qu’il s’agisse de la Société Générale, du groupe Caisses d’Epargne – Banque Populaire (avec Natixis), de BNP Paribas, de Dexia et autres Crédit agricole, les dossiers dépassent toute imagination, avec des pertes ahurissantes. Les dessous des « affaires » Jérôme Kerviel ou de l’escroc Bernard Madoff me révèlent que vous leur avez ouvert la boîte de Pandore. Chapeau, messieurs les banquiers ! Bandits de la finance, par appât du gain, en toute connaissance de cause, sans honte et sans vergogne, vous nous avez tous plumés. J’entends ici vous clouer un à un au pilori. »

Jean Montaldo

 

De fait, les banques flirtent dangereusement et en permanence avec l’arnaque et la légalité.

 

J’ai connu une situation cocasse ou le directeur d’une agence d’une banque Française en Belgique « nous »a prêté son bureau, pour y étaler et distribuer le contenu d’un coffre personnel, après décès, un héritage, en fait.

Et gentiment il a fait la monnaie, chaque fois que le nombre de billets était inférieur au nombre des « ayant droit ».

Chacun ayant mis cet argent dans ses chaussettes, le retour vers la France c’est fait discrètement, par un point de passage non contrôlé.

 

moujon

Rendu en France, mon « banquier » a proposé de mettre cet argent sur un compte de client « étranger » venu changer de l’argent.

Très honnêtement ensuite, je me demande ce qu’il en a vraiment fait.

C’était il y a environ 25 ans.

Deux banquiers, deux pourris.

 

L'affaire du Crédit lyonnais : est une affaire politico-financière française des années 1990. Le montant des pertes, qui s'élèvent à plus de 130 milliards de francs, en fait l'un des plus grands scandales financiers de l'Histoire, au même titre que le scandale du Panama, un siècle plus tôt. Cette affaire a touché principalement, et dans un premier temps, plusieurs filiales du Crédit lyonnais, à savoir : Crédit Lyonnais Bank Nederland (CLBN), Société de Banque Occidentale (SdBO), International Bankers SA (IBSA) et Altus Finance.

 

Allez donc voir là : https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_du_Cr%C3%A9dit_lyonnais

Ce serait trop compliqué, trop long et pour tout dire, j’ai compris que c’était une énorme magouille qui pèse lourd dans la dette de la France.

 

Plus de Crédit Lyonnais, mais LCL, espérant que le « moujon » standard aura oublié.

Un peu comme l’UMP (Union des Malfaiteurs Professionnels), qui fait « faux mec », expression de l’armée, en devenant « les Républicains » (pour moi, Les Ripous). Reste que ce sont toujours les mêmes malfaiteurs et la dette de leur incompétence à simplement gérer leur association existe toujours.

 

L’affaire Tapie - Crédit lyonnais (aussi appelée affaire Adidas ou affaire Lagarde - Tapie) est une affaire opposant, depuis 1992, Bernard Tapie à la Société de Banque Occidentale (SdBO), une filiale du Crédit lyonnais, elle-même banque publique au moment des faits. L'arbitrage concluant cette affaire en 2008 est lui-même vivement contesté.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Tapie_-_Cr%C3%A9dit_lyonnais

Ne pas lire le soir avant de vous endormir.

 

En fait, il n’y a pas une seule banque, qui ne soit pas, de prêt ou de loin, directement ou indirectement, impliqué dans des affaires de magouille, d’infraction à la loi, et j’en suis sûr, de blanchiment d’argent sale.

 

Secret bancaire suisse :

"L'affaire Cahuzac est l'arbre qui cache la forêt"

 

Le Monde.fr | 03.04.2013 à 18h30 • Mis à jour le 06.04.2013 à 10h36 |

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/04/03/secret-bancaire-suisse-l-affaire-cahuzac-est-l-arbre-qui-cache-la-foret_3153110_823448.html#L4PLFPD5kseAc1s6.99

A ma connaissance ce ripoux est en prison. Enfin un.

