En juillet 2008 , je postais un billet sur la réforme pénale des enfants de 13 ans. Aujoud'hui j'apprends que JM Bockel propose un dépistage de la délinquance juvénile en observant des troubles de l'enfant dès deux ou trois ans. Et pourquoi pas in utero ?

Ou va t'on ? Dans tous les cas, on assiste à une surenchère de propositions qui vont bien évidemment dans la restriction des libertés, le fichage systématique . Et la responsabilité de l'état dans cette violence ? et la violence même de l'Etat ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.