le CAUCHEMAR de Karl MARX

A partir de l'incompatibilité du DROIT de l' UNION EUROPÉENNE, avec le DROIT TRANSNATIONAL du COMMERCE, quelques réflexions prospectives sur l'adaptation rapide du CAPITALISME, aux conditions et à la nature de la PRODUCTION au 21ème siècle, et sur l' analyse de Karl MARX revisitée à l'occasion du 200 ans de la naissance du philosophe politique, le 5 mai 1818.

 Le 5 mai 2018, seront commémorées les 200 ans de la naissance du célèbre journaliste et philosophe politique allemand .

Portons donc notre attention à quelques citations de Karl MARX et Friedrich ENGELS,dans " Le Manifeste du Parti communiste", de 1848,
qui aujourd'hui, résonnent étrangement comme des intuitions auto-réalisatrices :

"La bourgeoisie a joué dans l’Histoire un rôle éminemment "révolutionnaire"...
 Elle a noyé les frissons sacrés de l’extase religieuse, de l’enthousiasme chevaleresque … dans les eaux glacées du "calcul égoïste".
     ...Aux innombrables libertés, si chèrement acquises …, elle a substitué l’unique et impitoyable liberté de commerce.
Poussée par le besoin de débouchés toujours nouveaux, la bourgeoisie envahit le globe entier.
Il lui faut s’implanter partout, exploiter partout, établir partout des relations. ...
Elle ne peut exister sans révolutionner constamment les instruments de production, et donc les rapports de production" .

   Des phrases, qui reprises dans la bouche d'un mage de "l'ancien monde", aurait pu se prolonger ainsi  :
     ...Et les femmes, les hommes et les enfants comme les fleuves et les mers, la terre, le ciel et l'univers, ...et tout ce qui, au monde, vivait,...
fut alors transformé en "marchandises" ...pour lesquels tous se battaient, les uns contre les autres jusqu'à la mort...
et que tout ne soit plus, que ruines et désolation, à la surface de la Terre ..."

     Le cauchemar de Karl MARX, en mai 2018 est probablement celui de cet EFFONDREMENT "SYSTÉMIQUE" tant civilisationnel, que terrestre, climatique et écologique, qui vient ; dans un monde totalement globalisé, que l'on sait pourtant limité, par la nature et la quantité de ses ressources naturelles, "réellement" consommables ; un monde asservi au dogme unique de la croissance sans fin, du "CAPITAL",
pour "PRODUIRE", encore et encore, un flux continu de "PLUS-VALUES ", réalisé tant sur le TRAVAIL des Hommes, (physique, cognitif et relationnel), que sur celui des MACHINES automatisées, de plus en plus autonomisées, des BESOINS et désirs terrestres des "acteurs" économiques, et du libre-arbitre des "ÊTRES" qui peuplent notre Planète .

    Les RESSOURCES, apportées par la TERRE, à l' ESPÈCE Humaine, qui a colonisé tous les espaces vivants, se RARÉFIENT au fur et à mesure de leur consommation, de la banalisation ou de l'obsolescence programmée des PRODUCTIONS, qui sont à l'origine, de la "MONDIALISATION" des ÉCHANGES de biens,  aujourd'hui tous "FINANCIARISES" ;
Malgré un regain de l'extractivisme destructeur, la SPÉCULATION financière NE PEUT PLUS très longtemps se nourrir, ni de la valeur "TRAVAIL", ni même de la valeur "d'usage" de ses marchandises, dont l’accès par le prix, est limitée à une fraction de plus en plus réduite, de la population ;
    La gratuité des "BIENS COMMUNS" et "SERVICES d’intérêt GÉNÉRAL", souhaitée par MARX, dans la dernière étape"socialisée" de l’après révolution prolétarienne, est devenue "nécessaire" à la seule "SURVIE" de la majorité de la population "pléthorique" de la Terre,
ainsi qu'à l'entretien du modèle "démocratique" de SOCIÉTÉ,  égalitaire, libertaire et solidaire ; comme dernier garant pour les générations à venir, des "DROITS HUMAINS FONDAMENTAUX" (Eau, Habitat, Mobilité, Matières premières, Alimentation, Éducation, Santé, Culture), mis à mal dans tous les points de la Terre, par les entreprises 'TRANSNATIONALES" et l'avidité de leurs actionnaires , .

   La "bourgeoisie" marxienne d'Europe, devenue "l' OLIGARCHIE" financière mondialisée au 21eme siècle,
n'est donc plus "CONVIVIALE", à "l' ÉTAT de DROIT" des "Démocraties libérales" construites en Europe, au 19ème et 20ème siècle,
qui pour alimenter le "SYSTÈME" du CAPITALISME spéculatif, se doit de "déconstruire" systématiquement tous les obstacles FINANCIERS et JURIDIQUES non seulement au "Libre-échange"des marchandises (droits de douane, taxes sur les produits d'importation, impôts sur les Sociétés) mais aussi ceux, relatifs aux LOIS "souveraines" des ÉTATS nationaux, qui imposent au nom de la DÉMOCRATIE constitutionnelle des "NORMES"environnementales, sanitaires et sociales "OPPOSABLES, devant leurs TRIBUNAUX NATIONAUX, au développement "non régulé" des activités et pratiques d' ENTREPRISES transnationales, sur "leur" TERRITOIRE.
Le "Capital" INVESTI dans les territoires de ces ÉTATS doit donc trouver son PROFIT, dans la VALEUR"d' échange" purement VIRTUELLE, de son INVESTISSEMENT : celle de la MONNAIE "UNIQUE" du COMMERCE INTERNATIONAL depuis 1973, "le dollar".

