Danvanhove
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 avr. 2016

Sous « le voile islamique », la Palestine et un racisme, euh…voilé

Non ! le "voile" n'est pas le problème n°1 de la France. C'est l'incompétence de ses représentants politico-médiatiques qui l'est... et qu'il convient de dénoncer chaque jour, sans se laisser duper par cette caste privilégiée qui a perdu tout sens des réalités quotidiennes.

Danvanhove
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans le vacarme quotidien qui agite le monde et ce qu’en relatent les médias dominants, il est un sujet grave qui glisse, fuit, passe entre les mailles, et souffre d’un silence insupportable, évacué par une polémique aussi absurde que stérile : l’obsession d’un bout de tissu nommé « voile islamique »… Sauf, de temps à autre, quand il s’agit de rappeler le « terrorisme » qui serait inhérent à tout Palestinien – et plus largement à tout Arabe – à travers ce que d’aucuns ont appelé l’Intifada des couteaux.

Loin d’être neutre, ce silence quasi général, cette chape de plomb médiatique doit être dénoncée sans relâche, parce qu’elle est le signe d’une complicité. Avec le plus fort, évidemment ! Nos médias, modèles de courage comme tout le monde sait, préfèrent détourner notre attention et revenir encore et encore sur des affaires de voiles et de foulards, comme si c’était-là l’important. Depuis le temps qu’ils nous bassinent avec leur rengaine, l’on ne compte plus le nombre d’articles, d’éditos, parfois même de livres sur le sujet. Sans parler des émissions radios et télévisées où se pressent « experts » et aujourd’hui « philosophes » pour nous assommer de leurs analyses creuses voire indignes sur la question.

Or, comme de nombreux participant-e-s à la contre-manifestation du « mariage pour tous » ces mêmes « spécialistes » fréquentent parfois les églises lors de cérémonies religieuses – mariages, baptêmes, enterrements, … – et se recueillent devant celle qu’ils nomment la Vierge Marie, jeune fille figurée au teint pâle, mais pourtant arabe, de confession juive, et jamais représentée dans le monde sans son foulard et/ou son voile ! Intéressant, non ?! Mais cela, ces « spécialistes » éclairés semblent l’avoir oublié. C’est dire leur inculture. Ou leur racisme non-avoué, dès que le même voile épouse le contour d’un visage basané qu’ils croisent dans la rue ou sur leur palier. Ils s’entêtent à nous agiter ce morceau de chiffon comme le fait le matador devant le taureau avant sa mise à mort. Et ils y réussissent, pour certains qui sont mentalement morts et tombés bien à droite pensant qu’en effet, le foulard et tout ce qui tourne autour est le problème n°1 de nos sociétés. Et dans le même temps, ignorent qu’un peuple entier est soumis à l’arbitraire, à l’apartheid sans que personne ne se dresse devant les responsables politiques de nos pays et d’Israël pour leur dire que c’en est trop, que la partie est terminée !

Ce perfide discours médiatique mélange sciemment les termes et nous parle de la même manière du terrorisme palestinien quand un soldat est agressé à l’arme blanche par celles et ceux qui n’ont rien d’autre sous la main pour résister et se défendre contre l’une des plus puissantes armée d’occupation du monde. Parallèlement, ces mêmes médias nous abreuvent régulièrement de commémorations ou reconstitution des faits d’armes des résistants qui lors de la guerre 39 – 45 combattaient par tous les moyens à leur disposition l’occupation allemande. Cherchez la cohérence… il n’y en a pas. Mais il y a manifestement une réelle mauvaise foi dans la démarche et les propos. Quand NOUS, « blancs, civilisés », sommes envahis et occupés par une armée étrangère, nos résistants sont des héros. Et nos représentants politiques multiplient les hommages à celles et ceux qui sont cités comme exemples. Quand les Palestiniens, « musulmans, sauvages », sont occupés depuis près de 70 ans par une armée étrangère, leurs résistants sont des « terroristes » que la puissance occupante a le droit de liquider impunément… procédant ainsi, à un ignoble retournement de la situation et présentant l’occupant comme victime ayant le droit de se défendre et l’occupé comme le terroriste qu’il faut abattre par n’importe quel moyen ! Cela fleure le racisme, à peine, euh… voilé.