 

Emprunts toxiques : Des milliers de communes piégées par les banques !

 

Dexia et les sales habitudes : les villes et les contribuables mettent encore au pot.

Un ramassis d’individus incompétents et malhonnêtes qui ont ruiné 5 500 communes en France, coûté des milliards à la Belgique, la France et le Luxembourg

L’idée de génie était de créer un mastodonte des financements des communes.

 

Sauf qu’au lieu de se contenter de cette activité de prêt, les crânes d’œuf de Dexia ont décidé de spéculer pour gonfler leurs chiffres.

Encore un crash causé par des génies de l’économie.

 

Les députés viennent de créer une commission d’enquête sur les emprunts pourris. Le point sur ces bombes à retardement qui plombent les comptes publics.

Ces prêts ont été souscrits auprès de banques aussi respectables que Dexia, la Société générale, le Crédit agricole ou encore la Deutsche Bank

 

http://www.francesoir.fr/sites/default/files/imagecache/article_image/pbarch210.jpg

 

On pourrait faire un bouquin, impossible à terminer ce sujet.

 

Une petite nouvelle

Blanchiment international : la Société Générale s’en tire à très bon compte

Mediapart 04 août 2015 | Par Fabrice Arfi

La Société générale vient d'échapper à la mise en examen dans une affaire internationale de blanchiment d’argent avec la Guinée équatoriale. Un rapport de police accablait pourtant la banque Française, en juin 2014, pointant son « rôle majeur [dans] un schéma de fraude à dimension internationale ». Près de 200 millions d'euros sont en jeu.

http://www.mediapart.fr/journal/france/040815/blanchiment-international-la-societe-generale-s-en-tire-tres-bon-compte

 

Décidément, pendant ce temps-là :

C- Rémunérations fixe et variable 2013 des principaux dirigeants de la Société Générale :

 

 

http://www.societegenerale.com/sites/default/files/documents/AFEP%20MEDEF/Decisions_du_Conseil_11022014.pdf 

 

 

Si vous voulez continuer ce chapitre, citez n’importe quelle banque, fouillez sur le net et écrivez quelques pages de plus.

Il y en a pour toutes.

 

Dans le fonctionnement journalier, conditions illisibles, frais arbitraires, sans possibilité de discussion, services imposés qui ne servent à rien, changement de contra semblant être « obligatoire ».

 

Au moment du renouvellement de ma carte bancaire, le Crédit Agricole a voulu m’imposer une carte lisible à distance. Je n’en veux pas, je n’ai rien demandé, je l’ai refusé. Ils ont cherché à m’expliquer que ça ne présentait que des avantages pour moi. Avez-vous déjà vu un organisme comme une banque, s’intéresser à autre chose que son profit, jusque à l’idiotie.

 

Mon épouse s’est fait avoir, total nous avons « isolé » son porte carte de crédit, constitué une sorte de cage de Faraday pour éviter les ennuis et acheté un porte carte blindé, pour lorsque elle va juste faire quatre courses au supermarché d’à côté.

Une autre pour la route

Médiapart 20 juillet 2015 | Par Laurent Mauduit

Enquête sur Natixis (1/3) : de l'art de gérer les actifs de ses clients à leur détriment.

Société spécialisée dans la gestion d'actifs, Natixis Asset Management contrevient fréquemment à la réglementation. Non seulement elle prélève des commissions occultes sur les fonds à formule mais de surcroît, elle n’offre à ses clients, sans leur dire, que la moitié de la rémunération du marché. Premier des trois volets d'une enquête consacrée à cette filiale de BPCE.

 

En recherche de documentation, je viens de rencontrer une perle, le classement des 50 banques les plus sûres de la planète.