     Le "cauchemar de Karl MARX" est bien en train de se réaliser dans l' Europe industrialisée, deux siècles après la naissance de celui-ci, qui avec clairvoyance, annonçait que LE CAPITALISME rechercherait sans cesse, de nouveaux ESPACES de conquête, d'exploitation, de destuction "créative", POUR la production de PROFIT et la CAPTATION exclusive, de nouvelles "RICHESSES"...

     Après la libéralisation des "Services d' Intérêt Général" et la globalisation en cours, du "TiSA" (Accord sur le Commerce des Services ou ACS ), issu du "cycle de Doha" des travaux de l'O.M.C., voici que par le biais des clauses "secrètes" des TRAITES TRANSNATIONAUX de LIBRE-ÉCHANGE, que s'accélère l 'ouverture à la concurrence, d'un  Marché du "DROIT", donc  celui de la valeur "morale" (virtuelle) et symbolique qui lui est associée : "la JUSTICE", en parallèle à sa "PRIVATISATION"effective.

     Le DROIT "COMMERCIAL des ENTREPRISES" anonymisées, et confondu par la Justice"privée" avec "le DROIT des PERSONNES" physiques, est rendu désormais OPPOSABLE, aux DROITS "sociaux et environnementaux" DÉMOCRATIQUES, acquis au cours de l'Histoire des PEUPLES EUROPÉENS, et qui devraient être considérés comme des "DROITS FONDAMENTAUX", en raison de leurs liens "génériques" évidents, avec les DROITS HUMAINS constitutionnalisés, dans la "Déclaration des Droits de l'Homme de l'O.N.U. de 1948",
en vigueur dans les États "souverains", signataires des TRAITES de "LIBRE-ÉCHANGE".

     Ce nouveau MARCHE émergeant est convoité par la "Grande-Bretagne" atlantiste de l'après "FREXIT", et par "la Suisse", bien située géographiquement au centre de l' Europe, mais non-membre de l' U.E., qui comptent concurrencer le MONOPOLE existant, des cabinets juridiques "privés" qui pullulent aux "U.S.A.", profitant de la proximité des Institutions de l' O.M.C., du F.M.I., et de la Banque Mondiale, depuis les Accords de Bretton Woods de 1944.
    En effet la JUSTICE "d'exception" rendue par les TRIBUNAUX d' ARBITRAGE des DIFFÉRENDS "INVESTISSEURS -ÉTATS", en raison des LOIS actuelles "démocratiquement" adoptées, au niveau national ou "européen" dans les États-membres de L'U.E., vient d’être JUGÉE "INCOMPATIBLE avec le DROIT EUROPÉEN", par la "Cour de Justice de l'Union Européenne"(CJUE) en mars dernier,
pour les "investissements" jugés peu rentables par les MULTINATIONALES  (européennes ou étrangères), qui demandes à être dédommagés par la "Dépense Publique"des États, après la ratification par ces États, des ACCORDS de"LIBRE-ÉCHANGE", en raison de "NORMES RÉGLEMENTAIRES" jugées "excessives" pour le COMMERCE mondial (CETA, MERCOSUR, JEFTA, APE...)
mais qui représente une OPPORTUNITÉ de "croissance" pour les Pays-tiers du Continent , dont l' ÉCONOMIE est majoritairement constituée d' actifs "FINANCIERS" spéculatifs.
------------------------------
Voir l' article du 4 avril 2018 par Ram ETWAREE publié dans le journal suisse"Le Temps" et selectionné par l'O.N.G. mentionnée en fin de page.

"Pour Sebastiano NESSI, avocat au "Cabinet Schellenberg Wittmer", à Genève, en rendant illégal ce type de tribunaux, la CJUE offre à la SUISSE la possibilité d’attirer des MULTINATIONALES EUROPÉENNES qui voudraient pouvoir continuer à accéder aux tribunaux PRIVES plutôt que de saisir la JUSTICE ÉTATIQUE traditionnelle.
De nombreux ACCORDS bilatéraux de libre-échange "prévoient" le recours aux TRIBUNAUX "PRIVES" .
Par exemple, le PROCÈS intenté par "Philip Morris" contre l’ AUSTRALIE, accusé d' avoir opté pour des emballages neutres des paquets de cigarettes."

http://isds.bilaterals.org/?les-tribunaux-speciaux-ne-sont-pas&lang=fr

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.