1-Canard Enchaîné : étrange article d’Anne-Sophie Mercier sur l'ivoirienOuattara

J’ai lu un article de Le Canard Enchaîné qui est un formidable hebdomadaire, dont chacun apprécie la liberté de ton et surtout la volonté, sur tous les sujets, de tenir un discours de vérité fondé sur des enquêtes solides et impartiales.

Canard Enchaîné : étrange article d’Anne-Sophie Mercier ou la volonté de nuire au Président Ouattara

 


J’ai lu un article de Le Canard Enchaîné qui est un formidable hebdomadaire, dont chacun apprécie la liberté de ton et surtout la volonté, sur tous les sujets, de tenir un discours de vérité fondé sur des enquêtes solides et impartiales.

Il est rare que Le Canard Enchaîné se lance dans des analyses politiques qui mettent en cause un président élu, sans se donner les moyens d’être inattaquable. C’est pourtant le cas avec un étrange article consacré au président ivoirien Alassane Ouattara, dans l’édition du mercredi 11 novembre 2020.

 

La journaliste du Canard Enchaîné, Anne-Sophie Mercier, choisit un titre qui vise à instruire le procès à charge contre Alassane Ouattara.

 

« Alassane Ouattara - A 78 ans, en étouffant l'opposition et en contournant la Constitution, il a réussi à se maintenir pour un troisième mandat à la tête de la Côte d'Ivoire », prétend l’article.

 

Reprenons les allégations que contient ce titre : 1) « En étouffant l’opposition » : mais l’opposition n’a jamais été étouffée ; elle a plutôt choisi de boycotter l’élection du 31 octobre 2020 , et elle s’est engagée sur la trajectoire de la sédition (appel à la désobéissance civile et à l’insurrection).

 

2) « En contournant la constitution » : la journaliste, autoproclamée meilleure constitutionnaliste du monde, reprend l’argument de l’opposition. Un argument qui n’a eu d’échos nulle part dans le monde , mais qui a servi à mobiliser pour détruire des vies en Côte d’Ivoire. L’opposition a la prétention de dire que c’est elle seule qui sait bien lire la Constitution de la Côte d’Ivoire. Même les livres religieux donnent lieu à moins de fanatisme ! Pour un journal anti clérical comme le Canard, il y’a des vérités absolues et bibliques dont il faut se méfier , comme cette vérité des opposants ivoiriens sur la Constitution ivoirienne.

 

3) Le « A 78 ans » construit l’idée qu’Alassane Ouattara, en se présentant, entreprend à son âge une carrière de dictateur.

Deux faits tentent de conforter cette idée : la référence à de Gaulle (« Croit-on qu’à 67 ans, je vais commencer une carrière de dictateur ? ») et l’allusion à la Corée du Nord. Il est question d’une opposition « priée de se taire » et d’une armée « bien nettoyée de ses éléments les plus rebelles ». Des allégations qui ne résistent pas aux faits ni à la réalité !

 

Pour la journaliste, le scrutin présidentiel est entaché d'un grand nombre d'irrégularités.

Plus étrange et surréaliste , elle construit la fiction d’une France manipulée par le Président ivoirien Ouattara.

« Se proclamer élu haut la main, alors qu'on sait très bien que des régions entières n'ont pas eu accès au vote, on ne s'y attendait pas, confie, amer, un haut fonctionnaire du Quai d'Orsay », écrit-elle.

On remarque l’utilisation classique d’une source anonyme qui porterait le point de vue de la France. Une source forcément imaginaire et inexistante , à qui elle fait porter ses propres opinions.

Conclusion de la journaliste : « Même le Quai d'Orsay, le tout puissant Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères en France est donc dépassé par les évènements ».

Ne riez surtout pas , même si le quai a de meilleurs porte-parole officieux....

 

On sent que l’article du Canard Enchaîné est orienté par Antoine Glaser, l’ancien directeur de La Lettre du Continent et qui, depuis son départ, délivre sans cesse deux messages : la dénonciation perpétuelle de la France-Afrique et l’idée que les Chefs d’Etats africains sont devenus les maîtres du jeu.
D’ailleurs, la journaliste ne s’en cache pas, et cite même abondamment Antoine Glaser.

Une autre nouvelle, soufflée par Glaser, mais déjà alimentée par des opposants en Côte d’Ivoire réapparaît : Amadou Gon Coulibaly aurait été choisi pour être le « Medvedev ivoirien », le pouvoir étant détenu en réalité par Ouattara, comme en Russie par Poutine. La disparition brutale d’AGC aurait annulé cette option.

 

Arrive aussi Emmanuel Macron, qui aurait dit à Alassane Ouattara qu’il était contre le 3ème mandat. Là encore, une source anonyme est utilisée : « On va faire comme on fait d’habitude, on va vaguement parler de pluralisme et de démocratie, et puis on va s’écraser ». Du grand art, ou plutôt du charlatanisme journalistique....

J’ai dit, au début de mon analyse de cet article, qu’il était surprenant que le Canard Enchaîné s’attaque ainsi frontalement à Alassane Ouattara, prenant le risque de crisper un peu plus la situation post-électorale, en reprenant les arguments des éléments les plus radicalisés de l’opposition.

En réalité, si je reprends la plupart des articles que le Canard Enchaîné à consacrés à Alassane Ouattara je m’apercevrai que presque tous instruisent le procès du président ivoirien et de son épouse.

Le 23 novembre 2016, le Canard Enchaîné écrivait : « Alassane Ouattara est l’ami des djihadistes ». Si je pousse un peu plus mon analyse, je vois que derrière les attaques portées contre Alassane Ouattara se profile en réalité une dénonciation des relations franco-ivoiriennes et des secrets d’une France-Afrique qui se perpétue. Antoine Glaser n’est toujours pas loin. D’ailleurs, l’article du Canard Enchaîné du mercredi 4 novembre se termine par une phrase d’Antoine Glaser : « Macron est d’autant plus gêné aux entournures que la base française d’Abidjan a une importance vitale pour la logistique de l’opération Barkhane au Sahel. Bref, Macron est ficelé. »

Nous voici revenus, selon Glaser, le Canard Enchaîné et sa journaliste au bon vieux temps de la France-Afrique, lorsque Paris soutenait des dictateurs.
Ce story telling à la Antoine Glaser ne repose sur rien de concret.

Il vise à instruire le procès d‘Alassane Ouattara en lui faisant porter seul la responsabilité de la crise pré et post électorale et en dédouanant l’opposition de toute responsabilité.

 

Cet article est, pour moi, à vite oublier , car il est évidemment commandité. Le Canard n’est-il pas vraiment « enchaîné », manipulé lorsqu’il s’agit de la Côte d’Ivoire . Par qui ? Devinons ensemble ! L’opposition ivoirienne ?

J’ai connu le Canard Enchaîné en meilleure forme. Le Canard Enchaîné n’est-il pas devenu un Glaserland , un Glaser déchaîné ? Un Bédiéland , un Bédié déchaîné ? Un Gbagboland, un Gbagbo déchaîné ? Un Soroland, un Soro déchaîné ?

Pan sur le bec , et 3/20 pour le pamphlet de Anne-Sophie Mercier, qui vaut d’habitude mieux, et qui fait mieux d’habitude, que cette mention peu honorable de la part d’un lecteur régulier et passionnée du palmipède.

Justice Konan
Mjdhlp@hotmail.fr
JusticeKonan.com
11 novembre 2020, Paris

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.