Quand ces médias alliés au grand capital nous parlent de la Syrie, de l’Irak, de la Lybie, de l’OEI, d’Al Qaeda, de Daesh and c° et des hordes de jeunes djihadistes partis d’Occident pour aller les soutenir, ils nous racontent dans le même temps que ces jeunes influencés par une mouvance islamiste obscure passeraient leur temps à fomenter des attentats pour détruire ce qu’ils ne supporteraient pas chez nous, de nos valeurs et libertés. Quelle pâle analyse, faite souvent par ceux que ces mêmes médias s’obstinent à inviter en tant qu’ « experts » ! Si nos représentants politiques étaient honnêtes, peut-être devraient-ils revoir sérieusement leurs engagements militaires dans le monde pour avoir un début de réponse plausible. (Voici une analyse sacrément plus perspicace à leur proposer : http://www.legrandsoir.info/comment-la-france-est-devenue-une-cible-legitime-pour-les-groupes-djihadistes.html)

Dans ce Moyen-Orient mis à sac, dévasté et saccagé par les funestes projets américains appuyés par les pays gangrénés par l’OTAN, en tant que militants pour la juste cause palestinienne, nous avons plusieurs devoirs, en voici trois :

1/ ne jamais nous décourager dans notre soutien à nos amis palestiniens en lutte sur place depuis bientôt 70 ans que dure l’injustice qui leur fut imposée par la Communauté internationale sans leur accord, puisqu’ils n’étaient pas présents aux négociations qui décidaient de la partition de leur pays au profit – toujours plus grand et jamais assouvi – de la mortifère idéologie coloniale sioniste. En effet, comment pourrions-nous prétendre défendre les populations locales prises dans les mâchoires infernales d’une entreprise de déshumanisation massive, et nous décourager du manque de résultats tangibles de nos actions quand nous bénéficions de conditions de vie bien plus confortables que ceux-là mêmes que nous prétendons soutenir, et qui eux ne se résignent pas ? Qu’ils restent donc, même dans nos doutes les plus noirs, notre lumière et notre exemple ;

2/ ne jamais laisser passer un vocable non approprié dès lors que l’utilisation de certains mots plutôt que d’autres n’est pas innocent, particulièrement quand ils sont utilisés par la partie dominante et ses nombreux relais. Il nous faut donc faire acte de pédagogie encore et toujours, entre nous mais surtout à l’attention de certains responsables politico-médiatiques qui singulièrement semblent s’unir pour déformer la réalité à travers l’utilisation d’expressions et d’arguments fallacieux, tels ceux du ministre Valls qui dans ses déclarations irresponsables amalgame antisémitisme et antisionisme ! (voir : http://www.mondialisation.ca/antisionisme-etou-antisemitisme-mise-au-point/5504814)

3/ ne jamais nous laisser distraire par les médias dominants, complices des plus forts et bien éloignés de tout souci d’équité dans le traitement de l’information. Nous devons au contraire utiliser les nouveaux moyens de communication pour donner une information objective et indépendante du pouvoir. A travers nos recherches, les témoignages de citoyens crédibles et des médias alternatifs, nous devons devenir des relais et des sources d’informations fiables. Et diffuser tant que faire se peut une information de qualité, non soumise aux pressions diverses. Et ainsi, pouvoir affirmer que le BDS marche bien, et même de mieux en mieux, au grand dam de ceux qui font tout pour l’ignorer ou le disqualifier.

Nos représentants politico-médiatiques flanqués de leurs « experts » de mes deux, tordent la réalité au point le plus infâme qui soit :

- d’une part, sur le terrain les résistants palestiniens ne peuvent EN AUCUN CAS se défendre contre des soldats d’une armée qui les contraint et les maltraite de toutes parts sous peine d’être qualifiés de « terroristes », quand bien même cette armée s’en prend tous les jours à des civils, ce que des Observateurs étrangers et mêmes israéliens dénoncent, à l’inverse de nos médias ;

- et d’autre part, chez nous, les militants civils soutenant la cause palestinienne ne peuvent manifester de façon pacifique par une campagne de dénonciation de ce double standard en suivant la demande explicite des Palestiniens d’un grand mouvement de BDS (Boycott-Désinvestissement-Sanctions) à l’encontre de cette occupation armée, sous peine d’être traînés devant les tribunaux pour antisémitisme, sachant que cela n’est pas une opinion mais un délit puni par la loi. Ici aussi, cherchez la cohérence… il n’y en a pas.

Dès lors de deux choses, l’une : ou nos représentants politico-médiatiques sont de fieffés menteurs et nous trompent sur toute la ligne – ce qui n’aurait rien d’étonnant quand on découvre et quand on voit un peu plus chaque jour ce dont ceux-là sont capables. Et loin de l’exemplarité, il convient donc de les qualifier pour ce qu’ils sont : de vrais collabos. Ou ce sont de sinistres crétins, des imposteurs souvent xénophobes, opportunistes qui ne comprennent rien à rien, et font les caméléons en fonction de la situation.

Et si vous pensez que ce sont sans doute les deux, j’aurais tendance à vous donner raison…

Daniel Vanhove –

26.04.16

Observateur civil

Auteur

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Migrations
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — Politique économique
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie