Daniel Margreth
Reportages, Chroniques, Art et Culture...
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 31 déc. 2020

Daniel Margreth
Reportages, Chroniques, Art et Culture...
Abonné·e de Mediapart

La chronique du Dernier Jour

31 décembre 2020. Le Dernier Jour s’est levé doucement ce matin, en silence, discrètement entre deux flocons de neige. Depuis de longs mois déjà, les Autres Jours l’ont fait presqu’en cachette comme s’ils avaient honte de l’éclairage blafard qui donne à voir le désastre qui traverse le monde du nord au sud et de l’est à l’ouest.

Daniel Margreth
Reportages, Chroniques, Art et Culture...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

31 décembre 2020.

Le Dernier Jour s’est levé doucement ce matin, en silence, discrètement entre deux flocons de neige. Depuis de longs mois déjà, les Autres Jours l’ont fait presqu’en cachette comme s’ils avaient honte de l’éclairage blafard qui donne à voir le désastre qui traverse le monde du nord au sud et de l’est à l’ouest.
Pourtant, pendant une année, ils ont fait leur travail silencieux et apporté une lueur chacun à son tour sans jamais faillir. Comme d’habitude, personne n’a prêté une véritable attention à ce phénomène qui se perpétue depuis la nuit des temps et qui parait finalement naturel. Chacun d’eux pourtant s’en est emparé machinalement avec de petites expressions toutes faîtes: bonjour, jour de chance, mauvais jour, jours heureux… Tout et son contraire en somme!

Le Dernier Jour, lui, doit clore un cycle d’une année alors que les Autres Jours n’ont qu’à perpétuer le mouvement une fois lancé par le Premier Jour qui, lui aussi, a un le rôle particulier, celui de donner l’élan bénéfique de l’année suivante.
Ah ! comme le Premier Jour de 2020 avait eu fière allure! En pleine effervescence du mouvement de grève contre la réforme des retraites, il avait fièrement inauguré l’arrivée de la nouvelle année avec la certitude qu’il se passerait plein de belles choses en 2020… Malheureusement, et pour une raison absolument inconnue, les Autres Jours qui ont suivi n’eurent pas le même entrain d’optimisme: une épidémie de craintes et de désillusions s’enchainèrent dès le deuxième mois.

Au printemps, chaque Autre Jour amena son éclairage sur un malheur ou un autre, ils ont plongé dans la peur du lendemain, et l’espoir d’un monde meilleur fut rangé au fond des cœurs sous des piles de vieilles croyances, de vieilles peurs ou de vieux démons. Les Autres Jours, pendant de longs mois, se succédaient sans bruit de peur d’être accusé de tous les maux qui s’abattaient sur la terre en même temps que le confinement. Des rituels infantiles firent leur apparition sous la forme d’une auto-attestation dont la forme changea plusieurs fois, puis vint le temps des visages masqués: tous ces rituels servaient de sésame pour sortir de jour comme de nuit. Ils s’amusaient comme des gosses sans s’apercevoir que les Autres Jours s’enchainaient encore plus vite.

Puis de bons Autres Jours enfin firent venir la libération de l’été et à nouveau le sens de la fête. Que de monde sur les bords de mer ou dans les jardins pour embrasser les rayons du soleil qui avait tant manqué sur les visages enfin démasqués qui en profitèrent pour s’aimer comme au bon vieux temps! Le retour des jours heureux avait dit le président.
Mais de mauvais Autres Jours sont revenus avec l’automne et les vieilles querelles redoublèrent. Les Autres jours alors se sont mis à ressembler à ceux du printemps et ont repris leur jeux infantiles et un funeste repli individuel. Les Autres Jours ont commencé à se lasser de cette situation ubuesque où ils se disputent sans cesse sur les détails sans jamais se questionner sur le fond des problèmes qui a conduit à ce chaos mondial. Les Autres Jours souhaitaient tous que le Dernier Jour prenne la décision d’en finir avec l’année 2020 pour passer à autre chose et enfin redémarrer sur de nouvelles bases.

Le Dernier Jour, précis comme une horloge, est bien arrivé le 31 décembre comme chaque année. Il n’est pas pressé et il n’intervient qu’à la date qui lui est imparti: c’est un légaliste. Cependant, il a réfléchi une année entière et a bien observé les Autres Jours qui se sont agités depuis sa dernière intervention. Il est triste qu’ils n’aient pas pu redresser la situation qu’avait légué le Premier jour. Le Dernier Jour est fatigué de cette année d’épidémie de la peur de l’Autre Jour pour l’Autre Jour. Ce cercle vicieux l’affecte beaucoup et il finit par ne plus croire à l’Autre Jour heureux qu’il est chargé de souhaiter quand son temps va s’éteindre. Il est pensif et désespéré. Le Dernier Jour épuise toute sa bonne humeur et peu à peu les doutes envahissent sa pensée et ses yeux se cachent derrière les larmes. A cause des sanglots le Dernier Jour n’a plus de voix pour exprimer les traditionnels vœux.

Tant pis, se dit-il, ce soir je vais me taire malgré le texte écrit par la tradition ancestrale du Dernier Jour.
Le Dernier Jour tire sa révérence en silence donc et part rejoindre le Premier Jour, même si cette fois il sera incapable de lui transmettre la flamme éternelle du temps.

Texte Copyright Daniel Margreth.

La Chronique du Dernier Jour

Partager :

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le ministre Éric Dupond-Moretti est renvoyé devant la Cour de justice
Éric Dupond-Moretti devient le tout premier ministre de la justice en exercice à être renvoyé devant la Cour de justice de la République pour des faits commis dans l’exercice de ses fonctions. Le garde des Sceaux est accusé de « prise illégale d’intérêts » après avoir fait pression sur plusieurs magistrats anticorruption.
par Michel Deléan
Journal
Au moins 25 % des chômeurs ne réclament pas leur allocation
Entre 390 000 et 690 000 personnes ne demandent pas d’allocation chômage alors qu’elles y ont droit, soit de 25 % à 42 % de taux de non-recours, essentiellement chez les plus précaires. Des chiffres communiqués au Parlement par le gouvernement.
par Cécile Hautefeuille
Journal — France
« Ruissellement » : la leçon de Londres à Emmanuel Macron
Le gouvernement britannique a dû renoncer ce lundi à une baisse d’impôts sur les plus riches sous la pression des marchés. Une preuve de la vacuité du ruissellement auquel s’accroche pourtant le président français.
par Romaric Godin
Journal — France
Sélection à l’université : « Quand réfléchit-on au droit à la réussite ? »
Des écarts scolaires qui se creusent avant le bac, un financement inégalitaire dans le supérieur et un régime de plus en plus sélectif symbolisé par Parcoursup : la « démocratisation des savoirs » prend l’eau, s’inquiètent les sociologues Cédric Hugrée et Tristan Poullaouec, dans leur livre « L’université qui vient ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost
Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Appelons un chat un chat !
La révolte qui secoue l'Iran est multi-facettes et englobante. Bourrée de jeunesse et multiethnique, féminine et féministe, libertaire et anti-cléricale. En un mot moderne ! Alors évitons de la réduire à l'une de ces facettes. Soyons aux côtés des iranien.nes. Participons à la marche solidaire, dimanche 2 octobre à 15h - Place de la République.
par moineau persan