Les conséquences d'une politique étrangère lamentable.

Je l'avoue, je m'étais trompé...

Par dérision, et par déception également, je nommais François Hollande "René Coty" mais en réalité c'était Guy Mollet!

Car ce dernier avait aussi, en son temps, engagé la France dans une guerre coloniale d'arrière-garde sans espoir.

Par quelle aberration intellectuelle en est-on arrivé si rapidement à convaincre les français; et leurs députés qui se sont rassemblés dans une sorte d'union sacrée; que la sécurité de la France était menacée?

La Norvège, le Danemark, la Finlande, l'Italie, la Grèce... (la liste des pays non engagés est immense) n'ont aucunement décidés d'entrer en guerre contre des illuminés qui, à des milliers de kilomètres, ont autoproclamés un califat.

Etait-il indispensable de mettre en jeu la vie de nos soldats dans une opération incomplète et bancale?

De jouer les supplétifs des américains?

Une forte odeur de pétrole est sans doute la réponse?

Et la presse censure à présent les réactions des citoyens sur tous les sujets qui touchent à cette guerre. Difficile de s'exprimer sur nos blogs habituels.

"La première victime d'une guerre est la vérité" disait Rudyard Kipling.

On le constate tous les jours.

Heureusement qu'on a Médiapart!

Les rédactions des médias, tous confondus, invitent à s'exprimer tous les va-t-en guerre et les semeurs d'effroi que comporte notre triste classe politique.

On peut être interloqué par la rapidité avec laquelle il est aisé d'entraîner les citoyens comme un vulgaire troupeau de moutons avec quelques affirmations idiotes.

Les maladresses (pour ne pas dire plus) se succèdent chaque jour.

  1. Par exemple, à grand renfort médiatique, on vole fort justement au secours de quelques centaines de réfugiés chrétiens d'Irak, mais on oublie de le faire pour les musulmans pourchassés en république centrafricaine. Ce pays est pourtant situé dans ce qu'on appelle encore "notre zone d'influence". Nous y avons même des troupes stationnées en permanence. Etrange n'est-ce pas cette diplomatie à géométrie variable?
  2. Autre exemple: On a tout dit, avec raison, sur le régime odieux de Bachar El Hassad. Mais quand des jeunes français musulmans se précipitent ensuite pour le combattre on s'en étonne. Ce sont à présent des djihadistes.

On n'est pas à une incohérence près.

Quant à nos alliés dans le monde arabe ce ne sont souvent que des dictatures qui nous prêtent main forte pour défendre des régimes corrompus. Tout en finançant en sous-main les combattants de l'EI.

On ne naît pas "terroriste" on le devient.

Il serait beaucoup plus intelligent d'essayer de comprendre pourquoi et comment. Comme l'a fait il y a déjà quelques années Jean Ziegler dans son excellent ouvrage prémonitoire "la haine de l'occident".
On y verrai alors pointer notre lourde responsabilité.

Le président dit que les preneurs d'otages sont des lâches. Sur ce point il a raison puisqu'ils capturent et exécutent des innocents. Et ceux qui le font commettent une double erreur:
- Leur guerre n'est pas une guerre de "pauvres" comme nos résistants que les allemands nommaient aussi des "terroristes". Car à l'époque ils s'attaquaient à l'occupant ou aux collaborateurs, pas aux innocents.
- Ces exécutions sauvages ne servent qu'a souder les peuples et renforcer leur détermination. Elles ont l'effet inverse de celui escompté.
Ce qui prouve que ces individus sont commandés par des fanatiques incapables qui exercent leur pouvoir sous couvert de religion.

Je dis depuis longtemps que si j'étais président, lors de mon discours inaugural j'avertirais mes compatriotes que leur vie est menacée s'ils sont capturés comme otage.

Et je dirais solennellement aux candidats preneurs d'otages que non seulement jamais la France ne paiera de rançon, mais qu'ils seront traqués et exécutés partout où ils se trouveront. Qu'ils sont donc condamnés.

Mais aussi je ne verserais pas d'argent même de façon détournée. Pour tarir leur source de revenus. Comme le fait Israël que, pour une fois, j'approuve sur ce point.

Où va-t-on pouvoir à présent aller sans risques dans le monde musulman?
Devrons nous cacher notre nationalité?
Faudra-t-il prétendre qu'on est belge ou suisse?

Quelle honte, et quelle tristesse de ne plus pouvoir retrouver les amis qu'on y a laissé. Sachant qu'eux ne peuvent facilement venir nous voir.

J'ai toujours pensé que l'objectif de notre politique étrangère devait être guidée uniquement par la question suivante:

"Quelle est l'image de la France dans le regard des autres hommes?".

Nous sommes obligés de reconnaître qu'aujourd'hui elle est lamentable!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.