Danielle Michel-Chich
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 nov. 2015

A mes jeunes frères et sœurs d’infortune du 13 novembre 2015

Danielle Michel-Chich
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je suis envahie par l’émotion, comme tout le monde. Mais aussi parce que je me sens la grande sœur de ces victimes dont je lis les histoires qui ressemblent tant à la mienne.

Le 30 septembre 1956, j’avais cinq ans et je mangeais une glace avec ma grand-mère au Milk Bar, le grand glacier d’Alger. Dernier jour de vacances. Fin d’été. Joie et douceur de vivre dans une Algérie qui commençait pourtant à bouillonner sous le joug colonial. La bombe qui a explosé là, ce jour-là, a tué ma grand-mère que j’adorais. J’ai perdu une jambe. Et mes parents ont perdu toute joie de vivre pour toujours. Moi, j’ai choisi (ai-je choisi, ou me suis-je laissée porter par « une bonne nature » ?) de vivre, toujours plus vite, plus fort. J’ai allumé une fois pour toutes ces fameux « bas parleurs » pour mettre la sourdine sur les souvenirs et les émotions qui auraient pu empêcher ma « vie normale », je ne me suis jamais plainte, entraînée dans le mouvement perpétuel du déni positif. J’ai construit une grande famille joyeuse, une vie professionnelle et militante. L’amour, l’amitié, les fous-rires sont mes plus grands plaisirs.

Je n’ai jamais eu aucune haine ni aucune colère. Encore moins de désir de revanche d’aucune sorte. Et pourtant, aujourd’hui encore, mes blessures m’obligent à trimer sur des machines de rééducation, et je m’extasie comme une enfant sur des progrès sensibles mais invisibles.

L’histoire se répète, malheureusement, pas forcément pour les mêmes raisons, mais elle produit les mêmes effets. Qu’à tous ceux qui ont perdu un proche et/ou ont subi des blessures, comme moi, puisse être évité l’écueil de la haine. La haine soulage sur le moment mais elle paralyse le déroulement de la vie. Elle empêche d’avancer. Bien des réactions au livre que j’ai publié à ce propos me l’ont confirmé, s’il le fallait.

Je pense à vous qui avez été touchés le 13 novembre – je n’emploie ni pour vous ni pour moi le mot « victime », car c’est une étiquette salement collante. Mais je ne lui ai pas trouvé de synonyme acceptable, sinon la lourde périphrase « s’être trouvé au mauvais endroit au mauvais moment », qui a au moins le mérite de permettre un futur alors que la victime, elle, est figée dans cet état.

Mes petits frères et sœurs du 13 novembre 2015 – vous avez l’âge de mes enfants mais je me sens plutôt en fraternité avec vous – je n’ai aucun conseil à vous donner et n’ai d’autre expertise que de moi-même. Mais j’ai envie de veiller sur vous pour que la vie l’emporte toujours sur le malheur, et que l’acte de haine qui vous a frappés ne vous entraîne pas dans la spirale infernale de la haine. Ce serait certes la victoire des terroristes mais surtout votre capitulation, donc votre perte, et notre perte à tous.

Je vous souhaite du courage – il en faudra mais, quand on en a, il se nourrit sans cesse de lui-même! – et beaucoup d’amour et d’énergie de vie.

Votre grande sœur en fracas de la vie.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi
Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi