Dehors, les envahisseurs !

Le 13 novembre 2014 .

Ce texte n’a rien à voir avec une fumeuse théorie du complot. Il s’agit d’organisations ayant pignon sur rue et sites sur le Net. Vous pourrez d’ailleurs y trouver de plus amples renseignements. Il paraît que certains ont  effacé ces derniers jours quelques noms trop gênants, mais il reste toujours des archives quelque part…

 

 

Ceux qui connaissent la « French American Foundation » (FAF) savent que ce n’est pas un lieu d’échanges scolaires, ni une fondation de charité. Depuis 1976, avec un pied en France et un aux USA,  elle remplit la mission inscrite dans ses textes officiels :

 « renforcer la relation franco-américaine considérée comme un élément essentiel du partenariat transatlantique

Chaque année, elle recrute des jeunes des deux pays, aptes à occuper des postes de dirigeants. Elle les éduque à devenir des responsables bien formés à la pensée atlantiste, basée sur la politique du futur pouvoir financier globalisé dont les USA seront la plateforme politique indispensable. Les « élèves » les plus doués reçoivent le titre de «YOUNG LEADERS » et ont pour mission de défendre les objectifs de la Fondation, qu’ils entrent en politique, dans les médias, le monde des affaires, la banque, l’université etc….Ceux-ci auront un bel avenir.

 

FRANCOIS HOLLANDE EST UN  «YOUNG LEADER » .

 

Il a été adoubé en 1996. Vous en a-t-il avertis avant les élections ?

Comment s’étonner alors que les gouvernements aillent d’échec en échec sans que cela  semble  l’affecter pour autant ?  

N’a-t-il pas d’autres intérêts à défendre que ceux de la France et des Français, et ceci bien avant d’avoir été élu ? A votre avis, quelle politique suit-il ? Le changement social promis, les modifications des traités internationaux, la protection de ses concitoyens contre son grand « ennemi » le monde de la finance ? Ou favorise-t-il d’abord le partenariat transatlantique complètement déséquilibré du pot de terre contre le pot de fer, au seul bénéfice des banques et des multinationales ? Voilà des questions que j’aimerais bien poser à notre Président.

 

 François Hollande a d’ailleurs, parmi les Young Leaders français, de bons compagnons et je vais vous en citer quelques-uns parmi les plus connus :

Au Parti « dit Socialiste »  : Moscovici, Marisol Touraine,Arnaud Montebourg (pas très obéissant semble-t-il),Najat Vallaud Belkacem, Emmanuel Macron, Fleur Pèlerin, Frédérique Bredin, Anne Lauvergeon, Bruno Le Roux…

A droite : Nicolas Bazire, Alain Juppé, Nathalie Kosciusko-Morizet ; François Léotard, Emmanuelle Mignon, Eric Raoult, Valérie Pécresse, Laurent Wauquiez, Jacques Toubon.

Sarkozy-l’Américain n’avait pas besoin de formation, d’ailleurs il a présenté deux conférences à  la FAF.

 

Des responsables politiques Etatsuniens sortent  Young Leaders chaque année. Les représentants des médias sont nombreux : chaînes de radio ou de télévision, journaux ou revues (Le Monde, le Nouvel Obs, Libération, Le Figaro, La Tribune, Les Echos, Rue 89, ainsi que Mon Petit Quotidien pour les enfants et même un journaliste du Canard Enchaîné…)  Par ailleurs, il existe d’autres organismes pour recruter de hauts responsables dévoués à la cause de la finance, par exemple le groupe Bilderberger (Valls, Fabius, Sapin et encore Macron cette année), la Trilatérale (de Castries d’Axa et ami de notre Président, Fabius ou Guigou), le CFR ou encore le Siècle français où se retrouvent presque tous nos libéraux et d’autres encore qui forment une sorte de toile d’araignée qui enserre une grande partie de la planète avec de multiples passerelles.

 

Quel résultat pour la France ? Nos ministres se contredisent, reviennent sur leurs décisions, choisissent les pires solutions. Notre Président, dont l’intelligence, l’humour et la finesse sont reconnus depuis longtemps, semble un petit homme bonasse dans un costume trop grand pour lui.  Tous désespèrent les parlementaires de la vraie de gauche et les citoyens sont complètement décontenancés, déboussolés. Dans les partis de gouvernement, les affaires pullulent et les médias  les ressassent pendant des heures pour nous dégoûter des dirigeants et de la politique (tous pourris, ce qui est faux). La France perd pied, la pauvreté et le chômage augmentent, les lendemains inquiètent, les entreprises disparaissent, l’agriculture et l’élevage également, les services publics ne sont plus sûrs, le peuple a perdu sa souveraineté, ne reconnaît plus sa classe sociale et notre jeunesse se désespère. L’abstention gagne du terrain. Certains, oubliant les leçons de l’histoire, croient les affabulations d’un parti à caractère fasciste : C’est « la Marine qui les mène en bateau ! » en oubliant de dire qu’ils sont les champions des condamnations en justice.

 

Mais si tout n’était qu’artifices et faux semblant ? Si la crise était avant tout  le fruit d’une invention subtile ? Si la dette était le résultat d’une magnifique rente accordée injustement aux banques ? Si le chômage était entretenu volontairement ? Si nos difficultés n’étaient que la concrétisation de grandes lignes d’une stratégie toujours adaptable aux  conditions du présent ? Si ce n’était en fait que le déroulement de la lutte des classes du Capital sous sa forme actuelle ? La Finance mondialisée, elle, n’a pas oublié son idéologie et s’est organisée depuis des décennies pour sa victoire dans la mondialisation qui n’est pas une fatalité : elle ne peut  se faire qu’avec la complicité involontaire des peuples. Il nous faut réagir, il nous faut refuser, il nous faut le clamer !  Il ne faut pas les laisser détruire la planète, la biodiversité, la vie.Ces vautours ont l’argent, mais nous, nous sommes le nombre et, sans nous, que pourraient-ils faire de leur richesse ? Saint Just déclarait en 1789 que le bonheur était une idée nouvelle pour le peuple .Là sera notre pensée unique : le droit au bonheur pour tous !

 

Samedi 15, en manifestant, nous ferons acte de résistance contre l’occupation de la France..

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.