danielle gherissi
retraitée
Abonné·e de Mediapart

16 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 juin 2020

coronavirus ; Les mineurs isolés étrangers oubliés ;

Les mineurs isolés étrangers ; ces invisibles, ces oubliés dans la pandémie du coronavirus

danielle gherissi
retraitée
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il aura fallu des  ALERTES à tous les conseillers de Paris, dont une seule de ces conseillères  a réagi,  alerte sur leur situation catastrophique à la rue, sans hygiène, sans nourriture pendant plusieurs jours,  dans cette situation inédite, grave de la propagation d’un virus assassin  

Il aura fallu des ordonnances du tribunal administratif, (15 avril, 25 avril) dont une ci jointe,  pour condamner la Ville de Paris –

  • A considérer que tout jeune se présentant comme mineur, doit être considéré comme mineur sur la base de son état civil; présomption de minorité
  • La mise à l’abri dans des espaces adaptés à la prévention des risques de propagation du covid 19, et ce, dans les 48 heures suivant ladite ordonnance

La ville de Paris n’aura que des gymnases à leur proposer à la périphérie de la Ville (la Bidassoa dans le 20ème et la Croix Nivert dans le 15ème) gymnases dont le conseil scientifique Covid 19 en date du 2 avril 2020 dit que ce ne sont pas des endroits adaptés car ils sont source de propagation du virus.

. la ville,  après quelques adaptations de ces gymnases aura satisfait à ses obligations « à minima » selon les termes du Tribunal administratif.

  Il aura fallu des mails, des vidéos sur les réseaux sociaux pour que ces jeunes  soient considérés comme des individus à part entière et non comme des prisonniers  et ainsi pouvoir sortir + de 5 mn par jour après 1 mois ½ d’un tel régime.

Il aura fallu plus d1 mois1/2 pour que soient prévus quelques activités d’apprentissage du français , encore que sur 1 seul espace à ce jour (croix nivert) ne les prévoient.

Pourquoi faut –il tant d’actions, de réclamations, de relances, de mails sans réponse  pour que la  solidarité, la vraie,  pas celle qui est écrite sur du papier ou que l’on brandit  sur les médias, s’exerce à « minima » ?

La ville de Paris, la plus riche de France  va t elle enfin être solidaire, ouverte à tous ces jeunes  et ainsi constituer un exemple pour d’autres et non plus à « minima » après de nombreux écrits, réclamations  ?   

Cette épreuve qui est loin d’être  terminée doit amener le conseil de Paris à revoir ce qui se pratique actuellement et dont la conséquence est une  mise à la rue de nombreux mineurs isolés étrangers ;

Reconsidérer  cette  évaluation qui sert  de curseur pour un nombre de jeunes déterminés non pas en fonction de leur minorité mais en fonction d’un nombre, d’un budget prédéterminé , le surnombre étant considéré comme majeur et mis à la rue. 

Cesser de les traiter comme des parias  dont on ne veut pas coute que coute tout en prétendant le contraire. Mais la réalité est tenace, hélas !

Appliquer la présomption de minorité telle que définie dans une des ordonnances du Tribunal Administratif en référé

Telles sont les questionnements que nous posons ;   ce choc  posé par le covid19 doit nous faire réfléchir à amener le conseil de Paris à revoir le dispositif qui l’amène à rejeter de nombreux mineurs et à les considérer comme des enfants à protéger 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique Latine
Au Mexique, Pérou, Chili, en Argentine, Bolivie, Colombie, peut-être au Brésil... Et des défis immenses
Les forces progressistes reprennent du poil de la bête du Rio Grande jusqu’à la Terre de Feu. La Colombie est le dernier pays en date à élire un président de gauche, avant un probable retour de Lula au Brésil. Après la pandémie, les défis économiques, sociaux et environnementaux sont immenses.
par François Bougon
Journal
À Perpignan, l’extrême droite s’offre trois jours de célébration de l’Algérie française
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire Louis Aliot (RN) met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à « l’œuvre coloniale ».
par Lucie Delaporte
Journal — Énergies
Gaz russe : un moment de vérité pour l’Europe
L’Europe aura-t-elle suffisamment de gaz cet hiver ? Pour les Européens, le constat est clair : la Russie est déterminée à utiliser le gaz comme arme pour faire pression sur l’Union. Les risques d’une pénurie énergétique ne sont plus à écarter. En première ligne, l’Allemagne évoque « un moment Lehman dans le système énergétique ».
par Martine Orange
Journal — Terrorisme
Attentat terroriste à Oslo contre la communauté gay : « Ça nous percute au fond de nous-mêmes »
La veille de la Marche des fiertés, un attentat terroriste a été perpétré contre des personnes homosexuelles en Norvège, tuant deux personnes et en blessant une vingtaine d’autres. En France, dans un contexte de poussée historique de l’extrême droite, on s’inquiète des répercussions possibles. 
par Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
L'avortement fait partie de la sexualité hétéro
Quand j'ai commencé à avoir des relations sexuelles avec mes petits copains, j'avais la trouille de tomber enceinte. Ma mère a toujours dépeint le fait d'avorter comme une épreuve terrible dont les femmes ne se remettent pas.
par Nina Innana
Billet de blog
Cour Suprême : femme, débrouille-toi !
Décision mal-historique de la Cour Suprême états-unienne d’abroger la loi Roe vs. Wade de 1973 qui décriminalisait l’avortement. Décision de la droite religieuse et conservatrice qui ne reconnaît plus de libre arbitre à la femme.
par esther heboyan
Billet de blog
Droit à l’avortement: aux États-Unis, la Cour Suprême renverse Roe v. Wade
La Cour Suprême s’engage dans la révolution conservatrice. Après la décision d'hier libéralisant le port d’armes, aujourd'hui, elle décide d'en finir avec le droit à l'avortement. Laisser la décision aux États, c’est encourager l’activisme de groupes de pression réactionnaires financés par des milliardaires évangéliques ou trumpistes. Que se passera-t-il aux élections de mi-mandat ?
par Eric Fassin
Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu