La revente d'actions

Tout le problème est là : la légalité.
Effectivement une personne a exercé ses lois en toute légalité ( acheter et vendre des actions en nombre et réaliser d'énormes bénéfices en toute légalité) mais cela ne signifie pas pour autant en toute moralité. A quand un code de moralité dans les affaires , est ce si antinomique ? Peut-être que , en plus de l'enseignement des mathématiques financières dans les divers instituts de managements ( publics ou autres) , des cours de déontologie seraient utiles.
Il va falloir réinventer un nouveau monde - en tout cas , il le faudrait. Attention que certains ne se méprennent pas , je ne condamne en aucune façon le gain qui est nécessaire et même , je dirai, répond à un besoin archaïque. Mais cet dogme de l'argent qui nie l'individu et son devenir n'est pas loin de la question finale... tous les acteurs de la chaîne ont une réelle responsabilité . Le système a été organisé pour générer des profits au détriment de l'individu qui n'a de valeur reconnue que parce qu'il gagne, produit ou représente en valeur monétaire. Le mépris collectif envers les intellectuels ( profs, écrivains, ) est le reflet de cette pensée qui s'est immiscée dans tous les esprits. Et les intellectuels eux mêmes ne sont pas forcément à la hauteur : si ils n'ont pas des compétences d'analyses économiques, ils pourraient au moins s'engager sur le propos de la morale plutôt que de recourir à une pipolisation qui les endort , eux aussi ...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.