20 minutes Claire Planchard

Publié le 24.08.2012 à 00:00 Mis à jour le 24.08.2012 à 18:06

 

« La Caisse des dépôts, le Crédit Mutuel, la Banque Postale et BNP Paribas sont les dernières rescapées françaises du Top 50 publié jeudi par le magazine américain Global Finance. Crédit Agricole, LCL et Société Générale, elles, ne figurent plus dans ce classement ».

Les seules que je connais sont toutes empêtrées dans des affaires pas nettes, comme la BNP.

Rendez-vous dans quelques années, pour voir comment elles auront créé un crash mondial.

 

Celle du jour

CORRUPTION Londres, capitale mondiale de l'immobilier « sale »

http://www.mediapart.fr/journal/international/160815/londres-capitale-mondiale-de-limmobilier-sale?page_article=1

Mediapart 16 août 2015 | Par Agathe Duparc

 

« Les publications et les enquêtes se succèdent sur les dessous du marché de l'immobilier à Londres, refuge des criminels du monde entier. Un reportage de Channel 4, filmé en caméra cachée, a récemment créé la stupeur, montrant comment des agents immobiliers sont prêts à déployer le tapis rouge devant un fonctionnaire russe ultra-corrompu. Les autorités disent vouloir agir. »

Je trouve ça drôle.

Les Anglais qui se font gruger grâce aux paradis fiscaux qu'ils ont eux-mêmes organisés. J’imagine que les boîtes de cotations les classent HA, HA, HA !   MDR

La "capote Anglaise", en fait, c'est le préservatif de l'argent sale !

 

Dernière minute, 2018, les banques n’ont plus le droit de nous prendre pour des moujons, sans nous en avertir : total,

 

INFORMATION SUR LE TRAITEMENT DE DONNÉES PERSONNELLES (de ma banque)

 

Cette notice d’information a pour objet de vous informer de manière transparente sur les traitements que nous sommes susceptibles de mettre en œuvre tout au long de la relation bancaire, à l’égard de nos clients, prospects ou des personnes physiques intervenant dans le cadre d’une relation avec un client tel qu’un mandataire, un représentant légal, une caution, un contact désigné, un préposé ou un bénéficiaire effectif…

  1. Qui recueille vos données à caractère personnel
  2. Comment nous obtenons les données personnelles vous concernant
  3. Qui accède à vos données
  4. Pourquoi nous traitons vos données à caractère personnel ?
  5. Combien de temps sont conservées vos données
  6. Comment nous assurons la sécurité et la confidentialité de vos données
  7. Où sont stockées vos données
  8. Nos actions de prospection
  9. Nos actions de profilage
  10. Mise en œuvre de traitements particuliers reposant sur une technologie spécifique
  11. Vos droits
  12. Comment exercer vos droits

Je vous fais grâce du total :

- 17 pages,

- 7 240 mots

qui vous expliquent que si ça ne vous plait pas, allez-vous faire voir chez un autre magouilleur.

 

2018, panique un peu partout, les « moujons » ne veulent plus être tondus, total,

 

Microsoft: Les données personnelles que nous recueillons

168 pages, 32 997mots, 224 952 caractères. Probablement pas exhaustif.

 

Skype: Conditions "générales"

99 pages, 18 526 mots, 104 170 caractères, Probablement pas exhaustif.

 

Twitter Conditions d’utilisation

Impossible à compiler intégralement, tellement il y a de liens vers des conditions particulières.

J’estime n’avoir réuni que entre 10 et 20% des documents, soit 27 pages, 13 313 caractères.

Le total peut donc comporter jusque à 300 000 caractères en 500 pages

 

Bienvenue sur Facebook

24 pages, 8 066 mots, 44 331 caractères, une trentaine de liens vers des conditions particulières, en fait, impossible de faire un document complet, là encore probablement entre 150 000 et 300 000 mots au total. Des truands.

 

Faire aussi long, c'est la preuve d'une malhonnêteté infinie

 extrait de "Tout ça pour finir comme ça !"

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.