coronavirus ; Les mineurs isolés étrangers oubliés ;

Les mineurs isolés étrangers ; ces invisibles, ces oubliés dans la pandémie du coronavirus

Il aura fallu des  ALERTES à tous les conseillers de Paris, dont une seule de ces conseillères  a réagi,  alerte sur leur situation catastrophique à la rue, sans hygiène, sans nourriture pendant plusieurs jours,  dans cette situation inédite, grave de la propagation d’un virus assassin  

Il aura fallu des ordonnances du tribunal administratif, (15 avril, 25 avril) dont une ci jointe,  pour condamner la Ville de Paris –

  • A considérer que tout jeune se présentant comme mineur, doit être considéré comme mineur sur la base de son état civil; présomption de minorité
  • La mise à l’abri dans des espaces adaptés à la prévention des risques de propagation du covid 19, et ce, dans les 48 heures suivant ladite ordonnance

La ville de Paris n’aura que des gymnases à leur proposer à la périphérie de la Ville (la Bidassoa dans le 20ème et la Croix Nivert dans le 15ème) gymnases dont le conseil scientifique Covid 19 en date du 2 avril 2020 dit que ce ne sont pas des endroits adaptés car ils sont source de propagation du virus.

. la ville,  après quelques adaptations de ces gymnases aura satisfait à ses obligations « à minima » selon les termes du Tribunal administratif.

  Il aura fallu des mails, des vidéos sur les réseaux sociaux pour que ces jeunes  soient considérés comme des individus à part entière et non comme des prisonniers  et ainsi pouvoir sortir + de 5 mn par jour après 1 mois ½ d’un tel régime.

Il aura fallu plus d1 mois1/2 pour que soient prévus quelques activités d’apprentissage du français , encore que sur 1 seul espace à ce jour (croix nivert) ne les prévoient.

Pourquoi faut –il tant d’actions, de réclamations, de relances, de mails sans réponse  pour que la  solidarité, la vraie,  pas celle qui est écrite sur du papier ou que l’on brandit  sur les médias, s’exerce à « minima » ?

La ville de Paris, la plus riche de France  va t elle enfin être solidaire, ouverte à tous ces jeunes  et ainsi constituer un exemple pour d’autres et non plus à « minima » après de nombreux écrits, réclamations  ?   

Cette épreuve qui est loin d’être  terminée doit amener le conseil de Paris à revoir ce qui se pratique actuellement et dont la conséquence est une  mise à la rue de nombreux mineurs isolés étrangers ;

Reconsidérer  cette  évaluation qui sert  de curseur pour un nombre de jeunes déterminés non pas en fonction de leur minorité mais en fonction d’un nombre, d’un budget prédéterminé , le surnombre étant considéré comme majeur et mis à la rue. 

Cesser de les traiter comme des parias  dont on ne veut pas coute que coute tout en prétendant le contraire. Mais la réalité est tenace, hélas !

Appliquer la présomption de minorité telle que définie dans une des ordonnances du Tribunal Administratif en référé

Telles sont les questionnements que nous posons ;   ce choc  posé par le covid19 doit nous faire réfléchir à amener le conseil de Paris à revoir le dispositif qui l’amène à rejeter de nombreux mineurs et à les considérer comme des enfants à protéger 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.