Retrait du billet du 16 février 2014

Les avocats de la société Dominos Pizza France, mise en cause dans mon billet du 16 février 2014, ont mis en demeure Médiapart, de supprimer ce billet.

Ainsi, Maître Richard Malka, écrit à Médiapart que mon post (du 16 février 2014 retiré le 13 mars) :

1)  comporte des allégations diffamatoires

2)  renvoie vers un blog qui comporte des propos diffamatoires particulièrement violents et de surcroît, publie des enregistrements de conversations privés de Domino’s Pizza, y compris avec des avocats, ce qui serait susceptible de constituer une infraction dont vous vous rendez ainsi complice par l’existence de ce lien.

Maître Richard Malka, un nouvel avocat de Domino’s Pizza, menaçait donc de poursuivre Médiapart en complicité.

J'ai accepté sans sourciller que Médiapart retire le billet en attendant, logiquement, que maître Richard Malka délivre l'assignation de sa cliente et que l'affaire jugée, mon billet puisse être republié.

Il n'en n'est rien, aucune assignation, aucune plainte, silence radio total.

Et, plus de 45 jours après la publication du billet du 16 février 2014 mis en cause, je n’ai pas été assigné pour quelques propos prétendus diffamatoires ni pour avoir relayé un blog avec conversation prétenduement privée à laquelle 6 avocats et une juriste ont participé entre autre.

Cette conversation prétenduement privée s'est tenue à plus de 20 personnes dans une salle louée.

Même les voisins de la salle interviendront pour que les participants parlent moins fort, arrêtent de hurler et fassent moins de bruit.

Cette conversation prétenduement privée a été enregistrée par des participants probablement invités n'est ce pas ?

Cela est évident et ne fait aucun doute, encore faut il écouter les 4 heures 25, ce qui est long, très long mais, cela laisse le temps de reconnaître toutes les voix et les intentions des uns et des autres à mon égard et à l'égard de la société que je dirige.

Cette conversation aurait-t-elle été enregistrée à l'insu de certaines personnes ? C'est probable, quasi certain.

Si tel est le cas, ces personnes auraient elles été poursuivies par quiconque qui aurait à se plaindre ? par les avocats notamment ?

Je n'en sais rien et ne le pense pas.

Je crains même que certains intervenants à cette réunions aient trouvé matière à négocier, du fait de l'existence même de cet enregistrement.

Dès lors, j'imagine que les avocats de Domino’s Pizza et Domino’s Pizza ont révisé leurs positions en constatant l’exception vérité des propos du billet retiré, attendent que l'orage passe et "prient" pour que l'affaire soit étouffée.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.