danielle gherissi
retraitée
Abonné·e de Mediapart

16 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 mars 2016

Je dénonce la maltraitance des mineurs isolés étrangers à Paris

Permanencière à l'ADJIE, (Aide et Défense des Jeunes Isolés Etrangers), je témoigne de la maltraitance de bon nombre de mineurs isolés étrangers à Paris à qui on refuse les droits à l'ASE et à la scolarité .

danielle gherissi
retraitée
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Paris le 09/03/2016

Madame Dominique Versini

Conseillère de Paris,

adjointe à la mairie,

en charge de la solidarité, des familles, de la petite enfance, de la protection de l'enfance, de la lutte contre les exclusions et des personnes âgées

Hotel de Ville de Paris

Place de l’Hôtel de Ville

75196  Paris Cedex 04

Objet : Billet d’une permanencière ADJIE

Mineurs isolés étrangers à la rue

Suite à  refus DASES

Le rythme s’accélère, rien ne change

Madame,

En décembre et janvier dernier, l’ADJIE portait à votre connaissance un certain nombre de situations pour lesquelles un refus DASES avait  été prononcé, condamnant ainsi des enfants à la rue. Nous ajoutions que ces situations ne répondaient pas à ce qui était affiché dans le nouveau dispositif parisien présenté en avril dernier et à votre volonté d’améliorer la situation des jeunes.

L’ADJIE avait, à l’appui de ces situations,  exposé lors d’une rencontre, les problèmes qui faisaient obstacle à la mise à l’abri des jeunes mineurs isolés. Nous avions alors fait observé que le Tribunal pour Enfants saisi par les gamins avec l‘aide de l‘ADJIE  ordonnait une prise en charge ASE pour environ 50% des rejetés par la DASES ; c’est dire que l’évaluation est particulièrement défaillante.   

Force est de constater que rien n’a changé, nous avons plutôt le sentiment que les mises à la rue s’accélèrent et que l’on y trouve depuis quelques semaines des jeunes filles qui jusqu’à présent avaient été épargnées.

Pour ajouter encore à plus de difficultés, aucun gymnase n’a pas même été ouvert pour les mineurs cette année. 

Pour témoigner de cette situation qui s’aggrave, samedi dernier 5 mars, 11 jeunes mineurs isolés se sont présentés à notre permanence transis, tremblants de froid, à peine habillés, la faim les tenaillant ; ils venaient d’être jetés par la DASES et avaient passés la/des nuits à la rue cherchant quelque abri et notamment sous le métro à Stalingrad dont la Mairie a fait évacuer récemment les personnes qui y dormaient par les forces de police.

Ce chiffre, n’avait pas encore été atteint par l’ADJIE en une fois  depuis très longtemps, et bien sûr,  combien sont-ils encore à la rue  puisque tous ne sont pas venus à l’ADJIE.

Que dire des motifs de refus : je vous renvoie à tous ceux que nous vous avons déjà adressés : ce sont toujours les mêmes. 

J’avais un peu imaginé secrètement que Paris ferait un peu mieux oh, un peu seulement,  pour les plus pauvres d’entre nous, mineurs isolés étrangers que Paris ne permettrait pas cela !

Comme si cela ne suffisait pas, cerise sur le gâteau, tous ces jeunes sont livrés à eux-mêmes car on leur refuse d’aller à l’école,  sans que la Mairie de Paris n’ait rien à y redire. 

Il fut un temps, où on s’enorgueillit de scolariser tout le monde, jusqu’à y compris les adultes car quoi de plus grand, de plus beau  qu’un être humain qui élèvera son esprit, apprendra  un métier  grâce à l’école de la République !! Las !! 

Je me demande Madame si vous avez une idée de ce que peut représenter de voir ces jeunes dans cet état mais surtout d’imaginer la souffrance qu’ils peuvent endurer quand ils sont traités de la sorte, eux qui avaient une image idéale de la France, protectrice, incapable de les maltraiter ainsi. 

Vous êtes la preuve Madame que les politiques sont en dehors de toute humanité, car, malgré réunions, échanges très courtois au demeurant, rien ne change, ce ne sont que paroles !!

Tout cela se fait sous votre responsabilité, aussi, c’est à vous que je m’adresse personnellement, permanencière à l’ADJIE.; 

Ces décisions, inhumaines sont prises froidement, dans des bureaux loin de ces gamins que l’on jette. Ce sont des chiffres, rien d’autres. 

Au-delà de ces gamins, tous ceux qui sont jetés, qui ont été jetés sont concernés,  ceux qui galèrent de lieux en lieux, scolarisés ou non, dont il faut arracher avec l’énergie du désespoir qui un hébergement pour quelques jours, quelques semaines, quelques mois, vous les avez les noms et pourtant çà change quoi ? 

C’est cela la politique de la Mairie de Paris ? pour les mineurs, les scolarisés ? Mendier quelque hébergement?

Et ne parlons pas des efforts déjà faits, ce serait indécent au regard de la richesse de la capitale et de la valeur humaine qui n’a pas de prix 

Je vous crie mon indignation, ma colère et comme de plus en plus, je n’en resterai pas là ; je ne veux pas être associée à ces décisions odieuses.  

J’ai mal à ma France, car ce n’est pas à celle-ci que j’appartiens celle qui piétine la dignité humaine  mais aux côtés des plus pauvres. 

Je vous prie d’agréer, Madame, l’expression de ma considération distinguée ;

Danièle Gherissi

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB