DIMINUTION DU TEMPS DE TRAVAIL

La diminution du temps de travail et plus particulièrement la remise en cause des 35 heures par la droite et le medef est une position idéologique mais non pragmatique.

Si l'on observe la totalité du 20ème siècle on constate que le PIB a été multiplié par 8 tandis que le temps de travail a parallèlement été divisé par 2.

Ce qui conduit à une productivité globale de 2x8=16 soit 1600%, donc une moyenne de 1,6% par an.

Ces gains de productivité* ont donc permis de profiter aux salariés par l'augmentation de leur pouvoir d'achat** et également par une diminution du temps de travail.

Ces deux facteurs ne sont donc pas incompatibles.

La tendance naturelle devrait donc être la diminution du temps de travail.

A quoi sert une économie si ce n'est de libérer l'individu de la servitude d'un travail souvent peu enrichissant et répétitif ?

Si le patronat dont la tendance naturelle est de disposer d'une main d'oeuvre laborieuse est soumise veut augmenter le temps de travail, ce n'est donc pas pour des raisons d'efficacité.

Le maintien d'un temps de travail élevé leur permet d'éviter de procéder à des investissements de productivité en transférant les bénéfices vers leurs actionnaires ou vers leur enrichissement personnel.

Quoiqu'on en dise chacun sait que luxe se porte très bien et que les grandes fortunes nagent dans la misère ambiante comme des poissons dans l'eau.

 *productivité = efficacité : différent de productivisme...

 **une voiture correspondait à plusieurs années équivalent salaire en 1938. Un an environ aujourd'hui.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.